Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 06:00

L'article du jour va me permettre de renouer avec les BD du mercredi de Mango auxquels je n'avais pas participé depuis un bail. Je vais donc m'y remettre "en beauté" en vous parlant d'un de mes énormes coup de coeur, raison pour laquelle j'ai eu un mal fou à écrire ce billet (oui, paradoxalement, plus j'aime quelque chose et plus j'ai du mal à en parler car je trouve que ce que j'écris dessus n'est pas assez bien ^^')


http://2.bp.blogspot.com/-jXugSbLBqYE/T1XyqJkmbxI/AAAAAAAAOGQ/2qRE3vQv5vQ/s200/Logo%2BBD%2BMango%2BNoir.jpg
Burlesque Girrrl est un diptyque de François Amoretti (scénario et dessin) et Nephyla (couleur), le lettrage est signé Phlippe Glogowski. La série est éditée par Ankama depuis le 14 juin 2012 et le second tome est paru le 29 août 2013

burlesque-1.jpgburlesque-2.jpg

Violette est une jeune femme qui joue de la contrebasse dans le groupe de rockabilly amateur Grrrl et qui à l’occasion fait des shootings photo pour présenter de la lingerie. Bien que la mode ne soit plus au rockabilly, le groupe commence à percer, mais la route du succès ne sera pas de tout repos pour la jeune femme...

Mon avis :

Dire que j'ai aimé Burlesque Girrrl est un doux euphémisme, car j'ai vraiment adoré cette série et c'est bien pour ça que j'ai tant de mal à en parler. J'avais bien fait une tentative en vidéo sur le premier album, mais maintenant que la série est finie je vais tâcher de faire un article pour vous en parler et vous dire pourquoi ça m'a tellement plu, tout en tâchant de vous spoiler un minimum la série.

Dans les deux tomes, François Amoretti nous présente Violette, une jeune femme aux formes généreuses qui joue de la contrebasse dans un groupe de rockabilly. Lorsqu'on fait sa connaissance, elle n'a pas forcément beaucoup confiance en elle, comme tout un chacun elle est en proie aux doutes. Eloignée des standards de la mode, tant au niveau physique (ce n'est pas un mannequin anorexique comme on en voit partout) que dans ce qu'elle fait (rockabilly, effeuillage burlesque, hot rods...etc.) la jeune femme va évoluer sous nos yeux tout au long des deux albums.


Comme pour tout le monde, la vie ne sera pas tendre avec Violette et les différentes épreuves qu'elle va devoir affronter et les rencontres qu'elle va faire vont l'aider à grandir et à s'affirmer.
Faisant fi de ses complexes et de l’avis des autres, elle va apprendre à s’aimer telle qu’elle est et prouver à un monde machiste qu’on peut être une femme et réussir dans la vie sans pour autant devoir jouer de ses charmes ou s’avilir.

L'effeuillage burlesque va d'ailleurs être une véritable révélation pour elle et permet à l'auteur de nous gratifier de doubles pages magnifiques et envoûtantes qui sont un véritable régal pour les yeux. En effet quand il
s’affranchit des cases pour réaliser des pleines pages ou des doubles pages de dessins c’est tout simplement sublime.

Le dessin de François Amoretti est vraiment très riche et fourmille de détails, il donne vie à ses différents personnages sous nos yeux. Une autre force de la série c'est la musicalité qui s'en dégage, en effet les références à la musique sont nombreuses et on a l'impression d'entendre chanter le groupe Grrrl lorsque ses membres sont sur scène ou lorsque Violette danse et s'effeuille.

La série a d'ailleurs reçu le prix bulles zik 2013, preuve que la musique y joue un rôle important. Mais on ne peut pas réduire Burlesque Girrrl à une simple BD qui parle de musique car c'est avant tout un formidable hymne à la vie et une bonne bouffée d'optimisme dans ce monde de brutes. Violette nous prouve que ce n'est pas parce qu'on est différent des autres et de la façon dont ils voudraient que l'on soit, qu'on ne peut pas s'en sortir pour autant.

La jeune femme est une belle leçon de courage et une source d'inspiration dans laquelle nous devrions tous puiser afin de faire ce dont on a envie en se moquant du qu'en-dira-ton. Bien que Violette ait des formes très exagérées, il ne faut pas s'y fier, il ne s'agit pas d'une énième héroïne aux formes pulpeuses faite pour émoustiller le lecteur masculin. Ici rien n'est gratuit et tout est fait à dessein car Violette et François ont des messages forts à faire passer. Alors mesdames et mesdemoiselles n'hésitez pas à lire cette BD vous ne serez pas déçues car elle devrait vous parler et vous interpeller.

Je pense que vous l'aurez compris, François Amoretti avec sa première BD solo frappe vraiment très fort en réalisant une oeuvre magnifique qui nous prend aux tripes du début à la fin. C’est un récit intemporel qui parlera à tout le monde et ne pourra pas laisser insensible lors de la lecture. Il opère ici un énorme tour de force, puisque bien qu’étant un homme, il parvient à livrer et à retranscrire les états d’âmes d’une femme presque aussi bien que s’il en était une lui même.

On voit d'ailleurs bien que François est un auteur engagé qui cherche à faire prendre conscience de certaines inégalités hommes/femmes et donne un coup de pied dans la fourmillère en montrant que les femmes ne sont pas des objets et ne sont pas définies par leur physique. Dans cet album on retrouve de nombreux éléments qui le passionnent (hot rods, rockabilly, tatouages..etc.) et c'est donc vraiment super intéressant car on apprend beaucoup de choses sur ces domaines.

