Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 09:09

Depuis le 15 juin 2012, Les Lapins Crétins ont débarqué en BD avec le premier tome de leurs aventures intitulé BWAAAAAAAAAH !, lequel est publié par Les deux Royaumes (la maison d’édition créée par Ubisoft). Aux manettes de cet album on retrouve Thitaume (scénario), Romain Pujol (dessin) et Gorobei (couleur).


http://www.cultura.com/ressources/products/1/4/1/1/9/9/1320969.jpg
Il n’y a pas d’histoire à proprement parler puisqu’il s’agit juste d’un enchaînement de gags mettant en scène les Lapins Crétins.

Mon avis :

Pour ma part j’ai trouvé ce premier tome très sympathique et amusant, j’ai d’ailleurs été bien content de pouvoir retrouver mes Lapins Crétins préférés sur un nouveau support. Bien évidemment l’humour présent dans les planches est du même acabit que dans les autres produits de la licence (loufoque et déjanté).

Les différents gags sont plutôt variés et fonctionnent bien. Les auteurs n’ont d’ailleurs pas simplement enchaîné les pages en conservant toujours le même format, mais ils ont beaucoup joué sur la mise en page. Si bien qu’on se retrouve parfois à retourner la BD pour suivre certains gags ou d’autres choses du genre, ce qui est plutôt sympa et colle bien avec l’esprit décalé et crétin des boules de poils imaginées par Michel Ancel (qui est également le créateur de Rayman).

Ce premier tome fourmille de petites références, que ce soit à des films, œuvres d’art, héros…etc. connus. Ce genre de clins d’œil est toujours plaisant lorsqu’on en retrouve au cours de ses lectures. L’album compte 48 pages et on y retrouve en gros une cinquantaine de gags plus ou moins longs (certains s’étalent sur plusieurs planches, d’autres sur quelques cases seulement) qui font toujours sourire, voire même éclater de rire pour certains.

Les dessins de Romain Pujol sont très sympas colorés, les lapins crétins sont bien représentés tout comme les autres personnages qu’ils sont amenés à croiser au fil des pages. L’album est bien réalisé et semble plutôt solide (il tient le coup, même après plusieurs transports, lectures et feuilletages), son prix est également un peu moins élevé que les autres albums de franco-belge (moins de 10€).

Mais il faut dire également que les Lapins Crétins ne sont pas les êtres les plus bavards de la création, les gags sont donc principalement visuels. Raison pour laquelle l’album est quand même très vite lu (bien plus vite qu’un album de comic strips lambda), ce qui pourra peut être dissuader certains lecteurs d’acquérir cette série.

En bref un album bien pensé et conçu, dans lequel on prend plaisir à retrouver nos Lapins Crétins favoris. Les gags fonctionnent bien et prêtent toujours à sourire, ils sont inventifs et jouent beaucoup sur la mise en page, ce qui évite à la lecture d’être monotone. Une très bonne idée de cadeau pour petits et grands, à offrir où se faire offrir, pour passer un bon moment de lecture et de rigolade !

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 05:00

L'article du jour entrera dans le cadre des BD du mercredi de Mango et il s'agit d'un de mes gros coups de coeur du moment !! (donc comme toujours dans ces coups de temps là, je sens que je vais avoir beaucoup de mal à en parler d'une façon satisfaisante -_-').

 http://1.bp.blogspot.com/-ThJmkBSe83c/T7xLFwohn3I/AAAAAAAAPvg/RmP-pdyyzqY/s1600/logo+BD+Mango+rouge.jpg


City Hall est un global manga de Rémi Guérin (scénario) et Guillaume Lapeyre (dessin) publié par Ankama depuis le 14 juin 2012. Une fois n'est pas coutume, je vais utiliser le résumé de l'éditeur au lieu de faire le mien, parce que je trouve celui là plutôt pas mal. Je vous mets également la couverture qui se trouve sous la jacquette car elle est sublime et donne un bon aperçu de l'ambiance de la série (il s'agit de l'image de droite).


 http://img.manga-sanctuary.com/big/city-hall-globalmanga-volume-1-simple-55457.jpgP6180164-copie-1.JPG


Imaginez un monde où tout ce que vous écrivez prendrait vie. Imaginez maintenant qu’un individu utilise cette arme avec les plus sombres desseins... À situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle, les forces de police de City Hall n’ont d’autre choix que de faire appel à deux des plus fines plumes de Londres : Jules Verne et Arthur Conan Doyle !

 

Mon avis :

 

Comme annoncé en début de billet, il s'agit d'un immense coup de coeur pour moi !!! Il faut dire qu'en tant que bibliothécaire, un monde où le papier n'existe plus ça m'intrigue forcément et j'ai eu envie de voir ce que ça pouvait bien donner. Je vais donc essayer de vous donner envie, tout en ne  vous dévoilant pas trop l'histoire, afin de vous laisser intact le plaisir de la découverte.

 

Ce premier tome nous permet de nous familiariser avec le monde imaginé par les auteurs, un monde dans lequel le papier a complètement disparu et où il a fallu lui trouver des alternatives, telles que les livres numériques par exemple. Cette société se porterait pour le mieux, si un dangereux et mystérieux criminel n'avait pas réussi à mettre la main sur du papier et ne s'en servait pas pour commettre des exactions...

 

Comme il faut toujours combattre le feu par le feu, deux grand écrivains vont être envoyés à sa poursuite : Jules Verne et Conan Doyle. L'intrépide aventurière Amélia Earhart viendra prêter main forte aux deux jeunes gens et sera chargée (entre autres choses) d'assurer leur protection.

 

C'est un vrai régal de pouvoir suivre des gens connus dans leurs aventures, pour ma part c'est quelque chose que j'apprécie toujours beaucoup, comme dans La saga du Fleuve de l'éternité de P.J. Farmer ou dans des épisodes de Doctor Who et de Code Quantum par exemple.

