Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 05:00

Et voilà, nous sommes samedi et c'est le dernier jour de cette semaine consacrée à Junji Ito sur mon blog. Même si elle s'achève, je pense que vous croiserez de nouveau tôt ou tard cet auteur sur mon blog

La ville sans rue (Itoh Junji Kyofu Manga collection Vol.11 en VO) est un manga de Junji Ito publié en France par les Editions Tonkam, dans la collection Frissons en mars 2011. Ce recueil compte 224 pages et comporte 5 nouvelles publiées au Japon entre 1990 et 1993.


http://geekette.fr/wp-content/uploads/2011/03/ville_sans_rue.jpg
-La ville sans rue (p.3-72) :

Saiko est une jeune lycéenne qui sans savoir pourquoi, rêve toutes les nuits de Kishimoto, un de ses camarades de classe. Ce dernier étant plutôt quelconque et réséervé, Saiko ne comprend pas son obsession pour lui. Et si ça avait un rapport avec la méthode Aristote...

Mon avis sur la ville sans rues :

Ce recueil commence très fort avec une excellente histoire. Mon résumé peut sembler plutôt banal, mais l'histoire prend rapidement un tour assez malsain. Il y a également une dimension fantastique lorsque Saiko se retrouve dans la ville sans rue... L'ambiance est très oppressante tout du long et il y a pas mal de suspense.

-On a frôlé la catastrophe (p.73-82)

Le vol 303 de la compagnie Chuo Koku ne donne plus aucune nouvelle, ce qui inquiète Konishi et sa soeur puisqu'un de leurs amis se trouvait à bord.

Mon avis sur on a frôlé la catastrophe :

Une très courte histoire qui bien que plutôt classique n'en demeure pas moins efficace. On y suit Konishi, sa soeur et Kawaguchi qui partent à la recherche de leur ami Takashio qui se trouvait à bord de ce vol.

-La ville aux plans (p.83-114) :

Hiroshi et Miki, un jeune couple, se rendent par hasard dans la ville de Shirbué (qui signifie littéralement panneau indicateur en français) et vont s'apercevoir qu'il y a des plans et des poteaux indicateurs à tous les coins de rue...

Mon avis sur la ville aux plans :

Une histoire qui m'a beaucoup plu et pas mal intrigué. En effet, on se demande à quoi peuvent bien servir tous ces plans, ça semble tellement inutile d'en avoir à tous les coins de rue. Même si la fin est plutôt prévisible, cette histoire reste très sympa à lire.

-Le village aux sirènes (p.115-164) :

Kyoichi retourne dans son village natal de Shirobé, après avoir reçu une lettre de sa mère qui lui annonce qu'une usine y a été installée.

Mon avis sur le village aux sirènes :

Le début est plutôt déroutant, mais ensuite on se laisse happer et on se demande à quoi peut bien servir cette drôle d'usine implantée au beau milieu d'un village agricole. Une histoire plutôt soft et classique, une de celles qui m'a le moins emballé parmi toutes celles que j'ai lues (mais elle se lit bien quand même ).

-Le nouvel élève aux dons surnaturels (p.164-224) :

Hikaru, Kiyoshi,Katsuko, Miyoko et Maïoko ont créé dans leur bahut l'Amicale du paranormal. Lorsque Tsukano, un nouvel élève arrive au lycée, ils lui proposent de les rejoindre à l'amicale.

Mon avis sur le nouvel élève aux dons surnaturels :

Une nouvelle peu effrayante pour la fin, mais malgré tout très fantastique car il va se passer plein de choses extraordinaires dans cette petite ville si calme. Un bon moyen de finir ce recueil en passant un bon moment.

 


Mon avis général sur le recueil :

La ville sans rue est un autre très bon recueil de Junji Ito et contient plein de chouettes nouvelles. Toutes ne sont pas forcément effrayantes dans ce recueil, mais elles ont à chaque fois un petit quelque chose et des bonnes idées à l'intérieur.

Hormis pour On a frôlé la catastrophe, toutes les histoires mettent en scène et au premier plan, une ville ou un village où il se passe des drôles de choses. Ces villes ou villages deviennent presque des personnages à part entière ou en tout cas ils sont parties prenantes dans les situations extraordinaires qui se produisent.

L'album est un peu plus sobre que les autres recueils de l'auteur, quelques éléments en relief et une découpe circulaire au centre de la couverture pour laisser apparaître l'image (mais ça va car la découpe s'abîme moins que pour Le voleur de visages). L'ouvrage n'en demeure pas moins solide et de bonne facture.

En bref un recueil qui fourmille une fois de plus de bonnes histoires, toutes ne sont pas effrayantes, mais valent quand même le coup d'être lues.


Bilan de la semaine Junji Ito :

Et voilà comme annoncé, cette semaine consacrée au mangaka Junji Ito s'achève avec le 6eme recueil que je viens de vous présenter. J'espère ne pas vous avoir trop bassiné et pourquoi pas que ça vous a donné envie de découvrir l'auteur ou certaines de ses oeuvres.

Quoi qu'il en soit, je serai amené à vous présenter à nouveau ses oeuvres puisque j'ai 7 autres mangas de lui dans ma PAL (ils devraient être bientôt lus ). Pour ma part et contrairement à pas mal d'avis que j'ai lus sur le net, je ne me lasse pas du format nouvelles de ses histoires, ni de ses fins ouvertes.

 

Tous les recueils ne possèdent pas le même nombre d'histoires et ces dernières n'ont pas toutes la même qualité. Certaines sont vraiment très marquantes et d'autres un peu moins, mais malgré tout je pense qu'elles valent tout le coup d'être lues.

C'est vrai que Junji Ito traite de sujets récurrents dans les thèmes de l'horreur ou du fantastique, mais je trouve qu'il apporte de bonnes idées et arrive à nous tenir en haleine. Il laisse monter petit à petit le suspense et la pression et retranscrit bien les émotions de ses personnages dans ses dessins.