Tout au long de la lecture on sent bien qu'il a mis beaucoup de lui dans sa Violette et qu'elle est son alter-ego féminin de papier. Tout comme elle, il fait ce qui le passionne (dessiner et raconter des histoires) en dépit des claques qu'il peut prendre et de la difficulté de ce métier. Il se fiche bien de la mode telle que les magazines ou autre voudraient l'imposer et s'habille comme il l'entend (il a d'ailleurs trop la classe ) et comme son héroïne, il a de nombreux tatouages.

François Amoretti-copie-1

Il arbore d'ailleurs fièrement sur la photo ci-dessus un T-shirt Burlesque Girrrl, que j'ai également la chance de posséder (la version homme est très rare). Si comme moi vous êtes fans de goodies, alors n'hésitez pas à vous procurer des chouettes cartes postales, posters ou T-shirts de Violette chez ArtsBD, il y a d'ailleurs d'autres auteurs présents sur la boutique et tous les goodies sont de bonne facture et Nathalie (la gérante du site) est vraiment super sympa !!

Au niveau de l'édition, une fois encore Ankama a fait du très bon taf avec des albums solides et qui sont pleins de bonus sympas. Chaque tome est accompagné d'interviews, d'hommages à Violette faits par d'autres dessinateurs...etc. et c'est donc un vrai régal à lire. Les couleurs de Nephyla sont superbes et très chaleureuses et permettent de donner encore plus de force aux magnifiques dessins de François Amoretti.

 

Je pense que vous l'aurez compris après tout ça, je suis vraiment un grand fan de Burlesque Girrrl (la preuve en images) :

PA010058.JPG
Je ne peux donc que vous encourager et vous inviter à découvrir Burlesque Girrrl et à soutenir François Amoretti en achetant le diptyque et en suivant ses projets sur son blog (y a du très lourd qui se prépare) et sa page facebook pro.

En bref, Burlesque Girrrl est une superbe leçon de vie, de courage et d'optimisme avec une héroïne forte et qui sort des sentiers battus. François Amoretti parvient à parler de façon passionnée du Rockabilly, d'hots rods, d'effeuillage burlesque...etc. même à des profanes, dans une BD qui s'adresse à toutes et à tous (enfin sauf les plus jeunes évidemment) et qui est à lire absolument !!

Donc si vous voulez vous prendre une bonne claque (dans tous les sens du terme) n'hésitez pas à l'acheter et/ou à l'offrir car c'est vraiment une BD qui gagne à être connue et qui mérite un énorme succès !!

D'ailleurs comme je l'avais promis lors du prix Bulles Zik (pendant le vote des lecteurs sur le net) si Burlesque Girrrl le remportait alors j'organiserai un concours pour faire gagner le diptyque. C'est maintenant chose faite, le concours est lancé et durera deux semaines. Pour tout savoir et y prendre part, c'est par là.


Question bonus : Que pensez-vous de l'effeuillage burlesque ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 08:18

Double folie aujourd'hui puisque non seulement je vous livre un billet inédit, mais qu'en plus ce ne sera pas sur une BD !! Bon par contre pas de triple folie à l'horizon puisqu'on reste dans le domaine de la lecture, avec un bouquin que j'ai dévoré en un rien de temps !!

Jacked : l'histoire officieuse de Grand Theft Auto est un "documentaire" de 319 pages écrit par David Kushner et édité en France par les Editions Pix'n Love depuis le 23 septembre 2013.

http://www.editionspixnlove.com/components/com_virtuemart/shop_image/product/Jacked___L_histo_52307a4b176d1.png

A l'occasion de la sortie du jeu GTA V (lequel a raflé tous les records en un rien de temps) sur Xbox 360 et PS3 (et bientôt en version PC), Jacked revient sur toute l'histoire de cette saga vidéoludique à succès qui a souvent été décriée et ce depuis son premier opus paru en 1997.

Mon avis :

Pour ma part je suis plutôt fan de la saga de jeux GTA que j'ai toujours trouvé plutôt bien faite, même si les premiers GTA qui étaient plutôt fun étaient également assez peu maniables. J'avoue également ne jamais avoir trop compris les multiples polémiques qui tournaient autour des jeux de la franchise, dans la mesure où ce sont des jeux et donc qu'ils n'influent en rien sur la réalité (par exemple c'est pas parce que quelqu'un passe des heures et des heures à jouer à Fifa ou PES qu'on va le voir atterrir dans un club de foot pro...).

Mais j'étais loin de me douter que GTA était aussi sulfureux, décrié et polémique que ça dans d'autres pays (notamment les USA), on apprend tout au long de l'ouvrage des choses proprement hallucinantes autour de cette série mythique et de la création du label Rockstar. Heureusement que tout le monde n'est pas complètement débile et fanatique car sinon je pense qu'il y a bien longtemps que les jeux vidéo pour adultes ne seraient plus de ce monde. Heureusement également que les frères Houser ont tenu bon, contre vents et marées et se sont accrochés afin de continuer à faire les jeux auxquels ils avaient envie de jouer, repoussant chaque fois un peu plus les limites du jeu vidéo et de ce qu'on pouvait y voir.

Entre batailles judiciaires, ambiance de travail, clash avec les dirigeants, rachats d'entreprises...etc. vous saurez tous sur les secrets de Grand Theft Auto et il y a énormément de choses à découvrir et à apprendre. En tout cas, pour ma part je ne suspectais pas que c'était aussi compliqué et qu'il y avait autant de choses à prendre en compte pour pouvoir faire un jeu. On en apprend également beaucoup sur les mutations de l'industrie vidéoludique depuis tout ce temps, puisque l'auteur replace toujours chaque situation et chaque sortie de jeu GTA dans le contexte de l'époque (les consoles qui marchaient bien, les jeux les plus vendus...etc.) afin de montrer à quel point Rockstar, en dépit des polémiques, a révolutionné le monde du jeu-vidéo au cours des 16 dernières années (et continuera probablement à le faire durant les années à venir).