 

Pour un premier volume de série, j'ai trouvé que City Hall frappe bien fort et nous embarque dans l'intrigue et l'action d'entrée de jeu. Il y a quand même quelques passages un peu plus explicatifs, qui nous permettent de comprendre pourquoi et comment le monde en est arrivé là, sans pour autant nuire au rythme de l’intrigue. On sent d’ailleurs que l’histoire va se complexifier au cours des deux prochains tomes et qu’il ne sera pas aisé pour nos héros de venir à bout de leur enquête.

 

En dehors de ce monde prometteur et du scénario très intéressant mis en place par Rémi Guérin, l’autre grande force de City Hall réside dans le dessin de Guillaume Lapeyre. En effet ce dernier maîtrise sur le bout des doigts, les codes graphiques et les découpages du style manga (les marges en noir au cours des flashback par exemple).

 

En fait si la série n’était pas publiée dans le sens occidental de lecture, on aurait beaucoup de mal à faire la différence avec les productions japonaises (bon c’est vrai que le nom des auteurs ne sonne pas très nippon non plus ).

 

Les dessins sont donc superbes et permettent de s’immerger encore mieux dans l’histoire, les phases de combat et de batailles sont également de très bonne facture et bien mouvementées sans qu’on s’y perde trop (dans certains mangas avec des combats on sait pas trop ce qui se passe par moments -_-').

 

J’ai d’ailleurs eu l’immense joie, bonheur et honneur de pouvoir rencontrer Guillaume Lapeyre en dédicace à la librairie Momie Mangas à Dijon pour la sortie du premier tome (c’était ma première séance de dédicaces en plus, que d’émotions ). Et c’est quelqu’un de vraiment extraordinaire et formidable, qui reste vachement humble (peut être trop même ) en dépit de son énorme talent. Pour ne rien gâcher il a vachement bon goût en plus.

Malheureusement son compère Rémi Guérin n’était pas présent (j’espère pouvoir le rencontrer également un jour), mais d'après ce que j'ai pu en lire il est tout aussi excellent et sympa quand on le rencontre !! Du coup ils vont pas mal tourner en France afin de promouvoir City Hall, donc si vous avez l’occasion je vous conseille fortement d’aller les voir en dédicace (que vous ayez lu le manga au préalable ou non) car ça vaut le coup et vous serez sûrs de passer un excellent moment en leur compagnie !!!

 

Ce qui est vachement cool en plus, c’est que comme ce manga est édité par Ankama, l’objet en lui-même est vachement chouette et bien fait. Par exemple, au début il y a la zone réservée aux dédicaces (il y en a toujours une au début ou à la fin des mangas Ankama, c’est tout con mais mine de rien c’est vachement pratique ) et il y a également les bonus sympas en fin de tomes tels que la série dessinée par des confrères (j’adore le papercut réalisé par Philippe Fenech par exemple ). J'ai également bien aimé les character files en fin de chapitre et les petites citations de personnes célèbres au début de chaque nouveau chapitre.  

 

City Hall est une série prévue en trois tomes, mais si le succès est au rendez-vous (ce que je souhaite et espère de tout cœur pour eux (mais surtout en tant que lecteur en fait )) alors on repartira sur un nouveau cycle et une nouvelle énigme (probablement trois autres tomes à nouveau). En effet, à l’heure actuelle, il ya deux fins possibles pour le volume 3 (je vous rassure je ne les connais pas) une qui clôt l’enquête en cours et l’autre qui en plus de terminer l’enquête ouvre de nouvelles perspectives…

 

L’univers qu’ils ont créé est tellement riche et ouvre tellement de possibles que j’espère vraiment qu’ils auront l'opportunité de pouvoir l’exploiter à fond sur plus de 3 tomes (mais bon ça c’est l’avenir qui nous le dira).

 

Je pense que vous l’aurez compris, mais jusque là pour moi City Hall c’est la sortie de l’année (et pourtant à mes yeux, y a eu du très lourd rien qu’en juin, comme par exemple le premier tome de la saison 2 de Kick-Ass) un global manga qui n’a rien à envier aux productions japonaises.

 

D’ailleurs ce n’est pas par hasard que Rémi Guérin et Guillaume Lapeyre (tous deux issus de la franco-belge) ont choisi de partir sur un format manga pour leur nouveau récit. Comme les mangas ont un nombre de pages plus élevé que dans les albums franco-belge, ça leur permettait de développer l’intrigue et leur univers (très riche) sans forcément partir sur une série en XX tomes. En plus ça coûte moins cher au lecteur à l'achat.

 

En bref avec City Hall vous prenez un duo d’auteurs français super talentueux, un univers steampunk très intéressant et qui ne demande qu’à être développé, de l’action, des combats, une intrigue vachement bien ficelée, des persos principaux connus et super charismatiques, vous secouez bien le tout et vous obtenez un super cocktail à consommer sans modération tout l’été (en attendant la sortie du tome 2 prévue pour fin septembre 2012 (je connais déjà le cadeau post-anniversaire que je me ferai )).

 

Je vous recommande donc vivement de vous procurer ce premier tome, car vous ne risquez rien à l'acheter (en plus avec un peu de bol vous pourrez même avoir des chouettes dédiaces avec ^^) hormis peut être de devenir accro à cette uchronie steampunk (voir en bas de l'article pour une définition très sommaire) où le papier n'a plus le droit de cité.

 

Si vous voulez en savoir plus sur ce manga et ses auteurs, je vous conseille de lire l’interview réalisée par Manga Sanctuary (super complète) ou celle de Zero Yen (avec quelques révélations sur la suite) ou de Spirit Lan (avec en plus une interview vidéo).

 

Je vous propose également de visualiser la Bande Annonce de City Hall, qui excusez moi du peu, vous est narrée par Monsieur Slimane-Baptiste Berhoun (un autre gage de qualité !!!) que vous avez peut être déjà vu dans Le Visiteur du futur (Henry Castafolte), J’ai jamais su dire non (Tom), Le guichet (le guichetier)…etc.