En bref Junji Ito est devenu un de mes auteurs fétiches, ceux dont je suis fan et dont j'essaye de me procurer toutes les oeuvres (et il y en a pas des masses des comme ça).


Question bonus : Laquelle des nouvelles de ce recueil vous tente le plus ?

Question bonus bis : Le principe de la semaine spéciale vous a-t-il plu ou pas ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 07:51

Tout de suite, l'avant-dernier article dans le cadre de ma semaine spéciale Junji Ito

 

La maison de poupées (Itoh Junji Kyofu Manga collection Vol.10 en VO) est un recueil de 7 nouvelles de Junji Ito, publiées au Japon entre 1988 et 1994. Il est publié en France par les Edtions Tonkam dans la collection Frissons, depuis octobre 2010. Ce recueil compte 222 pages.

 

http://geekette.fr/wp-content/uploads/2010/11/junji-ito_maison.jpg

 

-Ice cream bus (p.3-26) :

Tous les samedis en fin d'après-midi, le marchand de glaces passe dans le quartier et emmène les enfants faire un tour dans le camion, le temps qu'ils mangent leur glace. Mais que peut-il bien se passer chaque semaine pendant la balade, pour que les enfants soient si impatients d'y retourner ?

Mon avis sur Ice cream bus :

Même si par chez nous c'est plutôt rare, je pense que tout le monde a déjà vu (à la télé, dans des livres...etc.) ou entendu parler des camions qui vendent des crèmes glacées. Je ne sais pas si c'est quelque chose de traditionnel au Japon, néanmoins Junji Ito revisite le marchand de glace à sa sauce (qui n'est pas au chocolat ) et c'est une façon sympa de débuter le recueil.

-La maison des camarades (p.27-50) :

Yukari, Chikako et Minaé sont trois copines de classe, elles décident de visiter une maison abandonnée du quartier, qui est réputée pour être hantée. Yukari a trop peur et préfère attendre ses amies dehors...

Mon avis sur La maison des camarades :

Une histoire de maison hantée très agréable à lire et assez inventive, avec en prime une bonne petite fin comme je les aime, ce qui ne gâche rien, bien au contraire

-Tabagie (p.51-70) :

La dernière mode chez les garçon c'est de fumer. Même si en faisant ça, ils risquent de se faire renvoyer du bahut. Heureusement qu'il existe les "tabagies" pour pouvoir fumer sans risques...

Mon avis sur Tabagie :

Ce n'est pas la nouvelle la plus impressionnante ou effrayante du recueil, mais elle est quand même bien pensée. Une bonne histoire qui part d'une simple cigarette et se termine de façon rigolote.

-Le vieux disque (p.71-104) :

Nakayama va souvent chez son amie Ogawa pour écouter une chanson enregistrée sur un vinyle à la pochette complètement blanche, si bien qu'il est impossible de savoir qui chante et le nom de cette chanson. En plus Ogawa ne veut pas lui dire d'où il vient, ni le lui copier, ce qui agace fortement Nakayama...

Mon avis sur Le vieux disque :

Une chanson et un disque énigmatiques sont au centre de cette nouvelle, tout comme Nakayama on a envie de savoir d'où peut bien provenir cette mélodie. D'ailleurs à noter que pour une fois la fin n'est pas ouverte. Une histoire sur fond musical, avec des airs de légende urbaine, que j'ai beaucoup appréciée.

-La chambre du sommeil (p.105-130) :

Yuji est un jeune homme qui a décidé de ne plus dormir car selon lui le double de ses rêves essaie de prendre sa place lorsqu'il dort. Il fait part de ses craintes à son amie Mari.

Mon avis sur La chambre du sommeil :

Cette nouvelle donne lieu à quelques passages assez gores et crados bien sympas. Le côté privation de sommeil et monde onirique m'a un peu fait penser à la saga des Freddy (mais bon pas de tueur psychopathe aux doigts tranchants par ici )

-L'homme aux cadeaux (p.131-162) :

Sosuké Okura est un homme de la pire espèce qui n'hésite pas à tout faire pour parvenir à ses fins. Un hypnotiseur de talent a donc été chargé de le neutraliser à tout prix et de le rendre inoffensif. Dorénavant Okura ne vivra plus que pour donner aux autres...

Mon avis sur L'homme aux cadeaux :

Une histoire qui traite des pouvoirs de l'hypnose et qui délivre également quelques critiques à l'égard de notre société (enfin moi je l'ai pris comme ça). Peu de surnaturel, de gore ou autre dans cette nouvelle, mais c'est néanmoins intéressant.

-La maison de poupées (p.163-222) :

Haruiko, son frère et sa soeur ont passé leur enfance sur les routes pour aider leur père marionettiste. A la mort de celui-ci chacun de ses enfants a suivi sa propre route. Yuki l'aîné a gardé Jean-Charles le sorcier, la marionette qu'il préferait utiliser quand il était petit...

Mon avis sur La maison de poupées :

Cette histoire qui donne son nom au recueil français est vraiment génialissime et le termine en beauté. L'ambiance est malsaine et oppressante avec toutes les poupées et marionettes qui s'y trouvent, la tension monte tout au long de la nouvelle et la fin est géniale !!!

 


Mon avis général sur le recueil :

Avant de commencer, je tiens à souligner une fois de plus le bon boulot réalisé par Tonkam et les bonnes idées dont ils font preuve. En effet sur ce recueil, en plus des éléments en relief plutôt courants, ils ont ajouté pour La maison des poupées des images phosphorescentes. J'ai trouvé ça vachement astucieux et bien pensé pour des histoires d'horreur, comme ça même dans le noir, les poupées nous fixent encore...