Jacked est vraiment très bien écrit et bien que ce soit un documentaire (dans la mesure où on apprend plein de choses et d'anecdotes sur GTA et tout ce qui s'y rapporte de près ou de loin) il se dévore et est écrit à la façon d'un roman. Les chapitres se présentent comme s'il s'agissait de missions dans GTA et permettent de retracer tous les épisodes de GTA jusqu'à GTA IV, tout en faisant de petits apartés sur les autres productions des studios Rockstar. Je n'ai donc vraiment pas vu les 300 pages du livre passer et quand je l'avais entre les mains, j'avais vraiment beaucoup de mal à le lâcher tellement j'étais captivé par l'histoire et le rêve américain de ce gang d'écossais.

Cet ouvrage illustre également à merveille les contradictions américaines, puisque les nombreuses tueries en milieu scolaire (ou autre) qui ont émaillé leur actualité ont souvent été mises sur le dos de la violence de GTA, son absence de morale...etc. Alors que le fait que des adolescents aient librement accès à des armes n'a jamais posé de problèmes, pas plus que le fait que ces jeux déconseillés aux moins de 18 ans, soient dans la plupart des cas achetés par des parents pour leurs enfants mineurs... (on l'a encore vu en France avec GTA V et cette vidéo d'un enfant de 11 ans qui pleure de bonheur quand ses parents lui ont offert le jeu quelques jours avant sa sortie officielle, ce qui est carrément pathétique). Mais comme tout le monde le sait, tout est la faute des jeux vidéos de toute façon, ils sont diaboliques et pervetissent la jeunesse

Le seul petit bémol à ma lecture a été la présence de plusieurs coquilles (un article ou mot de liaison qui saute, un espace oublié qui colle des mots ensemble et même quelques fautes d'accord) qui ont a chaque fois mis une petite pause à ma lecture, cassant un peu le rythme trépidant de l'histoire. D'autant qu'en général ces boulettes se suivaient ét étaient concentrées aux mêmes endroits. Quelques pages m'ont également donné l'impression que le texte n'était pas imrpimé complètement droit par rapport à la page.

Malgré ces petits soucis d'édition, je tiens quand même à souligner que l'ouvrage est de très bonne facture et tient bien le choc de la lecture, la couverture étant bien épaisse et solide. C'est donc un chouette volume à rajouter sur ses étagères et parmi sa collection. D'ailleurs si vous êtes fans de jeux vidéo, je ne peux que vous conseiller de vous rendre sur le site des Editions Pix'n Love qui recèle des trésors et des tas d'ouvrages passionnants sur le sujet.

En bref, un documentaire qui se lit comme un roman et se dévore en un rien de temps. Une mine d'infos sur la création de la saga GTA et du label Rockstar. Un excellent moment de lecture que je recommande à toutes celles et ceux qui souhaiteraient connaître les coulisses de la franchise à succès et qui malheureusement illustre bien une fois de plus la diabolisation d'un média récent (le jeu vidéo) comme l'ont toujours été tous les médias à leurs débuts (BD, SF, cinéma...etc.), ainsi que les nombreux paradoxes et excès de l'Amérique.


Question bonus : Vous avez déjà joué à un jeu Grand Theft Auto ? Si oui, vous aimez bien ce genre de jeux ou pas du tout ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Documentaire
commenter cet article
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 06:14

Youhou c'est la fiesta, une fois n'est pas coutume, voici un nouvel article sur mon blog  On reste dans la lecture par contre, avec cette fois-ci un comic que j'ai lu hier.

http://club-stephenking.fr/img/NEWS/mai/2013/road-rage-1-panini-comics.jpg

Road Rage est une adaptation en comics de deux nouvelles : Pleins gaz (histoire signée Stephen King et Joe Hill) et Duel (signée Richard Matheson). Le scénario de l'adaptation en comic a été écrit par Chris Ryall, Pleins gaz est dessinée par Nelson Daniel et Duel par Rafa Garres. Cet album de 95 pages est édité par Panini Comics dans sa collection 100% Fusion Comics depuis le 22 mai 2013.

Pleins gaz (p.2-51) :

La Tribu est un gang de motards dont les membres sont soudés ou plutôt l'étaient. En effet, suite à une affaire qui a mal tourné, des dissensions sur la marche à suivre sont apparues, notamment entre Vince et son fils Race...

Mon avis sur Pleins gaz :

Avant d'entrer dans le vif du sujet, nous avons droit à une intro par Stephen King qui explique entre autres choses la génèse du projet et nous met tout de suite dans l'ambiance.

 

Il faudra que je lise Throttle (je l'ai en VO sur mon Kindle), la nouvelle de Stephen King et Joe Hill qui a inspiré Pleins Gaz afin de voir si l'adapatation est fidèle à l'histoire originale. En tout cas cette histoire de motards m'a beaucoup plu.

Le dessin de Nelson Daniel est plutôt bon et permet d'installer une certaine tension tout au long de l'histoire. Je ne vous en dis pas plus sur l'intrigue afin de ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, mais l'ambiance est vraiment cool.

En revanche, il vaut mieux ne rien avoir contre la violence, car certaines scènes font bien couler le raisiné et sont donc à déconseiller aux plus jeunes et/ou aux plus sensibles.

En tout les cas c'est une histoire vraiment très sympa qui tourne autour de la route, de ses dangers et des gangs de motards !!


Duel (p.52-96) :

Mann doit se rendre à San Francisco pour un rendez-vous, étant pressé il va doubler un camion sur la route, marquant ainsi le début de ses ennuis...