 

 

 


 

 

 

Question bonus (je me suis pas foulé, elle vient de Guillaume Lapeyre himself) : Dans un monde sans papier, comment les gens font lorsqu’ils sont aux toilettes ?

 

Question bonus bis (histoire que je fasse pas faire tout le boulot aux autres quand même) : Vous avez l’habitude de lire des ouvrages (quels qu’ils soient) de steampunk ?

 

 

Pour finir je vous présente les deux jolies dédicaces que m'a réalisées Guillaume Lapeyre (oui j'ai pas pu résister à en faire faire une deuxième quelques temps après la première ^^')

 

P6150160-copie-1.JPG

 

P6150159.JPG

 

 

 

 

Global Manga : terme servant à désigner les Bandes-Dessinées réalisées au format manga, par des auteurs qui ne sont pas de nationalité japonaise (français, américains...etc.).

 

Uchronie : sous genre de la SF où l'on part d'un point fixe de l'histoire et on l'a réécrit (exemple : que se serait-il passé si les nazis avaient gagné la seconde guerre mondiale)

 

Steampunk : sous genre de l'uchronie, dont l'action se déroule au temps de la révolution industrielle du XIXe siècle (on y trouve par exemple de nombreuses machines, avancées technologiquement pour l'épqoue, mais fonctionnant à la vapeur).

 

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 17:47

Après un (autre) long moment de torpeur bloguesque, je ressors de ma léthargie et je vais tacher de m'y remettre un peu plus sérieusement. Surtout que j'ai lu pas mal de bons albums ou séries dernièrement

Ping Pong est un manga de Taiyou Matsumoto, publié en France par Delcourt depuis 2003. La série est terminée en 5 tomes, mais je ne vous parlerai que du 1er tome, puisque certains volumes de la série sont épuisés (ou alors en occaz à 60€ le tome...).


http://www.marchedulivre.qc.ca/images/9782847892246.jpg

 

 

Smile et Pekko sont deux amis que tout oppose et qui pratiquent tous deux le ping-pong. Avec l'arrivée imminente du championnat inter-lycées, l'entraîneur du club décide de prendre en main l'entraînement de Smile afin que ce dernier révèle tout son potentiel...

Mon avis :

J'ai fait cette lecture dans le cadre de KBD, le sujet avait l'air sympa et j'étais curieux de voir ce que pourrait donner un manga sur le ping-pong. J'ai donc commandé sans attendre le premier tome et c'est peu après que je me suis aperçu que certains tomes de la suite n'étaient plus édités (oui je suis un boulet -_-').
 
Du coup je pense que vous vous en doutez, mais mon avis ne pourra porter que sur le premier tome de la série. Je sais bien que quand on aime on ne compte pas, mais tout de même 60€ le volume je trouve ça un poil excessif.

Dans l'ensemble j'ai apprécié ce premier tome, même si je suis forcément un peu frustré de savoir que je ne connaîtrai jamais la suite et la fin de l'histoire. D'autant plus que ce premier tome sert surtout à poser les personnages et planter le décor.

On découvre et on apprend à connaître Makoto "Smile" Tsukimoto et Yutaka "Pekko" Hoshino, les deux amis pongistes aux caractères et style de jeux plutôt opposés. Pekko se donne à fond et provoque beaucoup ses adversaires. Smile quant à lui est d'un naturel plutôt discret et effacé, pour lui le ping-pong n'est qu'un loisir dans lequel il ne donne pas son maximum.

L'entraîneur de l'équipe du lycée a repéré le potentiel de Smile et compte bien faire éclore tout son talent, afin que son équipe remporte le championnat inter-lycées. Mais la tâche sera très ardue car le jeune Makoto, ne souhaite pas faire de vagues et aimerait bien que les gens le laissent vivre tranquillement.

Par le biais du ping-pong Taiyou Matsumoto parvient à nous montrer à quel point la société japonaise est exigeante envers ses jeunes dans le cadre scolaire. En effet, au Japon les élèves doivent viser l'excellence et subissent au quotidien une énorme pression de la part de leurs proches et de leurs enseignants (ce qui explique les nombreux suicides d'étudiants).

Le graphisme de matsumoto est assez particulier et à mon avis ne plaira pas à tout le monde, néanmoins il retranscrit très bien les mouvements, si bien que les affrontements de ping-pong sont très dynamiques et vivants. J'ai également apprécié le fait que les différents protagonistes soient tous très facilement identifiables et qu'on ne se perde pas trop à ce niveau là (dans certaines séries je galère parfois pour savoir qui est qui -_-').

En bref un premier tome plutôt agréable à lire et une série qui semble prometteuse. Par contre je serais bien en peine de la conseiller dans la mesure où le graphisme est assez particulier et surtout car elle est quasiment impossible à avoir (après si elle est dispo en biblio ou que vous connaissez des gens qui l'ont je pense que ça vaut le coup de la lire). C'est d'ailleurs dommage que les éditeurs arrêtent parfois comme ça de publier certains tomes (je pense par exemple à l'excellente série Parasite d'Hitoshi Iwaaki et son tome 3 qui n'est plus réédité et introuvable...).


Question bonus : Avez-vous déjà joué au ping-pong dans votre vie (je pense que oui vu que c'est un sport populaire au niveau collège et lycée) et si oui, vous aimez ce sport ou pas du tout ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 17:01

J'aurais du poster cet article il y a quelques temps déjà, puisque je l'ai lu lorsque ma chérie l'a offert. Donc sans plus attendre, voici le dernier Junji Ito paru en France.

 

Le cirque des horreurs (Itoh Junji Kyofu Manga collection Vol.13 en VO) est un manga de Junji Ito publié en France par les Editions Tonkam, dans la collection Frissons en avril 2012. Ce recueil compte 200 pages et comporte 5 nouvelles publiées au Japon entre 1991 et 1995.

 


-Le cirque des horreurs (p. 03-34) :

Un grand évènement vient de se produire dans le petit village où habite Yoshiyuki, en effet un cirque vient de dresser son chapiteau juste à côté du temple du village. Yoshiyuki et ses amis ne rateraient ce spectacle pour rien au monde...