Ce recueil comporte pas mal de très bonnes nouvelles, dans des registres assez variés. Toutes partent en général d'un objet plutôt courant ou connu (camion de glace, vinyle, cigarette, marionette...etc.) et le quotidien bascule dans le fantastique ou l'horreur. Bien que j'ai apprécié tous les recueils de Junji Ito jusqu'à présent, je pense que La maison de poupées fait partie de mes préférés (ce qui explique surement pourquoi j'ai plus de mal à en parler )

Le trait d'Ito fait toujours autant mouche avec ses ambiances sombres et bien travaillées. On ressent toujours très bien les sentiments des personnages et toute leur détresse lorsque leur vie se met à changer de cap. Bien que toutes les histoires aient un petit côté surnaturel, je peux pas m'empêcher de toujours me poser la question et si ça arrivait... ? quand je lis ses histoires.

Je sais bien que c'est pas possible et autre mais Ito à l'instar de Stephen King arrive à me faire ressentir ce genre de choses et rend presque plausibles et réels des scénarios complètement surnaturels. C'est tout ça (entre autres choses) qui fait que je suis complètement accro à ces deux auteurs et que dès que j'en ai l'occasion, je fais tout mon possible pour lire leurs oeuvres.

En bref, un de mes recueils de nouvelle préféré avec des histoires plutôt variées et qui reprennent tous les ingrédients que j'adore (du surnaturel, du fantastique, de l'horreur, du sang...etc.), pour ma part je prends toujours autant de plaisir en lisant Ito.

 

Question bonus : Laquelle des nouvelles de ce recueil vous tente le plus ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 08:43

Et hop, sans plus de cérémonies, c'est parti pour le 4eme article consacré à Junji Ito !!

 

Hallucinations (Itoh Junji Kyofu Manga collection Vol.9 en VO) est un recueil de 6 nouvelles de Junji Ito, publiées au Japon entre 1989 et 1993. Il est publié en France par les Edtions Tonkam dans la collection Frissons, depuis juillet 2010. Ce recueil compte 194 pages.


http://www.manga-news.com/public/images/vols/hallucinations-tonkam.jpg
-Hallucinations (p.3-34) :

Le jeune Oshikiri habite seul dans la grande maison familiale puisque ses parents son en voyage d'affaires. Souffant d'un complexe d'infériorité à cause de sa petite taille, Oshikiri a tué son meilleur ami Nakajima et l'a enterré dans la cour. Mais depuis qu'il a fait ça, il voit de drôles de choses, serait-il victime d'hallucinations ?!

Mon avis sur Hallucinations :

Un recueil qui commence une fois de plus très fort avec une nouvelle pleine de suspense et à l'ambiance oppressante. Dur, dur de savoir ce qui est réel ou non dans toute cette histoire, mais le dénouement est plutôt sympa.

-La mare aux esprits vengeurs (p.35-66) :

La mare derrière le collège est très polluée, si bien que le comité d'embellissement a décidé de la nettoyer. Le seul problème c'est que la rumeur prétend que cette mare est hantée par des esprits...

Mon avis sur La mare aux esprits vengeurs :

Cette histoire sur fond de revenants est très intéressante à suivre et offre quelques petits retournements de situation intéresants. L'affaire reste quand même bien mystérieuse...

-Les correspondantes (p.67-98) :

Oshikiri fait de drôles de rêves seul dans la grande maison familiale.  Sa solitude lui pèse tellement qu'il décide de s'intéresser à Satomi, une fille solitaire comme lui. Cette dernière ne cherche pas avoir de vrais amis et préfère correspondre par lettres avec d'autres filles...

Mon avis sur Les correspondantes :

Une excellente histoire et une de celle que j'ai préférée dans ce recueil. C'est très intéressant de voir comment évolue la relation entre Oshikiri et Satomi. On se questionne au cours de l'histoire sur qui peuvent bien être les mystérieuses correspondantes de Satomi.

-L'intrus (p.99-130) :

Oshikiri entend des bruits de pas dans sa maison, sans jamais pouvoir les localiser. Cette nouvelle intéresse beaucoup un petit groupe d'élèves passionnés par les phénomènes paranormaux.

Mon avis sur L'intrus :

Une autre très bonne nouvelle, dans laquelle on commence à entrevoir un début d'explication à tous les phénomènes étranges qui se produisent dans la maison d'Oshikiri.

-Une étrange histoire d'Oshikiri (p.131-162) :

Oshikiri trouve une de ses camarades de classe dans sa maison. Elle semble avoir une peur bleue de lui, pourtant le lendemain lorsqu'il la revoit en cours, elle semble tout à fait normale...

Mon avis sur Une étrange histoire d'Oshikiri :

Un récit qui donne lieu à pas mal de phénomènes paranormaux et de choses zarbi. L'histoire est un peu plus gore que les précédentes (même si ça reste plutôt soft dans l'ensemble).

-Une étrange histoire d'Oshikiri : les murs  (p.163-194) :

A la suite d'un tremblement de terre, Oshikiri fait une bien macabre découverte dans l'un des murs qui s'est écroulé chez lui. Le problème c'est que ses parents vont bien rentrer de leur voyage d'affaire...

Mon avis sur Une étrange histoire d'Oshikiri : les murs :

Le recueil se termine sur une autre très bonne histoire, la fin reste ouverte. Il y a toujours pas mal de paranormal et la tension est très palpable tout au long de l'histoire.


Mon avis général sur le recueil :

Comme je suis une grosse quiche, je ne me suis aperçu de la particularité de ce receuil qu'à la 4eme histoire sur 6 -_-'. En lisant mes résumés et autre, vous vous en êtes peut être aperçu, mais ce recueil diffère des autres.

En effet, toutes les histoires mettent en scène le jeune Oshikiri, vivant seul dans sa grande maison. Bien qu'elles aient été publiées avec quelques années d'écart, les nouvelles "se suivent" un peu (la 2eme et la troisième se passant à l'extérieur, c'est la raison pour laquelle je n'avais pas fait le rapprochement ^^') et offrent presque une histoire complète.

J'ai fait de mon mieux pour éviter de vous parler de la raison pour laquelle tous les évènements zarbis arrivent à Oshikiri. En tout cas pour ma part j'ai bien aimé l'idée et son exploitation (même si j'ai vu qu'en général ça n'avait plutôt pas plu aux autres lecteurs du recueil ^^').