Mon avis sur Duel :

Cette fois-ci l'intro de l'histoire est signée Joe Hill, il raconte également la naissance de Throttle et comment Duel les a marqués lui et son père. Là encore il s'agit d'une bonne mise en appétit avant de commencer.

Comme pour Throttle, je n'ai pas lu l'histoire originelle de Richard Matheson et je ne pourrais donc pas vous dire si l'adapatation est fidèle ou pas. Je dois avouer que j'ai préféré la première histoire, car la fin de celle-ci m'a un peu plus déçu.

Néanmoins l'adaptation de Duel est de très bonne facture et possède une ambiance plutôt oppressante et poisseuse. Le dessin de
Rafa Garres rebutera probablement certains lecteurs, mais je l'ai trouvé plutôt fouillé et intéressant et c'est justement lui qui confère une ambiance si particulière à l'histoire. Je n'ai eu aucun mal à ressentir l'horreur de la situation que vit Mann en étant poursuivi par un camionneur déjanté.

Mon avis général sur Road Rage :

Pour moi le pari est réussi, puisque la lecture de ces deux histoires en comic m'a donné envie de me pencher sur les versions originales pour voir ce qu'elles donnaient, ainsi que sur l'adaptation cinématographique de la nouvelle de Matheson par Spielberg.

Les deux histoires sont très prenantes et sans trop de temps mort, comme on peut s'y attendre avec des récits qui tournent autour des thèmes de la route, sa violence et ses excès. Road Rage est un recueil qui fleure bon le bitume et qui vous fera jeter un coup d'oeil dans votre rétroviseur afin de voir si un camionneur fou n'est pas lancé à votre poursuite.

Personnellement je trouve que King et Hill ont surpassé leur maître en lui rendant hommage car j'ai préféré Pleins gaz à Duel, mais bon je ne suis peut être pas la personne la plus objective au monde quand ça touche à mes auteurs chouchous

Quoi qu'il en soit les deux adaptations rendent très bien compte de la vitesse et on a l'impression de rouler à tombeau ouvert sous le soleil du désert dans les deux cas,que ce soit cheveux au vent à moto ou confortablement assis en voiture. J'ai malgré tout là encore une préférence pour la première histoire au niveau graphique, lequel est plus facile à appréhender.

En bref une très bonne lecture que je recommande aux fans du genre et qui n'ont pas peur de prendre la route aux côtés de trois grands écrivains (à mes yeux au moins) : Richard Matheson, Stephen King et Joe Hill. Je vous conseille néanmoins de le feuilleter avant achat si les graphismes sont importants pour vous, car les styles de Daniel et Garres sont assez différents, même si l'un comme l'autre ils illustrent à merveille ces deux histoires.


Question bonus : Vous vous énervez facilement au volant ou vous êtes plutôt cool ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 07:46

Rien de nouveau à se mettre sous la dent non plus aujourd'hui, puisque je rapatrie également un autre article sur mon blog. Enfin si vous ne l'avez pas lu à l'époque ça reste nouveau on va dire ^^'

Le premier album de la série Geek Agency intitulé : Level 1 Resident Geek est réalisé par le duo Philippe Briones (scénario et dessin) et Romain Huet (scénario et couleur). La saga est éditée par Ankama depuis le 24 janvier 2013. Resident Geek est un album de 58 pages (bonus inclus) que vous pouvez vous procurer un peu partout pour 14€90.

http://www.actugeek.com/wp-content/uploads/2013/01/resident-geek.jpg
Un bon petit jeu de société à base de zombis, des pizzas, des sodas et une belle bande de potes : tous les ingrédients sont réunis pour passer une soirée mémorable à s’amuser. Adam, Tim et leurs amis ne sont pas près de l’oublier cette soirée puisqu’en plein milieu de leur partie, un livreur de pizzas va venir tout bouleverser, les forçant à s’enfuir et à se battre pour sauver leur peau…

Mon avis :

J'avais attendu longtemps de pouvoir poser mes mains sur cet album et je dois avouer que je n’ai pas du tout été déçu !! Ce premier level permet de mettre en place l’histoire, on prend contact avec les différents personnages en douceur au cours de la soirée jeu de société.

Une fois les présentations faites, on entre rapidement dans le vif du sujet et dès lors c’est un raz-de-marée d’action qui nous déferle dessus. J’essaye toujours de limiter le spoil un maximum quand je vous parle de mes lectures, afin de vous laisser le plaisir de la découverte. Je vais quand même être obligé de vous en dire un peu plus, à savoir qu’une invasion de zombis avides de chair humaine va venir troubler la quiétude des joueurs.

A partir de là, tout bascule pour notre brochette de geeks mais également pour nous autres lecteurs. On se retrouve aspiré dans ce monde envahi de zombis et il est dur dans un premier temps de savoir où les auteurs vont nous emmener. Est-ce que l’abus de pizza, de soda et de jeux de zombis nuit à la santé et fait imaginer des choses ? Le maître du jeu est-il un as pour mettre ses joueurs dans l’ambiance ? Cette invasion de zombis est-elle réelle ? Les éléments de réponse à ces questions arrivent petit à petit au fil de l’aventure pour notre plus grand bonheur.

Notre duo d’auteurs nous distille tout au long de ce premier tome de nombreux clins d’œil à des univers geeks divers et variés : cinéma, animes, jeu vidéo, zombis, musique… tout y passe et c’est un vrai régal de s’amuser à repérer tous ces petits détails qui fourmillent à travers les planches. Certains sont très évidents à repérer, d’autres sont un peu mieux cachés et demanderont une relecture un peu plus attentive de l’album (je vous en reparlerai un peu plus loin).