 

Mon avis sur le cirque des horreurs :

Ce recueil commence avec une excellente histoire, je suis déjà pas super fan de cirque en général (j'aime pas les clowns ), mais le cirque des horreurs n'arrange pas les choses. En effet, c'est un cirque très particulier qui est venu s'installer et le spectacle est des plus malsains. Du coup c'est que du bonheur à lire !!!

 

-La ville aux pierres tombales (p.35-94)

Tsuyoshi et sa soeur partent rendre visite à Izumi une amie à eux qui avait déménagé l'année précédente. Après un petit incident de parcours (que je vous laisserai découvrir), ils arrivent dans le nouveau village d'Izumi, lequel possède une tradition plutôt étrange : ériger une pierre tombale à l'endroit exact où les hommes et les animaux meurent...

 

Mon avis sur La ville aux pierres tombales :

Une histoire un peu plus longue que la précédente, mais tout aussi intéressante. Là encore le climat est plutôt malsain et dérangeant dans ce petit village. Sans parler de cette étrange tradition des pierres tombales à l'emplacement des morts qui est vraiment bien pensée et intéressante !!

 

-La fenêtre d'à côté (p.95-110) :

Hiroshi et ses parents viennent juste d’emménager dans une nouvelle maison. La maison voisine de la leur est très étrange, puisqu’elle ne possède qu’une seule fenêtre, laquelle donne sur la chambre du jeune Hiroshi…

 

Mon avis sur la fenêtre d'à côté :

Bien qu’assez courte, cette nouvelle m’a beaucoup plu (et certaines images ont fait flipper ma chérie quand je les lui ai montrées ). Comme vous vous en doutez, il se trame quelque chose de louche dans la maison voisine et même si on s’aperçoit rapidement de quoi il s’agit, l’ambiance reste oppressante tout au long de la nouvelle. J’aimerais pas être à la place d’Hiroshi

 

-Les Mystérieux enfants Hikizuri : L’amoureux de la cadette (p.111-150) :

La vie du jeune Kotani va basculer le jour où il reçoit un appel de Narumi Hikizuri. La jeune fille lui annonce qu’elle compte mettre fin à ses jours, ne supportant plus les brimades de ses cinq frères et sœurs. Dès lors Kotani va tout faire pour la sauver…

 

Mon avis sur Les Mystérieux enfants Hikizuri : L’amoureux de la cadette :

Cette nouvelle nous permet de faire connaissance avec la famille Hikizuri (qu’on retrouvera dans la nouvelle suivante), laquelle est loin d’être très conventionnelle. Ces enfants m’ont d’ailleurs un peu fait penser au personnage de Soïchi et de son journal maudit (que l’on retrouve dans deux recueils de Junji Ito), ils sont en effet plutôt glauques et sombres. Autant dire que Kotani va avoir fort à faire pour arracher Narumi à l’influence maléfique de sa fratrie…  

 

-Les Mystérieux enfants Hikizuri : La séance de spiritisme (p.151-200) :

Kazuya, l’aîné de la famille Hikizuri, fait la connaissance de Sachiyo une jeune femme qui photographie les esprits. Le jeune homme va lui proposer de venir assister à une séance de spiritisme dans sa demeure…

 

Mon avis sur Les Mystérieux enfants Hikizuri : La séance de spiritisme :

Afin de clore le recueil, on retrouve les enfants Hikizuri qui sont à nouveau en très grande forme. L’ambiance est toujours aussi glauque dans cette famille d’enfants malsains, d’autant plus que tout tourne autour du spiritisme et des revenants. C’est donc une histoire plutôt sympatoche qui clôt Le cirque des horreurs.

 

 

Mon avis général sur le recueil :

Je ne vous avais pas reparlé de Junji Ito depuis octobre 2011 au cours de ma semaine spéciale consacrée à lui. Comme je l’ai dit plus tôt, j’aurais du vous présenter son dernier recueil au moment de sa sortie (quand je l’ai eu quoi), mais comme j’ai été pas mal pris ces derniers temps j’ai quelques mois de retard ^^’

 

Quoi qu’il en soit c’est une fois de plus avec beaucoup de plaisir que j’ai pu me plonger dans la lecture d’un recueil d’histoires horrifiques de Junji Ito. On retrouve à nouveau tous les ingrédients habituels de ses nouvelles, des ambiances angoissantes et oppressantes, des personnages pas toujours complètement sains d’esprit et bien évidemment une bonne dose de surnaturel !!

 

Comme dans tous ses recueils, les histoires ne sont pas toute aussi effrayantes les unes que les autres et les dessins peuvent varier un peu (même si on retrouve quand même sa patte), ce qui est normal puisque la publication originale varie de 1991 à 1995.

 

Pour ma part, je reste toujours aussi fan du travail de Junji Ito, mais je pense que certains lecteurs doivent peut être se lasser un peu de ses recueils de nouvelles puisque le principe est toujours un peu le même. J’attends quand même avec impatience le 22 août (en espérant qu’il n’y aura pas à nouveau de retard de sortie -_-‘), pour pouvoir me procurer l’intégrale de Tomié. J’attends également le 24 octobre puisqu’à cette date Tonkam devrait également publier Black Paradox de Junji Ito.

 

Quoi qu’il en soit, vous pouvez être surs que je vous en reparlerai tôt ou tard puisqu’il fait partie de mes auteurs fétiches dont je ne rate pas une publication (comme Stephen King quoi ). Donc encore merci à El Orore qui m’avait parlé de Junji Ito et sans qui je serais passé à côté d’excellents moments de lecture !!

 

Question bonus : Si vous avez déjà lu du Junji Ito quel est votre manga préféré de lui ?  