 

On ressent bien la solitude d'Oshikiri tout au long des histoires, et on a l'impression "d'halluciner" en même temps que lui, au point qu'on ne sait plus vraiment ce qui est vrai de ce qui est faux. Le fait que la maison soit un lieu récurrent, en fait presque un autre personnage principal à part entière (c'est en tout cas l'impression que j'ai eue et elle est flippante cette baraque lol)

Le dessin de Junji Ito est toujours aussi efficace et rend toujours aussi bien les émotions de ses personnages, les décors sont plutôt sombres et nous oppressent tout du long. Pendant le recueil on découvre différentes facettes du jeune Oshikiri, qui nous apparaît plus ou moins sympathique selon les histoires. Une fois encore, nous n'avons pas toutes les clés en main à l'issue des nouvelles et c'est à nous de nous forger notre propre opinion (c'est un des trucs que j'adore chez Ito )

 

Sinon au point de vue de l'album, une fois encore Tonkam ne se moque pas de nous et nous offre quelques éléments en relief sur la couverture qui donnent l'impression quel 'esprit diabolique sort de la couverture (c'est du gadget mais j'aime bien ^^).

 
En bref, un recueil qui change des précédents puisque toutes les histoires sont liées et possèdent le même protagoniste principal. Pour ma part j'y ai retrouvé tout ce que j'aime bien chez Junji Ito, un dessin sympa, du fantastique, des ambiances bien léchées...etc. Que du bonheur une fois de plus !!

 

 

Question bonus : Laquelle des nouvelles de ce recueil vous tente le plus ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 10:24

L'article du jour est le troisième de ma semaine consacrée à Junji Ito. Comme nous sommes mercredi, il comptera également pour les BD du mecredi de Mango.


BD2 logo des BD du mercredi de Mangojpg (1)
Les fruits sanglants (Itoh Junji Kyofu Manga collection Vol.8 en VO) est un recueil de 7 nouvelles de Junji Ito, publiées au Japon entre 1989 et 1993. Il est publié en France par les Edtions Tonkam dans la collection Frissons, depuis janvier 2010. Ce recueil compte 230 pages.


http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/9/4/9/9782759500949.jpg

-Les fruits sanglants (p.3-62) :

Anzai et Kana partent en virée en voiture et ont un accident en forêt. En marchant pour trouver de l'aide, ils finissent par aterrir dans un village à l'air abandonné...

Mon avis sur Les fruits sanglants :

Le recueil commence très fort avec cette nouvelle, qui revisite sous un angle assez intéressant un des grands mythes du fantastique. De quoi entamer ce tome, avec une histoire bien juteuse ^^

-L'épreuve du dédale (p.63-94) :

Noriko et Sayoko sèchent le lycée pour aller randonner en montagne où elles vont tomber sur un drôle de temple d'ascètes...

Mon avis sur L'épreuve du dédale :

J'ai trouvé que ce n'était pas la meilleure des nouvelles du recueil, elle manque un peu de peps et hormis la fin qui est pas trop mal, le reste manque plutôt d'action. En plus il y a pas vraiment de gore ou autre, donc histoire sans plus.

-L'épée de réanimation (p.95-124) :

Murasé et Seiichiro partent en pleine nuit à la chasse aux feux follets.Seiichiro va s'apercevoir que tous les feux follets convergent vers un homme étrange armé d'une épée...

Mon avis sur L'épée de réanimation :

Une nouvelle plutôt fantastique et avec pas mal d'action, par contre comme pour la précédente j'ai été un peu déçu. L'histoire est plaisante à suivre mais je l'ai trouvée un peu trop prévisible.

-Le testament (p.125-156) :

Takéo s'est suicidée en se jetant sous un train, elle tenait une feuille de papier dans sa main, sur laquelle elle maudissait quelqu'un. Sa famille est persuadée qu'elle reviendrait les hanter...

Mon avis sur Le testament :

Après les deux dernières nouvelles que j'avais un peu moins appréciées, ça repart très fort avec le testament. Une histoire vraiment super, pleine de revenants, de possessions et de malédictions. Quelques scènes sanglantes et une fin assez "amusante", du très bon !!

-Le pont (p.157-188) :

La grand-mère de Kanako vit seule dans une région isolée, elle a téléphoné complètement terrifiée à Kanako en lui demandant de l'aide...

Mon avis sur Le pont :

Une autre nouvelle plutôt agréable, sur fond de tradtion folklorique. Un petit suspense tout du long et quelques images horrifiques.

-Logique diabolique (p.189-198) :

Kazué Morimoto s'est suicidée en sautant du toit de son lycée. Le jeune Okamori qui était avec elle une heure auparavant ne comprend pas du tout son geste, peut être que l'enregistreur qu'il avait glissé dans son sac pour l'espionner l'aidera à savoir...

Mon avis sur Logique diabolique :

Bien qu'assez prévisible, cette nouvelle est très plaisante à lire et m'a fait penser à certaines légendes urbaines ou autres classiques de l'horreur. L'histoire demeure néanmoins efficace avec sa fin très ouverte.

-Dans la même salle (p.199-230) :

Mesdemoiselles Hashimoto et Sugié ont eu un accident de voiture et se sont percutées. Elles vont se retrouver dans la même chambre d'hôpital...

Mon avis sur Dans la même salle :

On termine sur une bonne note avec cette nouvelle qui se déroule dans un hôpital où, comme vous vous en doutez bien, il va se passer des choses pas très catholiques. J'y ai trouvé une ambiance Silent Hilliesque très agréable à lire. Les hôpitaux sont vraiment un bon décor pour les histoires d'horreur ^^

Mon avis général sur le recueil :

J'ai trouvé ce recueil un peu plus inégal que les deux autres que j'ai présentés ces derniers jours, puisque deux nouvelles m'ont un peu moins emballé. Malgré tout, même si je les ai moins aimées, elles restent quand même dans la thématique horrifique et tiennent la route.