Bien que ce premier tome soit introductif et nous permette de faire connaissance avec la Geek Agency et ses membres, la présence d’une horde de zombis déchainés et le format « 46 pages » classique des BD franco-belges font qu’il y a très peu de temps mort dans ce Resident Geek et énormément d’action. Ce qui n’empêche pas néanmoins quelques évènements tragiques et autres moments d’émotions de survenir, comme dans tout bon film de genre qui se respecte.

Car oui, tant au niveau du découpage que de la narration, tout concourt à faire de Geek Agency une BD qui se lit comme on regarde un film, posé tranquillou dans son canapé avec son saladier de pop-corn (remplacez par n’importe quelle friandise que vous aimez dévorer devant un bon blockbuster) à portée de main. Dès les premières pages on se sent bien et on ne peut plus décrocher de sa lecture avant la fin, une fin qui donne d’ailleurs hâte de pouvoir lire le prochain tome.

Malgré l’abondance de références, il ne s’agit pas là juste d’une resucée de tout ce qu’on a pu déjà lire ou voir ailleurs, les auteurs nous offrent leur propre vision des classiques du genre. Ils jouent avec tous les codes des différentes œuvres cultes et les réadaptent à leur propre sauce afin d’enrichir leur récit. Le concept qu’ils développent avec la série Geek Agency est d’ailleurs très intéressant et permet de sortir un peu du cliché habituel du gros geek à lunettes boutonneux toujours derrière son ordi.

Tout est réfléchi et pesé dans cette série, jusqu’à l’appellation Level 1 (au lieu de tome 1) qui fait clairement référence aux jeux vidéo. Donc comme dans tout bon jeu vidéo qui se respecte, la difficulté va crescendo, jusqu’au bon gros boss final des familles. Ce n’est d’ailleurs pas la seule analogie avec le jeu vidéo, puisqu’au fil de l’histoire les personnages vont « évoluer », se « stuffer », et chaque affrontement leur permettra de devenir plus fort et d’engranger de l’expérience.

Le trait de Philippe Briones fait merveille une fois de plus et donne vie aux personnages. Les zombis sont très bien réalisés, les phases d’action sont très pêchues et les décors fourmillent de détails sympas, on identifie aisément les différents protagonistes dès le premier coup d’œil et ils sont tous plutôt geeks et charismatiques (et ça c’est un combo qui roxxe). Son style à mi-chemin entre le comic américain et la BD franco-belge est un vrai plus et donne une ambiance et une saveur particulières à la série. Les couleurs réalisées par Romain Huet sont impeccables et évoluent au fil du récit permettant de coller à l’atmosphère, alternant entre des teintes claires et d’autres beaucoup plus sombres au fur et à mesure que nos héros plongent dans l’enfer de l’invasion de zombis.

Les héros sont d’ailleurs très crédibles et on n’a aucun mal à se sentir à l’aise parmi eux. En fait en lisant la BD on a l’impression de retrouver sa bande de potes avec qui on prend plaisir à geeker et passer du bon temps. Le tour de force du duo Briones/Huet c’est d’arriver à rendre leur univers réaliste, tout sonne juste et le temps de notre lecture on croit à tout ça, c’est même à se demander s’ils ne s’inspirent pas d’eux-mêmes et de leurs proches pour leur Geek Agency.

Comme je vous l’ai déjà dit, cet album est un régal au niveau des références geek en tout genre, mais ce qui est cool, c’est que même les néophytes les plus complets peuvent s’y retrouver et prendre plaisir à leur lecture. D’ailleurs, que les allergiques aux zombis se rassurent, ils ne sont là que le temps de l’album et sont loin d’être omniprésents, ils servent plus de prétexte pour mettre l’intrigue en place. Par contre, forcément, attendez-vous à quelques scènes un peu sanguinolentes (on ne fait pas d’omelette zombi sans casser quelques crânes), même si ça reste plutôt soft par rapport aux autres œuvres du genre.


En bref vous l’aurez compris, Geek Agency est un vrai petit bijou qui s’adresse au plus grand nombre, que vous soyez des super geeks ou non, tout le monde peut y trouver son compte et faire sa propre lecture de l’histoire. Des personnages charismatiques et sympathiques, beaucoup d’humour, d’action et des tonnes de clins d’œil font que Geek Agency c’est du pur bonheur. Et comme si tout ça ne suffisait pas, on a en plus eu le droit à un des concours les plus géniaux pour fêter la sortie de l’album !! (malheureusement j'ai pas gagné -_-').


Question bonus : Même si de nos jours le terme geek est plutôt galvaudé (à la base ça servait en gros à désigner n'importe quel passionné de quelqe chose), est ce que vous êtes geek de quelque chose en particulier, donc est ce qu'il y a quelque chose qui vous passionne énormément ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 16:08

Aujourd’hui je commence à rapatrier certains articles que j'ai écrit par ailleurs, durant ma longue absence de ma tanière. Donc voilà un billet que j'avais écrit pour Actugeek, il y a quelques temps de cela, lors de la sortie de l'album (d'autres articles rapatriés devraient suivre tôt ou tard).