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 21:28

Il y a un petit moment que je n'ai plus fait de billets, du coup je reviens aujourd'hui avec un article qui fera partie des BD du mercredi de Mango.


http://1.bp.blogspot.com/-ThJmkBSe83c/T7xLFwohn3I/AAAAAAAAPvg/RmP-pdyyzqY/s1600/logo+BD+Mango+rouge.jpg
Un amour de Bento est un manga de Nao Kadaka (scénario et dessin) et Shiori (scénario et recettes) publié en France chez Pika depuis février 2012. Le troisième et dernier tome est paru aujourd'hui.


http://manga.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/3/image/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782811606268_1_75.jpghttp://www.planetebd.com/dynamicImages/album/cover/large/16/41/album-cover-large-16413.jpghttp://www.manga-news.com/public/images/vols/amour-de-bento-3-pika.jpg


Saé est une collégienne qui adore manger, son autre passion c'est d'aider ses amies à confectionner des bento, afin qu'elles déclarent leur flamme à l'élu de leur coeur. Comme Saé est nulle en cusine, elle se fait aider par Yûki (dont elle est secrètement amoureuse), un de ses camarades de classe.

Mon avis :

C'est vraiment très rare que je présente des shojo sur mon blog, car même si j'en lisrégulièrement, en général j'accroche pas plus que ça, mais là c'est un énorme coup de coeur pour moi !!! Comme ma chérie aimerait bien avoir une boîte à bento, en voyant ce manga j'avais été attiré par le titre et la couverture sympa et j'avais décidé de lui acheter les deux premiers tomes (à l'époque le 3 était pas encore sorti).

Par curisoité j'ai commencé à lire le premier tome et là boum, j'ai été complètement accroché et j'ai lu les deux volumes d'affilée. Le concept est vachement simple, on suit Saé qui va a chaque fois essayer d'aider une de ses amies à faire un bon bento. En effet, quoi de mieux qu'un bon repas préparé avec beaucoup d'amour pour déclarer sa flamme à l'être aimé ?

Du coup dans chaque volume il y a 3-4 petites histoires d'amour, dans lesquelles Saé met son petit grain de sel à l'aide d'un menu adapté. Les situations amoureuses des personnages sont variées, parfois drôles, souvent touchantes ou mignonnes si bien qu'on ne s'ennuie pas au fil de la lecture, même si le principe reste souvent le même.

Le duo Saé/Yuki qui aide à confectionner les bentos, fonctionne bien, ils sont attendrissants et amusants avec les multiples quiproquos qu'il y a entre eux. De plus il permettent d'instaurer un fil rouge que l'on suit tout au long des trois tomes.

Les dessins deNao Kodaka sont très sympathiques et collent bien à l'ambiance du manga, en plus pour une fois je me suis pas emmêlé les pinceaux au niveau du look des persos (ce qui m'arrive très régulièrement avec certains shojos ^^').

Ce qui m'a également énormément plu dans cette série, c'est qu'à la fin de chacune des petites histoires on a la véritable recette complète (élaborée par Shior (qui est très connue au Japon pour ses nombreux livres de cuisine qui permettent de faire de bons petits plats à son amoureux)), ce qui nous permet de la faire chez nous (généralement elles ne sont pas trop compliquées à réaliser).

 

Dans le premier volume elle sont regroupées dans un petit carnet en couleur (avec photos) qui se trouve à la fin du tome 1. Dans les deux derniers volumes, elles sont expliquées de façon très claire avec des petits schémas à la fin de chaque histoire. C'est donc vraiment très plaisant et sympa de savoir qu'on peut reproduire les recettes si le coeur nous en dit.

En bref un énorme coup de coeur, une lecture toute mignonne et pas du tout prise de tête. Un savant mélange qui allie bleuettes, recettes de cuisine et manga. En plus une série terminée en trois tomes (donc pas ruine budget) avec de jolis graphismes. Il n'y a donc que des excellentes raisons de dévorer Un amour de Bento, que je conseille à tout le monde (petits et grands, hommes et femmes confondus).


Question bonus : Vous préparez des bons petits plats à l'élu(e) de votre coeur ? 

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 12:29

Aujourd'hui, je vais vous parler d'Enigma, un manga de Kenji Sakaki. La série est publiée en France par Kazé depuis mars 2012, à l'heure actuelle deux tomes sont parus chez nous (au Japon la série est finie en 7 tomes) et le troisième verra le jour le 18 juillet.

 

L'histoire :


Sumio est un lycéen comme les autres, à un petit détail près : il possède le pouvoir de lire l'avenir à l'aide de son "dream diary". Sumio en compagnie de six autres élèves, possédant tous des dons particuliers, vont se retrouver enfermés dans l'enceinte de leur lycée pour participer à l'E-Test. Dès lors ils vont avoir 72 heures pour parvenir à s'échapper, en résolvant les énigmes disséminées à travers tout le bâtiment, tout en évitant "les ombres" qui hantent les couloirs...

 

Enigma T.1

 

Mon avis :


La couverture du 1er tome m'avait intrigué, raison pour laquelle j'ai commencé à lire cette série. Il faut dire que parmi les personnages présents, certains ont l'air plutôt particuliers (notamment l'espèce de bonhomme flottant avec un casque à cornes et un flingue), sans parler de ce crâne bizarroïde en patchwork...

Un feuilletage rapide du volume permet de voir que le dessin est plutôt classique pour un shonen, et donc très facile à lire quand on est habitué au genre. Ce qui est plutôt un bon point, car il est parfois difficile d'entrer dans une histoire quand le dessin est un peu particulier.

Dès que j'ai ouvert ce premier tome, je ne l'ai plus lâché jusqu'à la fin tellement j'ai été pris par l'intrigue. Il faut dire que Kenji Sakaki a trouvé là un scénario plutôt addictif et intéressant, qui mélange habilement le fantastique (les pouvoirs des protagonistes et l'ombre mystérieuse par exemple) et le thriller (huis clos au sein du lycée, tension entre les personnages...etc.).

Il y a énormément de questions qui se posent dès le premier volume, qui est ce mystérieux Enigma qui organise l'E-Test ? Quel est le but de tout ça ? Quels sont les pouvoirs des autres élèves présents ? Vont-ils essayer de s'entraider pour tous survivre ou se la jouer solo ? Quelle est cette mystérieuse ombre qui rôde dans les couloirs ?... et bien d'autres questions encore.