 

En plus des nouvelles comme Les fruits sanglants ou Le testament sont carrément géniales et je les ai adorées. Donc l'un dans l'autre, tout s'équilibre, surtout que c'est pas toujours évident d'être constant dans un recueil de nouvelles (quelle que soit sa forme : roman, BD, manga...etc.) 

Sinon une fois encore Tonkam nous livre ici un bel objet, plus grand que les autres mangas. De nombreux éléments sont en relief sur la couverture et ressortent de façon plus marquée que sur Le mystère de la chair. Les éclaboussures de sang sur le titre et l'effet pellicule cinématographique sur la 4eme de couverture sont également du plus bel effet. Donc une fois encore, on en a pour son argent (je trouve ).

Le dessin de Junji Ito reste très bon, plutôt sombre et réaliste, avec son lots de détails sanguinolents. Comme les dates de parutions s'étalent sur quelques années, on note néanmoins une évolution de son trait au fil des ans.

En bref, un recueil un peu plus en dents de scie, mais toujours d'aussi bonne facture. En tout cas c'est toujours aussi génial pour les amateurs du genre et de frissons !!

Question bonus : Laquelle des nouvelles de ce recueil vous tente le plus ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 16:02

Bon ben comme prévu, je continue la semaine consacrée à Junji Ito. Par contre comme je le pensais, je risque d'être assez irrégulier au niveau des heures de publication des billets (ça pourra être tôt le matin, comme tard le soir...etc.).

 

Sans plus de cérémonies, c'est parti pour le second épisode de cette semaine spéciale ^^

 

Le voleur de visages (Itoh Junji Kyofu Manga collection Vol.4 en VO) est un recueil de 6 nouvelles de Junji Ito, publiées au Japon entre 1987 et 1997. Il est publié en France par les Edtions Tonkam dans la collection Frissons, depuis octobre 2008. Ce recueil compte 222 pages.
 http://www.decitre.fr/gi/01/9782759500901FS.gif
-Le voleur de visages (p.3-32) :

Machida arrive dans son nouveau lycée et va tout de suite être collée par l'étrange Kamei. Cette dernière ne va plus lâcher d'une semelle la jeune Machida...

Mon avis sur le voleur de visages :

Cette fois-ci on commence direct avec la nouvelle qui donne son nom au recueil français, elle est plutôt sympa et permet d'entrer en douceur dans le recueil. On s'aperçoit vite que Kamei a quelque chose d'étrange dans son obsession à suivre la nouvelle, j'ai beaucoup aimé le dénouement de l'histoire.

-Les épouvantails (p.33-64) :

Monsieur Numata vient juste de perdre sa fille et pour lui c'est la faute de son petit-ami si elle est morte. Raison pour laquelle Mr. Numata décide d'installer un épouvantail sur la tombe de sa fille, afin de chasser son petit-ami.

Mon avis sur Les épouvantails :

Une histoire plutôt surnaturelle dans un petit village agricole. L'ambiance est assez inquiétante avec l'épouvantail dans le cimetière (c'est déjà flippant juste dans les champs donc là ), surtout que ce n'est pas un épouvantail ordinaire...

-Chutes (p.65-96) :

Une vague de suicides incompréhensible touche une petite ville, Erika est sauvée de justesse de sa tentative de suicide par son petit-ami. A son réveil, elle demande à mourir...

Mon avis sur Chutes :

Une histoire plutôt étrange et pleine de drôles d'évènements qui s'enchaînent, le dénouement est plutôt ouvert et donc à chacun de se forger sa propre idée sur le pourquoi de tout ça.

-Les fils rouges (p.97-128) :

Momoko décide de rompre avec son petit copain Tomoo. Peu de temps après, ce dernier voit apparaître des fils rouges cousus sur sa peau.

Mon avis sur les fils rouges :

J'ai bien apprécié cette histoire qui sur fond de romance fait survenir un élément surnaturel et une référence historique japonaise. Le dénouement est également très "amusant" et donne lieu à des chouettes dessins.

-Mes ancêtres (p.129-160) :

La jeune Risa semble avoir complètement perdu la mémoire, heureusement pour elle le jeune Shuichi est prêt à tout pour l'aider à s'en remettre.

Mon avis sur Mes ancêtres :

Une histoire très intéressante, dans laquelle on trouve pas mal de passages plutôt glauques et gores. L'ambiance est sombre et angoissante, le malaise s'intensifie au fur et à mesure des pages. 

-Les ballons aux pendus (p.161-222) :

Térumi Fujino, une jeune lycéeene star de la télé, est morte de façon spectaculaire, pendue contre le mur de son immeuble. Pour ses fans, ça ne pouvait être que la faute de son petit ami...

Mon avis sur Les ballons aux pendus :

Comme pour le recueil d'hier, celui-ci se termine sur une histoire un peu plus longue que les autres (quasiment le double de pages). C'est d'ailleurs l'histoire que j'ai préférée du recueil, car j'ai beaucoup aimé le concept surnaturel qui se cache derrière les ballons aux pendus. En plus elle offre son lot de dessins bien sanguinolents, ce qui est toujours appréciable dans ce genre de récits


Mon avis général sur le recueil :

Le voleur de visages est très semblable à l'album Le mystère de la chair, dans la mesure où il y a le même nombre de nouvelles et qu'elles sont quasiment paginées de la même façon (la seule différence c'est qu'ici la dernière nouvelle fait deux pages de plus que la dernière du mystère de la chair, donc pas de quoi fouetter un chat ).

En revanche Tonkam c'est un peu plus lâché au niveau de la couverture (même si ça ne se voit pas trop avec l'image de l'article), en effet, cette dernière brille de mille feux et l'on peut se voir dedans (c'est amusant pour un recueil qui a pour nom Le voleur de visages, c'est comme si on avait volé notre visage ^^) en plus la couverture a été découpée pour laisser apparaître la silouhette d'une jeune femme.