Miss Deeplane est un album de BD franco-belge réalisé par Stéphane Louis aka Louis (scénario et dessin) et Véra Daviet (couleur). L’album est édité par Clair de Lune depuis le 17 mai 2013.

http://www.actugeek.com/wp-content/uploads/2013/05/Miss-Deeplane-couv.jpg

Miss Deeplane est adulée de tous, rien d’étonnant à cela puisque cette super héroïne se bat pour protéger New York, est super sexy et est également la mascotte du magazine 10/10, le mensuel référence pour les geeks du monde entier. Néa, la jeune femme qui se cache sous le masque de la Miss, n’a aucun mal à concilier sa vie privée et son visage public d’héroïne. Sauf que le jour où elle annonce sa bisexualité au cours d’une émission retransmise en direct, tout ça pourrait bien changer…

Mon avis :

Pour cet album quasi solo (les couleurs étant réalisées par sa compagne Véra Daviet) Louis (qui s’occupe du design du jeu Guardians Chronicles) frappe très fort et signe là un album puissant qui porte à réflexion. On retrouve sa patte graphique et son style qui rappelle les comics américain de super héros (ce qui explique que son héroïne soit plutôt sexy et habillée légèrement). Le côté comic américain se voit également au niveau de la mise en page, en effet l’album est présenté comme s’il était composé de deux issues américaines, regroupées ensemble. On a donc droit à un bon petit suspense à la fin de la première partie et une couverture inédite avant le début du deuxième épisode, c’est donc un bel hommage rendu au comic !! En plus de ça, les couleurs de Véra Daviet font merveille et donnent un ton très chaleureux à l’ensemble.

On retrouve également pas mal d’humour et de clins d’œil, comme dans la série Tessa Agent Intergalactique (si vous avez aimé cette série, vous devriez sans problème accrocher à Miss Deeplane), si bien que la lecture de ce one shot est rapide et très plaisante.

Il faut savoir que par un pur hasard calendaire, cet album sortira le jour de la journée internationale contre l’homophobie et franchement ça ne pouvait pas mieux tomber !! En effet, comme dit plus haut, Néa est bisexuelle et est même actuellement heureuse et épanouie dans une relation avec une femme.

C’est d’ailleurs un aspect très sympa de ce Miss Deeplane, puisque même si les BD de super héros sont légion, il est très rare que les héros en question soient homosexuels (on en a vu arriver un ou deux mais ça reste très minoritaire). Mais n’en déplaise aux esprits tordus, ce n’est pas juste une ficelle utilisée pour pouvoir montrer des relations sexuelles entre filles (on trouve un ou deux dessins un peu érotiques), il y a un véritable questionnement derrière tout ça et qui donne à réfléchir.

Autre hasard calendaire, la sortie de l’album colle plus ou moins avec une des récentes actualités qui a fait grand bruit dans notre pays, à savoir le mariage pour tous. Miss Deeplane pourrait sans le savoir devenir un porte étendard de tous ces débats qui agitent le pays. Au travers de son histoire, la jeune femme pose les bonnes questions et permet d’apporter des éléments de réponse en montrant que quel que soit le type de relation dans lequel on s’engage (homo, hétéro, bi…etc.) ça ne se passe jamais sans heurts.

Le fait de s’ouvrir aux autres comme le fait Néa est un risque énorme que prend la jeune femme, puisqu’elle confie au monde entier son homosexualité, courant ainsi le risque de se retrouver marginalisée. Même si jusqu’à preuve du contraire nous n’avons pas encore vu de super héros dans la vie réelle, on peut se poser la question de savoir si de tels êtres existaient, ne seraient-ils pas forcés par nos sociétés à se conformer à la vision qu’on nous impose ?

Par exemple, si Tony Stark qui cartonne au ciné et en comics devenait homo sur grand écran, serait-il aussi adulé par les foules ? Malheureusement je ne crois pas. Alors que fondamentalement, même s’il préférait la compagnie des hommes à celle des femmes, ça ne changerait rien à ses aptitudes à sauver le monde grâce à ses inventions.

Enfin voilà vous l’aurez compris, Miss Deeplane invite à se poser pas mal de questions sur ces sujets là, mais soyez rassurés, l’album comporte quand même son lot de scènes d’action, puisqu’une menace plane sur le monde et qu’il faudra que l’héroïne la combatte…

Tout au long de l’aventure on va donc suivre la jeune femme et explorer ses deux facettes (sa vie normale et celle de super héroïne). Elle va évoluer tout au long de l’album en découvrant des choses sur sa vie, son passé…etc. et forcément au fil de ses interrogations, on évolue et on s’interroge avec elle.

Un album à lire absolument donc (en ne s’arrêtant pas au côté dénudé et sexy de l’héroïne), puisqu’il donnera matière à réfléchir à toutes et à tous et permettra sans doute aux esprits les plus obtus de pouvoir s’ouvrir un peu. Les réflexions sont bien amenées et chacun peut s’en faire sa propre idée, puisqu’aucun point de vue n’est imposé.

Les seuls reproches que je pourrais adresser à l’encontre de Miss Deeplane, c’est tout simplement son format et ce que ça implique. Pour coller aux standards de la franco, certains passages sont parfois traités un peu rapidement et du coup c’est dommage car je serais bien resté plus longtemps en compagnie de la Miss tant son univers m’a plu. Enfin même si cet album est indépendant et peut donc se suffire à lui-même, j’espère malgré tout avoir un jour la chance de la retrouver dans de nouvelles aventures !! (au vu de cet album, il y a largement matière à faire plus).

En bref, un très bon album signé Louis, dans lequel on retrouve sa patte graphique et son côté comic américain, le tout parfaitement mis en couleurs par Véra Daviet. L’histoire d’une jeune femme/super héroïne que l’on voit évoluer au fil de ce one shot qui nous amène à nous interroger et à réfléchir avec elle. Miss Deeplane nous donne une bonne claque et est à lire absolument !!!


Question bonus : A quoi ressemblerait votre costume si vous étiez un super héros ou une super héroïne ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:54

A mon avis, il ne vaut mieux pas trop s'y habituer, mais me revoilà déjà avec un nouvel article. Cette fois-ci encore il va s'agir d'une de mes lectures faites récemment.