Bien évidemment, l'auteur ne distille que quelques éléments de réponse par-ci par-là, et après deux volumes on est très loin d'avoir toutes les clés en mains. On découvre petit à petit tous les protagonistes d'Enigma, tous très différents et mystérieux. La tension est omniprésente en raison de l'atmosphère lugubre du lycée, des différences de caractère des protagonistes et du stress engendré par cette course contre la montre.

En bref, Enigma est un shonen très addictif et plein de suspense. A voir si dans les prochains tomes la qualité sera toujours au rendez-vous, mais à l'heure actuelle la série possède tout ce qu'il faut pour devenir un incontournable du thriller fantastique !! J'attends avec impatience le troisième tome, vivement juillet !!

 

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 10:05

Je viens juste de m'apercevoir que mon Reading Comic Challenge touche bientôt à sa fin et en raison d'un mois de mai over méga chargé of the dead au boulot (ce que je n'avais pas vraiment prévu à la base), je suis supra loin d'avoir rempli mes objectifs (pas forcément en terme de lecture, mais plus niveau billets).


The reading Comics challenge logo1

 

Donc je me dis que c'est peut être pareil pour certains d'entre vous. Surtout que les partiels, mémoires...etc. se rapprochent ou viennent d'avoir lieu donc tout le monde a ptet pas forcément trop le temps de rédiger des billets.

 

Raison pour laquelle j'ai décidé de prolonger un peu le Reading Comic Challenge, jusqu'à la fin des grandes vacances (début septembre quoi), histoire que tout le monde ait le temps de lire des comics tranquillou. Ce qui laisse également la possibilité à celles et ceux qui ont déjà fini de faire un peu de rab bonus, si le coeur leur en dit


The reading Comics challenge logo2

 

Je vous souhaite donc de bonnes lectures à toutes et à tous et je vous dis à bientôt.

Repost 0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 10:20

L'article du jour entrera dans le cadre de mon Reading Comics Challenge, avec l'option Lire en VO, puisque j'ai lu le comic dont je vais vous parler en VO (ça semble logique ).


The reading Comics challenge logo2
Fell est un comics de Warren Ellis (scénario) et Ben Templesmith (dessin) dont les 9 premières issues ont été publiées entre septembre 2005 et janvier 2008. Seules les 8 premières issues ont été adaptées en 1 volume relié intitulé Feral City. La version que j'ai lue est celle publiée par Image Comics, il s'agit de la 3eme réédition datant de 2011 (la première édition quant à elle datait de juillet 2007). N'ayant pu trouver d'image de la couverture en VO de l'édition que j'ai lue, je vous mets la VF qui est identique (seul le titre du recueil change Feral City en VO et Snowtown en VF)


http://2.bp.blogspot.com/-bnTPNyrohjE/TyK0JTL3uFI/AAAAAAAAEBc/_L5WSxJBdLw/s1600/Fell+-+couverture.jpg
Pour une obscure raison, l'inspecteur Richard Fell a du quitter la ville où il officiait et s'est retrouvé éxilé de l'autre côté du pont, dans la sinistre et inquiètante ville de Snowtown. Bienvenue en enfer Richard...

Mon avis :

Bon ben déjà comme je l'ai lu en VO, forcément j'ai ptet raté une ou deux subtilités en raison de mon faible niveau en anglais . Mais ça ne m'a pas empêché de beaucoup apprécier ma lecture !!! Il faut dire qu'aux manettes il y a quand même deux pointures que j'adore, à savoir Warren Ellis (à qui l'on doit par exemple les excellents Royal Space Force et Transmetropolitan...etc.) et Ben Templesmith dont je suis ultra fan, avec son trait de crayon sombre et glauque à souhait (Wormwood, 30 jours de nuit...etc.).

On suit donc ici le lieutenant Richard Fell, fraîchement transféré dans la ville de Snowtown. Ce dernier cache un lourd secret, qu'a t'il bien pu faire de si horrible pour ne plus avoir le droit de remettre les pieds dans son ancienne ville (située de l'autre côté du pont) et devoir s'enterrer à Snowtown, où tous les désaxés en tout genre semblent s'être donnés rendez-vous ? Il rejoint donc les forces de police de la ville, laquelle compte 3 détectives et demi (il y a un cul de jatte dans le tas), donc autant dire que l'efficacité n'est pas forcément au rendez-vous, mais la situation va changer grâce à Richard Fell.

En effet ce dernier est un excellent enquêteur, doué d'un très grand sens de l'observation, ce qui lui permet de cerner les gens d'un simple coup d'oeil. Mais dans une ville où tout le monde semble un peu dérangé et/ou avoir quelque chose à cacher, sa perspicacité lui sera-t-elle vraiment utile ?

 

Snowtown est une ville vraiment très étrange, dès les première pages on est plongé en plein dans la folie ambiante, on sent bien que quelque chose cloche par ici, d'ailleurs que peut bien signifier cet étrange tag rouge que l'on retrouve un peu partout en ville, qui est cette personne vêtue comme une nonne et arborrant un masque de Richard Nixon...etc. les questions sans réponses et les bizarreries sont légion dans cette ville (j'espère d'ailleurs qu'on finira par avoir des réponses à tout ça).

Ce premier volume de Fell se compose de 8 petites histoires mettant toutes en scène l'inspecteur, dans son quotidien de flic et autant dire qu'il ne va pas chomer et avoir à se colleter au rebut de l'humanité. A croire qu'à Snowtown pas un seul jour ne se passe sans qu'une affaire complètement sordide se produise ou qu'on retrouve des macabés dans la rue. En plus de Richard Fell on retrouve régulièrement quelques autres personnages intéressants tels que la barmaid, le médecin légiste ou le chef de la police et sa secrétaire, tous semblent à plus ou moins grande échelle être "contaminés" par la folie de la ville et/ou cacher de lourds secrets.