C'est très chouette et bien pensé, même si du coup le découpage fragilise un peu la couverture (faut être soigneux quand on la range sur son étagère), l'autre souci c'est que la couverture "miroir" se retrouve très vite couverte d'empreintes digitales lors des lectures (du coup ça fait moche ).

C'est malgré tout très agréable de voir que l'éditeur se foule au niveau des couvertures, sans forcément nous faire banquer plus cher (ce volume est également à 9€ et toujours en plus grand format).

Les 6 histoires qui composent le recueil sont toutes agréables à lire (quand on aime le genre évidemment ) et dans des registres variés. Elles comportent toutes néanmoins une bonne dose de fantastique, qui apparaît en cours de route (plus ou moins rapidement). Je dirais que dans l'ensemble elles sont un peu moins gores que celles du recueil précédent (notamment Les chutes et Les fils rouges qui sont plus soft).

Quoi qu'il en soit quand on aime le genre, le plaisir est toujours aussi grand à lire ces petites histoires aux ambiances macabres et/ou oppressantes. Il y a toujours des idées intéressantes dans chaque récit et les fins relativement ouvertes nous permettent de les exploiter à notre guise.

En bref un autre savant cocktail composé d'histoires fantastiques, souvent glauques et parfois gores. Des ambiances macabres à souhait qui donnent parfois un sentiment de malaise au cours de la lecture. A déguster sans modération !!


Question bonus : Laquelle des nouvelles de ce recueil vous tente le plus ? (oui je me foule pas et ce sera celle là toute la semaine lol) 

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 11:51

Et voilà, comme promis, en ce lundi commence la semaine Junji Ito sur mon blog. Je me suis lancé là-dedans sur un coup de tête et j'espère que j'arriverai à tenir mes engagements ^^' (je vais tout faire pour en tout cas ^^).

Ne sachant pas trop dans quel ordre j'allais pouvoir présenter les recueils que je possède, j'ai finalement opté pour le numéro dans la version japonaise.

Comme il s'agit de nouvelles, je vais procéder comme avec les romans à savoir un petit résumé de l'histoire de chaque nouvelle, mon avis dessus et au final un avis sur tout le recueil (le tout en essayant de spoiler le moins possible évidemment ).

 

Voilà pour le programme de la semaine, donc trêve de bavardages et entrons dans le vif du sujet.

Le mystère de la chair (Itoh Junji Kyofu Manga collection Vol.3 en VO) est un recueil de 6 nouvelles de Junji Ito. Il est publié en France par les Edtions Tonkam dans la collection Frissons, depuis juin 2008. Ce recueil compte 220 pages.

 

http://www.editions-tonkam.fr/img/couv/g/9782759500895.jpg

-La chevelure sous le toit (p.3-32) :

La jeune Chiémi vient de se faire plaquer par son petit ami alors qu'elle était prête à tout pour lui plaire. De retour dans sa chambre, elle entend de drôles de bruits dans le grenier...

Mon avis sur la chevelure sous le toit :

Cette nouvelle avait été publiée dans le mensuel Halloween de novembre 1988 (c'est la plus ancienne du recueil). Il s'agit d'une histoire bien sympa pour entamer le recueil sur des chapeaux de roues. L'action prend place lentement et s'intensifie par la suite, nous livrant quelques passages bien sanguinolents dans la dernière partie de l'histoire. Le trait de Junji Ito assez sombre colle très bien à l'ambiance de la nouvelle.

-L'accord (p.33-64) :

Kyozuké est fou amoureux de Misuzu et espère bien pouvoir l'épouser. Le problème c'est que son père s'oppose systématiquement à leur union et refuse de lui donner la main de sa fille. Or cette dernière tient absolument à avoir l'accord de son père, afin de faire les choses dans les règles.

Mon avis sur l'accord :

Cette seconde nouvelle est beaucoup plus "lente" que la première, puisqu'on suit principalement Kyozuké dans son quotidien et ses multiples demandes auprès du père de Misuzu. Un récit très intéressant qui présente une histoire d'amour assez sympathique, Junji Ito arrive quand même à y glisser quelques petites choses dérangeantes qui nous donnent envie de savoir comment l'histoire va bien pouvoir se terminer.

-Le guêpier (p.65-96) :

Le jeune Takano est un grand fana d'insectes et aime collectionner les nids de guêpes, n'hésitant pas à laisser en plan sa petite amie Yoriko pour partir à la chasse aux insectes.

Mon avis sur le guêpier :

Alors autant prévenir de suite que cette nouvelle n'est pas conseillée pour les personnes ayant peur des insectes volants, puisqu'ils sont au centre de l'intrigue. Il y a pas mal d'action dans cette nouvelle et son dénouement fantastique et glauque est très sympa, une nouvelle à vous faire bourdonner de plaisir

-Les éphémères (p.97-128) :

 Chizuru, une jeune lycéenne est devenue super belle en l'espace de peu de temps. Sa métamorphose a surpris tout le monde puisqu'avant elle faisait partie du "trio des boudins".

Mon avis sur les éphémères :

Une histoire sur les jeunes femmes et leur obsession de la beauté, j'ai beaucoup aimé le regard de Junji Ito là dessus. C'est très intéressant de voir les changements engendrés dans sa vie lorsqu'on devient beau, ainsi que tout ce qu'on est prêt à faire pour le rester...

-Les statues sans têtes (p.129-160) :

Monsieur Okabé, prof d'arts plastiques, prépare une exposition de ses statues. Ces dernières ont la particularité de ne pas posséder de tête...

Mon avis sur les statues sans têtes :

Une histoire un peu plus surnaturelle que les précédentes. Là encore l'intrigue s'installe tranquillement et la tension monte petit à petit, les salles de classe qui servent de décor sont plutôt lugubres et angoissantes.

-Le mystère de la chair (p.161-220) :

Momoko Takigawa est institutrice de primaire, dans sa classe se trouve Chikara, un étrange petit garçon qui tyrannise les autres élèves...