Hit-Girl est un spin-off du comic Kick-Ass réalisé par Mark Millar (scénario) et John Romita Jr. (dessin). Cet album de 136 pages regroupe les 5 issues américaines et est édité par Panini Comics depuis le 19 juin 2013.

http://www.planetebd.com/dynamicImages/album/cover/large/20/42/album-cover-large-20420.jpg

Hit-Girl fait la transition entre Kick-Ass 1 et 2 (aussi bien au niveau des comics que des films), la jeune Mindy va former Dave afin de faire de lui un super héros digne de ce nom...

Mon avis :

C'est avec un grand plaisir que je me suis plongé dans ces nouvelles aventures de Kick-Ass et Hit-Girl. C'est d'ailleurs très cool que cette dernière soit au centre de l'histoire cette fois-ci, puisque l'intrigue gravite autour d'elle. La jeune fille de 12 ans est bien décidée à entraîner Kick-Ass afin qu'il brille un peu plus au combat. La différence de niveau est plutôt grande entre les deux héros, puisque Mindy a été entraînée à tuer depuis son plus jeune âge par son père Big Daddy.

Afin de joindre l'utile à l'agréable, elle va profiter de l'entraînement de Kick-Ass pour dérouiller quelques membres de la mafia, histoire de faire d'une pierre deux coups. Mais un péril bien pire que des truands armés jusqu'aux dents attends notre jeune héroïne... Elle va devoir tenter de s'intégrer aux filles de son âge afin d'avoir une vie normale pour tranquiliser sa mère et son beau-père.

Contrairement à Dave dont l'identité secrète est celle de Kick-Ass, pour Hit-Girl c'est un peu plus compliqué, puisqu'être une super héroïne est sa vraie nature. Plutôt dur donc de s'intégrer à une bande de jeunes collégiennes qui ne jurent que par Justin Bieber et les fringues à la mode...


Cet album est donc un pur concentré de Mindy/Hit-Girl que l'on retrouve dans toute sa splendeur, capable de botter des culs et prendre tous les risques face aux pires truands et complètement désarmée face à une bande de pestes de son âge.

C'est donc un vrai bonheur de retrouver les 3 personnages principaux de la série (le troisième étant bien évidemment "Red Mist") dans Hit-Girl qui est un "Kick-Ass 1.5" plutôt qu'un spin-off et qui permet de donner encore plus d'épaisseur à la jeune Mindy.

En bref, si vous êtes fans des comics ou de la franchise des films, je pense que vous pouvez acheter l'album les yeux fermés. On y retrouve tous les bons ingrédients de la série : de l'humour, de la violence (car oui Hit-Girl ne déroge pas à la règle et contient son lot de baston et d'hémoglobine) et des héros déguisés qui combattent le crime.

En bref bis, un bon approfondissement de l'univers de la série, par contre à ne pas mettre entre toutes les mains puisqu'il est assez violent et comporte des termes plutôt fleuris. De même si vous n'avez pas spécialement adhéré à l'univers de Kick-Ass, je ne pense pas que l'achat de cet album vous soit indispensable.

Question bonus : A l'instar de Hit-Girl, vous auriez-aimé recevoir un entraînement, depuis tout(e) petit(e), vous permettant de faire face à n'importe quelle situation contre des criminels ? 


Je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures sur mon blog, au niveau des articles que j'ai dans les cartons il y a le diptyque Burlesque Girrrl de François Amoretti, Le tome 18 de Walking Dead, mon avis sur les jeux GTA V et Disney Infinity et les nombreux films et séries que j'ai pu voir. Vous avez une préférence pour quelque chose ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 17:18

Comme je vous l'avais annoncé récemment, je reprends les activités sur mon blog et histoire de redémarrer en douceur, j'ai choisi de vous parler d'une BD que j'ai lue tout récemment.

La Petite Mort est un album de BD de 96 pages réalisé par Davy Mourier et publié chez Delcourt depuis le 4 septembre 2013.

http://www.planetebd.com/dynamicImages/album/cover/large/20/31/album-cover-large-20313.jpg

La Petite mort aimerait bien devenir fleuriste plus tard, sauf qu'elle est appellée à devenir le remplaçant de Papa Mort dans son rôle de Faucheuse. On suit donc tout au long de l'album le quotidien de cet enfant pas tout à fait comme les autres...

Mon avis :

Pour ma part je suis un grand fan de Davy Mourier que j'ai découvert dans la web-série Nerdz, je vous avais déjà parlé de ce touche à tout lorsque je vous avais présenté sa première BD. Il a depuis multiplié les projets en tout genre et a également publié d'autres albums de BD tels que Karaté Boy (je l'avais présenté par ici (faut d'ailleurs que je songe à le rapatrier dans mon antre )), 41€ pour une poignée de psychotropes et 50 Francs pour tout : ceci n'est pas une suite, c'est du refoulement.

Vous l'aurez donc compris, avec La Petite Mort, Davy Mourier n'en est pas à son coup d'essai en matière de BD. On retrouve d'ailleurs sa patte tout au long de cet album, qui en dépit de ce qu'on pourrait penser est une très belle ode à la vie. Même si les sujets abordés sont loin d'être marrants (la mort, la maladie, perte de proches...etc.) il parvient à dédramatiser tout ça et à en faire une histoire pleine de sensibilité et d'humour.

En effet le personnage de la Petite Mort est vraiment très attachant et mignon, en dépit de son futur métier de Faucheuse. D'ailleurs, afin de lui apprendre le métier, ses parents ont décidé de l'envoyer dans une école normale, avec de vrais petits enfants humains. Bien évidemment, ça permet de voir "la cruauté"  de ces derniers qui ne sont pas toujours tendres les uns avec les autres et notamment avec celles et ceux qui sont différents.