La ville est d'ailleurs un protagoniste à part entière dans ce volume, toujours omniprésente, sombre et froide, malfamée et dérangeante. Tous les personnages que l'on croise semblent complètement fous, à croire que c'est cette ville qui les rend comme ça, cette ville dans laquelle on peut venir échouer quand on a merdé...

Le dessin de Templesmith rend d'ailleurs à merveille cette impression de noirceur qui se dégage de Snowtown, une ville où l'on n'a pas envie de foutre les pieds à moins d'y être contraint et forcé. Il n'y a pas vraiment de fantastique dans la série, mais on a néanmoins l'impression que "le mal" sous toutes ses formes se cristallise ici, à l'issue du premier tome on ressort de la lecture en pensant que des puissances maléfiques sont à l'oeuvre dans la cité...


Même si Fell reste assez classique dans le principe (le quotidien d'un flic et ses enquêtes), ça fourmille néanmoins de bonnes idées et c'est un régal de voir cet homme (qui m'a un peu rappelé Wormwood le côté zombi déjanté en moins) agir parfois de façon très limite pour faire le bien. N'hésitant pas à dérouiller méchamment certains coupables, mais au vu des crimes qu'ils ont commis, c'est finalement peu de choses. De ce point de vue là, Snowtown semble être le terrain de jeu idéal pour ce flic aux méthodes parfois un peu brutales, à moins qu'il n'agisse de la sorte seulement parce que la folie ambiante le gagne peu à peu. Tout ça on ne pourra pas le savoir tant qu'on ne saura pas pourquoi il a été muté ici en dépit de ses excellents résultats de l'autre côté du pont...

Ce qui m'amène au point négatif de la série, c'est tout simplement que je suis accro et que je voudrais en savoir plus, je voudrais la suite !! Mais quand on voit que même en VO, il n'y a rien de neuf depuis janvier 2008 ça sent pas bon. Il faut dire que visiblement Fell était une expérience de Warren Ellis pour produire un Comic meilleur marché puisque contenant moins de pages que la normale. C'est ce qui explique le fait que les histoires soient assez courtes et que chaque planche soit généralement sous forme de gaufrier à 9 cases (quelques exceptions néanmoins avec parfois des découpages à 7 ou 8 cases où certaines cases s'étalent un peu plus), donc peut être que le succès n'a pas été au rendez-vous ou alors c'est tout simplement car les deux auteurs bossant sur des tas d'autres projets n'ont pas le temps de faire la suite (ce qui est bien dommage -_-').

En bref Fell est un excellent comic bien noir et amoral, dans lequel on croise les pires rebuts de l'humanité. Heureusement Richard Fell est là pour faire le ménage et tout faire pour résoudre les enquêtes sordides qui sont dorénavant son pain quotidien. En effet pas un jour ne se passe sans que les cadavres pleuvent et que les affaires glauques à souhait s'entassent. L'inspecteur ne fera pas toujours dans la dentelle pour venir à bout des ordures qu'il a en face de lui, mais c'est ça qui est génial justement. Le tout servi par l'excellente patte, sombre à souhait  et reconnaissable entre mille de Templesmith. Laquelle fait merveille ici et convient parfaitement à retranscrire toute la noirceur et la folie de la ville de Snowtown. Cette der,ière a maintenant un "héros" pour protéger et rendre justice à toutes les victimes des détraqués qui sévissent là bas. Vous l'aurez compris, âmes sensibles s'abstenir, pour les autres à se procurer et à lire !!!


Question bonus : Seriez vous prêt à tout pour rendre la justice, quitte à employer des méthodes très brutales ? 

 

 

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 08:13

Sur KBD, après le mois d'avril consacré à la guerre en BD (qui était le premier thème mensuel que je proposais au sein de l'équipe, en plus j'ai eu la chance de tomber dans un mois à 5 dimanches et de signer deux des synthèses ^^) où nous vous avons présenté : L'art de Voler, L'histoire des 3 Adolf, Reportages, Il était une fois en France et Live War Heroes, c'est au tour de David de vous faire découvrir la thématique du mois de mai.

Changement de registre en ce dimanche électoral, il vous convie à venir découvrir l'Urbanité !! Qu'il attaque avec l'album TMLP de Gilles Rochier, sa synthèse vaut d'ailleurs clairement le coup d'oeil, en tout cas toute l'équipe l'a adorée !! (oui ceci est bien un message subiminal qui vous pousse à aller lire cette synthèse )


http://chezmo.files.wordpress.com/2012/05/minitmlp.jpg?w=88&h=90
Sur ces bonnes paroles, je vous souhaite un bon dimanche et je vous dis à bientôt pour de nouvelles lectures (si j'arrive à me motiver à rattraper mon retard ^^').

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans KBD
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 17:31

Mon article du jour entrera dans le cadre des BD du mercredi de Mango, du Roaarrr Challenge de Mo' et de mon Reading Comic Challenge (il serait ptet temps que je m'y mette si je veux arriver à le finir à temps ^^').


http://2.bp.blogspot.com/-WSbOUjER0yA/T4MY2xxIV1I/AAAAAAAAO1E/wwDjwULp3lg/s1600/logo+BD+Mango+rouge.jpg pictosingelionpetitThe reading Comics challenge logo1


American Vampire est un comic de Scott Snyder (scénario), Stephen King (scénario des 5 premières issues) et Rafael Albuquerque (dessin), publié chez Panini Comics dans la collection Vertigo depuis février 2011. American Vampire a reçu l'Eisner Award de la meilleure nouvelle série en 2011.


http://storage.canalblog.com/94/15/675433/73762004.jpghttp://www.decitre.fr/media/catalog/product/9/7/8/2/8/0/9/4/9782809420746FS.gif


De son vivant, Skinner Sweet était rusé et impitoyable, un vrai desperado recherché partout aux USA. C'est suite à sa capture en 1880 que ce dernier va devenir un vampire, mais pas n'importe quel vampire, le premier vampire américain...