Mon avis sur le mystère de la chair :

Le recueil se termine sur une histoire un peu plus longue que les autres (quasiment le double de pages) et qui donne son nom au volume français. On va suivre Momoko qui tout au long de l'histoire va essayer de comprendre pourquoi Chikara se comporte de la sorte. Bien que quelques éléments demeurent en suspens, il s'agit de la nouvelle du recueil dont la fin est la moins ouverte. Cette nouvelle recèle quand même son lot de scènes plutôt gores.


Mon avis général sur le recueil :

Bien que ce soit l'un des plus anciens parus, c'est l'un des derniers que j'ai lus (j'ai pris comme ça venait lol) et comme vous l'aurez compris, il met principalement à l'honneur le corps humain.

La plupart des histoires ont des fins ouvertes, à vous donc d'assembler les pièces du puzzle et de décider ce qu'il se passera pour la suite. Le dessin de Junji Ito est vraiment très bon, assez réaliste et très sombre. Ce qui colle bien à l'ambiance de ces nouvelles fantastiques et sanguinolentes. Les personnages sont très expressifs et on a aucun mal à ressentir leurs émotions, leur peur..etc.

La plupart des nouvelles donnent un sentiment de malaise tout du long, on sent que quelque chose cloche ou va se passer, c'est donc toujours un régal d'imaginer ce qui va bien pouvoir arriver après (et donc vérifier à la fin si nos hypothèses étaient justes ou non).

Ce qui est sympa également c'est que les nouvelles sont plutôt courtes et se lisent donc vite et bien. L'autre avantage par rapport à une histoire continue c'est qu'on peut lire les nouvelles dans l'ordre qu'on veut, s'arrêter à la fin d'une et reprendre sa lecture plus tard (pratique le soir quand on est crevé lol) alors que dans un volume complet, quand on est pris dans l'intrigue on a envie de finir le tome (au détriment de son sommeil ^^').

A noter qu'il s'agit d'une des couvertures les plus sobres (parmi celles des oeuvres de Junji Ito) de Tonkam. En effet,  seuls le titre, le nom de l'auteur et quelques contours sont légèrement en relief. Il n'en demeure pas moins que l'album est de bonne qualité et possède un format plus grand (en gros 21cm par 15) que les mangas traditionnels pour un prix guère plus élevé (9€).

En bref un recueil de nouvelles bien sympathiques, qui devrait plaire aux amateurs de revues d'épouvante (style Creepshow...etc.) et aux personnes que les fins ouvertes ne rebutent pas.Bon par contre âmes sensibles s'abstenir car beaucoup de passages sont plutôt gores.

 

En tout cas moi je me suis régalé et Junji Ito j'en redemande !! A demain donc pour la découverte d'un autre de ses recueils


Question bonus : Laquelle des nouvelles de ce recueil vous tente le plus ?     

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 09:20

En ce dimanche ensoleillé KBD continue d'explorer la thématique du "manga autrement".

Après Le vagabond de Tokyo la semaine dernière, aujourd'hui Badelel nous emmène en visite chez Mes voisins les Yamada de Ishii Hisaichi. Je vous laisse découvrir tout ça en notre compagnie.


http://chezmo.files.wordpress.com/2011/10/miniyamada.png?w=88&h=90
Bon dimanche à toutes et à tous et je vous dis à demain pour le début de ma semaine spéciale Junji Ito.

Bonne lecture tout le monde !!

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans KBD
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 16:25

L'article du jour, ne sera pas vraiment un article dans la mesure où je ne vais rien vous présenter de spécial, mais juste faire une petite annonce pour la semaine à venir.


http://i2.listal.com/image/28479/200full-.jpg
Comme en ce moment j'ai un gros coup de coeur sur un mangaka que j'ai découvert récemment, j'ai décidé de lui consacrer toute la semaine à venir sur mon blog.

 

Ce qui tombe bien c'est que j'ai actuellement en ma possession 6 de ses oeuvres, de quoi en présenter une par jour du lundi au samedi (le dimanche reste réservé au relai des articles KBD ^^).

Attendez vous donc à vivre une semaine placée sous le signe du fantastique, de l'horreur et de l'épouvante, puisque je vais mettre à l'honneur Junji Ito qui est considéré comme un des maîtres du manga horrifique.

Je préférais vous prévenir, afin d'éviter que vous soyez pris en traître. Comme ça vous savez à quoi vous attendre pour la semaine prochaine, donc âmes sensibles passez votre chemin

Je tiens également à profiter de cet article pour remercier mon ancienne collègue Aurore, sans qui je serai passé à côté de cet auteur que j'affectionne énormément. Donc je te dis un immense merci pour cette belle découverte

 

Sur ces bonnes paroles je vous souhaite à toutes et à tous un bon week-end et je vous dis à lundi pour une semaine pleine de frissons...

 

http://4.bp.blogspot.com/-TC7wKyMomHM/TZZa7hTjzgI/AAAAAAAABCI/ACv3CB7hYoE/s1600/Junji-Ito-horror-manga-heads.jpg

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Blog's life
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 19:14

L'article du jour est une découverte que j'ai faite dans le cadre des lectures KBD (donc vous en entendrez parler à nouveau ^^)


http://chezmo.files.wordpress.com/2010/06/bankbd.jpg?w=240&h=89
Le fils de son père est une BD d'Olivier Mariotti (scénario, dessin) et Guillaume Mariotti (couleur) publiée chez les Enfants Rouges depuis octobre 2010.


http://www.tribulles.com/img/products/le_fils_de_son_pere_bd_enfants_rouges.jpg
Olivier mène une existence plutôt tranquille, il occupe son temps entre son travail d'artiste, de prof d'arts plastiques et l'éducation de ses deux fils.

Mon avis :

J'ai abordé cette BD sans savoir du tout de quoi ça parlait ni rien. Il s'agit d'une oeuvre autobiographique dans laquelle Olivier Mariotti nous raconte la relation qu'il avait avec son père et celle qu'il a avec ses fils.