Mon avis :


Je préfère prévenir tout de suite, si pour vous un vampire se doit de briller au soleil, de ne pas sucer le sang des êtres humains parce que c'est paaaaaas bien, avoir des manières aristocratiques...etc. ben American Vampire n'est pas vraiment fait pour vous. En effet Scott Snyder et Stephen King ont revisité et dépoussiéré le mythe du vampire, qui sont devenus au fil du temps des lavettes romantiques. Ils ont créé le vampire américain et ont donc vu les choses en grand, comme il se doit aux USA.


Skinner Sweet qui est le premier vampire du genre nétait pas forcément quelqu'un de très recommandable de son vivant, il ne l'est toujours pas une fois devenu mort. C'est même pire, puisque contrairement aux vampires traditionnels : le soleil ne le tue pas, il ne se contente pas de deux petites caninounettes mais possède de longs crocs acérés et pour parachever le tout, ses griffes sont tellement tranchantes qu'elles peuvent découper n'importe quoi.


Je pense donc que vous l'aurez compris, avec American Vampire, les vampires s'offrent une nouvelle jeunesse et reprennent du poil de la bête. Ils redeviennent des êtres vicieux et assoifés de sang, refont la chasse aux être humains (au lieu de leur conter fleurette) et ils s'entre-tuent à qui mieux mieux.

 
Bon maintenant que vous cernez un peu mieux de quoi il s'agit, je vais développer un peu plus l'histoire de ce premier tome d'American Vampire. Je vais d'ailleurs commencer en corrigeant une erreur que j'ai pu voir à certains endroits à savoir que Stephen King n'en est pas l'auteur principal (eh ben non, c'est Scott Snyder !!). Il a juste écrit les 5 premières issues c'est à dire le recueil Sang Neuf qui narre les origines de Skinner Sweet.


Scott Snyder avait contacté Stephen King en lui disant qu'il allait écrire un comic vampirique pour Vertigo, il lui avait donc envoyé le pitch de la série en lui demandant un slogan promotionnel. Mais King a été tellement emballé par le projet qu'il a demandé à Snyder s'il ne pouvait pas plutôt en écrire un épisode et au final Stephen King a écrit toutes les origines de Skinner Sweet, ainsi que l'introduction du recueil (au titre très poétique de Tais-toi et suce).


Dans laquelle il signale justement que tout le mérite d'American Vampire en revient au scénar de Snyder et non pas à lui, d'ailleurs cette intro du King est un vrai petit bijou qui donne bien le ton de la série. Je ne résiste donc pas à l'envie de vous en livrer quelques passages : 


"Voici quelques exemples de ce qu'un vampire ne devrait jamais être : un détective palichon qui boit des bloody mary et ne travaille que la nuit: un gitan mélancolique de la Nouvelle-Orléans ; une adolescente anorexique ; un éphèbe diaphane aux yeux de biche. Alors que devrait-il être ? Un tueur ma poule. Un tueur de sang-froid assoifé de sang chaud [...] L'idée initiale c'est avant tout de rendre à ces chers suceurs de sang le mordant qu'ils ont perdu avec la mode des "vampires pour midinette". Il est temps qu'ils fassent peur à nouveau. J'ai la chance d'avoir contribué à cela. Skinner Sweet ne se satisfait pas de raconter sa vie aux nénettes. Il les suce. Et c'est ça qui est bon."


Et voilà, avec ça la messe est dite et on plonge tout de suite dans l'ambiance sulfureuse et violente d'American Vampire. L'histoire de ce premier recueil se déroule à cheval sur deux époques : 1880 où l'on suit la renaissance de Sweet et 1920 où l'on fait la connaissance de la jeune actrice Pearl Jones qui rêve de percer à Hollywood.


Ce premier tome sert donc d'introduction à la série et permet de se familiariser avec les protagonistes principaux, j'ai donc méga hâte de pouvoir lire la suite (malheureusement comme je me suis réveillé à la bourre, le tome 2 est épuisé à l'heure actuelle -_-')  qui s'annonce comme une excellente saga vampirique.

 
Le dessin de Rafael Albuquerque est vraiment excellent et convient à merveille à l'ambiance de la série, c'est sombre et nerveux. Les vampires et les êtres humains, ne font pas dans la dentelle si bien que le sang coule à flot. Les nombreuses scènes d'action sont vachement bien foutues et donnent l'impression que les personnages s'animent sous nos yeux. Grâce au trait d'Albuquerque, on s'immerge sans problème dans cette Amérique à l'ère de la révolution industrielle et on revit les premiers pas du cinéma parlant comme si on y était.


Les personnages principaux de la série sont attachants et charismatiques, même si Skinner Sweet est loin d'être un homme bien, je l'ai trouvé vachement classe et j'en suis super fan !! Pearl Jones m'a également bien plu, elle ne fait pas trop héroïne cruchonne inutile comme c'est parfois le cas avec les personnages féminins.

 

J'espère donc pouvoir suivre la suite de leurs aventures rapidement, car du vrai bon vampire bien méchant sadique et vicieux comme ça, moi j'adore et j'en redemande !!


En bref,  un comic nerveux, sanglant et plein d'action, qui redonne aux vampires un visage effrayant. Contrairement aux vampires qui brillent au soleil ou que l'on voudrait épouser, vous n'aurez aucune envie de vous frotter à ces vampires américains avides de sang frais et très résistants !! Un excellent moment de lecture pour moi et un énorme coup de coeur que cet American Vampire que je conseille à tous ceux qui ont envie de voir autre chose que des vampires gentils et mignons. En plus les dessins sont superbes et collent à merveille au récit, alors que demander de plus franchement ?!!

 

 

Question bonus : Qu'est ce que vous associez automatiquement aux vampires ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article

Présentation

  • : Mr. Zombi's place
  • Mr. Zombi's place
  • : Un blog pour parler de tout ce qui me botte : lecture, jeux vidéos, gadgets, films...etc.
  • Contact

Visiteurs

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog.

  visiteurs ont parcouru ce blog.