J'ai été assez surpris par la présentation de la BD, car chaque planche comporte 15 cases, toujours réparties de la même façon. J'ai pas souvenir d'avoir souvent vu ça (ou si c'est le cas ça ne m'a pas autant marqué que là), mais j'ai trouvé ça assez sympa, car ça donne un "certain rythme". D'autant que ça ne l'empêche pas de faire des illustrations en "pleine page".

Tout au long de l'album on alterne entre son enfance et la relation qu'il avait avec son père et le présent où l'on suit son quotidien de père. Au fil du temps, son père et lui se sont perdus de vue, il n'a d'ailleurs plus aucun contact avec lui lors des passages qui se situent dans le présent. Au fil de l'histoire, on va petit à petit découvrir comment ils en sont arrivés là et pourquoi.

Il n'y a peut être pas énormément d'action dans cette BD, mais j'ai malgré tout beaucoup apprécié cette lecture.J'ai trouvé qu'elle sonnait plutôt juste et dépeignait bien la complexité des relations père/fils. C'est jamais évident de se parler "entre hommes", de se confier...etc. mais ça n'empêche pas des liens très forts de se créer.

L'histoire est plutôt "ouverte" dans le sens où l'auteur ne nous livre pas toutes les clés et ne nous dit pas texto pourquoi ils en sont là. Il y a beaucoup de non-dits, des choses à peine effleurées... mais je trouve qu'il montre bien que quelles que soient nos relations avec notre père, il a une énorme influence sur la personne que nous devenons. Il nous marque de façon indélébile, que nous en soyons conscient où non.

Niveau graphisme j'ai également pris beaucoup de plaisir à suivre l'histoire, car curieusement, bien que tous les personnages aient des yeux complètement blancs (ce qui peut surprendre) je les ai trouvés très expressifs. L'auteur nous présente plusieurs facettes de son talent et alterne entre différents styles graphiques, notamment au cours de phases un peu plus oniriques.

J'ai donc passé un très agréable moment en lisant cette BD, alors que pourtant je ne suis pas forcément supra fan de tout ce qui est autobiographique. Donc un grand merci à KBD pour cette belle découverte.

En bref, une BD autobiographique très agréable à lire et qui dépeint avec justesse (selon moi) les rapport entre un père et son fils.

 

 

Question bonus :  vous aviez des bonnes notes en arts plastiques ? (si, si y a un rapport avec  cet album )

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 19:57

Pour l'article du jour, il s'agira d'une grande première pour moi et surtout d'une grande et belle découverte.

Don Dracula est un manga d'Ozamu Tezuka terminé en deux volumes et publié en 1979 au Japon. En France la série est publiée par Soleil depuis octobre 2006.


http://www.coinbd.com/series-bd/don-dracula/tome-1/images/couverture/20071016194134_t1.jpghttp://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/8/9/6/9782849466698.jpg


Le comte Dracula a quitté sa Transylvanie natale en compagnie de sa fille Chocolat et de son serviteur Igor, pour venir s'installer au Japon. Mais le professeur Van Hellsing, qui souffre d'un problème de santé plutôt handicapant, est à ses trousses...

Mon avis :

C'était la première fois que je lisais un manga de Tezuka, pourtant je sais bien que sans lui le manga ne serait pas où il en est aujourd'hui, mais j'avais jamais voulu m'y mettre avant (un peu comme pour Larcenet que je n'avais jamais lu avant Blast), sans même savoir pourquoi en fait.

Eh ben franchement ça me donne envie de me foutre des baffes, quand je vois à côté de quoi j'étais passé jusque là, car je me suis carrément régalé avec ces deux volumes de Don Dracula !!

Le trait de Tezuka qui m'avait toujours rebuté lorsque je feuilletais vite fait ses oeuvres, est en fait super agréable à regarder et bien sympathique. Il colle d'ailleurs très bien à l'atmosphère de ce manga, qui revisite le mythe de Dracula en y injectant une bonne dose d'humour.

 

Je me suis réellement amusé en lisant les deux tomes de la série, je n'ai pas éclaté de rire à tous les gags, mais ils ont quand même souvent fait mouche et m'ont vraiment fait rire (pas juste sourire).

J'ai d'ailleurs bien aimé le fait que Dracula dénote beaucoup dans le Japon moderne. Il est resté attaché aux traditions transylvaniennes et accorde beaucoup d'importance à son statut de comte. Contrairement à sa fille Chocolat qui elle veut tout faire pour vivre comme une jeune japonaise normale : aller à l'école, se faire des amis...etc. mais ce n'est pas toujours évident lorsqu'on est une vampiresse, qu'on craint la lumière du jour et que son père passe pour un excentrique.

Les deux volumes se découpent en plusieurs petites histoires mettant en scène les personnages principaux de la série (Dracula et Chocolat, ainsi qu'Igor et Van Hellsing (qui souffre de crises hémorroïdaires)), il y a en tout sur les deux volumes 26 petites histoires d'une vingtaine de pages chacune.

Le format de ce manga est un peu plus petit que ceux qu'on voit d'habitude, puisqu'il ne mesure que 15cm de haut (contre environ 18 généralement), mais au final c'est plutôt pratique vu que ça se feuillette bien et que ça prend moins de place (après je ne sais pas si en VO ils ont ce format là où si c'est juste un choix de Soleil).

En bref, une superbe découverte avec ce manga bien amusant qui revisite le mythe de Dracula. Du coup je compte bien me pencher sérieusement sur l'oeuvre de Tezuka et rattraper mon retard.


Question bonus : Qu'est ce que vous associez tout de suite au mot vampire ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article

Présentation

  • : Mr. Zombi's place
  • Mr. Zombi's place
  • : Un blog pour parler de tout ce qui me botte : lecture, jeux vidéos, gadgets, films...etc.
  • Contact

Visiteurs

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog.

  visiteurs ont parcouru ce blog.