L'album se présente sous la forme de petits gags en quelques cases, majoritairement en noir et blanc, ainsi que de nombreux bonus plutôt sympas tels que des détournements de pubs ou des hommages à La Petite Mort, l'occasion de retrouver plein d'amis de Davy Mourier (tels qu'Alexandre Astier, Monsieur Poulpe, Bérengère Krief...etc.). Une fois encore Davy se livre à ses lecteurs à travers sa BD, puisque cette dernière a été écrite suite au fait que son père a eu un infarctus (dont il s'est heureusement remis) et il nous livre ici ses réflexions et pensées autour de ça.

Pour les personnes équipées d'un smartphone (et d'un abonnement téléphonique le permettant), de nombreux autres bonus sont disponibles au fil des pages, y compris un jeu dérivé de la BD dans lequel on incarnera La Petite Mort. A l'heure où j'écris cet article, je n'ai malheureusement pas pu les tester et je ne pourrais donc pas vous dire s'ils valent le coup ou non.

Mais rassurez-vous la BD est déjà un vrai régal et un pur moment de bonheur même sans smartphone. Afin d'apprécier le mieux possible cette BD, il vaut mieux ne pas être réfractaire à l'humour un peu noir, car évidemment au vu des thématiques abordées et du protagoniste de l'album, certains gags pourront déplaire aux lecteurs qui n'aiment pas ce genre d'humour.

En bref, une fois de plus Davy Mourier frappe très fort avec La Petite Mort et il a réussi a créer un personnage attachant et mignon qui a le potentiel de figurer sur tout un tas de produits dérivés. Un vrai petit bijou de 96 pages plein d'humour et qui fait toujours sourire ou rire en dépit des thématiques abordées au cours de l'album. Cerise sur le gâteau pour les possesseurs de smartphones, l'album fourmille de petits bonus vidéos (making-of...etc.) et même d'un jeu-vidéo tiré de l'album !!

En bref bis, un très bon moment de lecture que je vous recommande vivement et j'espère bien que La Petite Mort n'en restera pas là et qu'on la retrouvera à l'avenir !!!


Question bonus : La Petite Mort voulant être fleuriste quand elle sera grande, vous, que vouliez-vous devenir plus tard quand vous étiez petit(e)s ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 09:47

Il y a un bail que je n'étais plus venu par ici et que je n'avais plus rien posté, mais tel un criminel je reviens sur les lieux de mon crime

http://www.noelshack.com/voir/130309/nemesis01oc1056089.jpg

Le fait est qu'après avoir rejoint plusieurs projets sur le net et y avoir contribué comme je pouvais, je me retrouve un peu sans site fixe. Raison pour laquelle j'ai décidé de revenir par ici et de me remettre à bloguer quand l'envie m'en prendra, afin de partager mes coups de coeur, déceptions...etc.

En toute logique, il ne devrait pas y avoir des masses de changements par rapport à avant, je vais continuer à vous parler de mes lectures, de jeux vidéos, de jeux de société, de films et compagnie. En bref de toutes les choses qui me bottent ^^

Selon toute logique, je devrais continuer avec mes bonnes vieilles habitudes de flemmard, donc ne vous attendez pas à voir des articles tous les jours ou autre. Ce sera surtout quand j'arriverai à vaincre ma flemmingite aigüe et à parvenir à écrire quelque chose qui me convienne. Si j'ai le courage, je tâcherai également de rapatrier par ici les différents articles que j'ai pu écrire à droite et à gauche ces derniers temps.

Bref, ceci était un article tout à fait inutile et seulement destiné à vous dire que vous me retrouverez peut être tôt ou tard par ici (et également pour faire cesser les pubs overblog apparues suite à mon inactivité xD).

Question bonus (histoire de pas perdre les bonnes habitudes) : Un type d'articles en particulier qui vous intéresserait plus de voir par ici ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Blog's life
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 10:15

Un article un peu spécial aujourd'hui, puisque je vais vous parler d'un album qui n'est pas encore sorti, mais que j'attends avec une grande impatience.

Le premier album de la série Geek Agency ne verra le jour qu’en début d’année prochaine, mais comme il me botte bien et que je pense qu’il sera peut être susceptible de vous plaire également, je me permets de vous en parler dès maintenant.

 

Geek Agency est donc une BD qui sera publiée chez Ankama Editions, le premier tome qui s’intitulera « Resident Geek » sortira le 24 janvier 2013. La série est signée Philippe Briones (dont je vous avais déjà parlé par ici) et Romain Huet.

 

Mais de quoi ça cause me direz vous ? Eh bien voici le pitch de la série (et ça promet du très lourd) :

 

« Bonne soirée Geek en perspective : pizzas, sodas et jeu de Plateau sur le thème des zombies…

Adam, Tim et leurs potes sont en pleine partie quand on frappe  violemment à la porte. une livraison de pizza de trop et tout bascule !  La réalité telle qu’ils l’ont toujours connue a cessé d’exister.  Désormais, ils luttent pour leur survie et leur fuite les  mènera aux frontières de mondes oubliés… »

 

Je ne sais pas vous, mais moi ça me donne carrément envie, surtout que les dessins de Philippe Briones sont juste magnifiques. Donc des super dessins et une ambiance geek à souhait, ça ne peut que me plaire !!

 

Si vous voulez suivre l’état d’avancement du projet et aider la série à se faire connaître, n’hésitez pas à rejoindre la page Facebook de la Geek Agency. Vous y trouverez plein de bonus sympas (comme un aperçu du tome 2 par exemple ^^).

 

Donc si comme moi le concept vous branche, n’hésitez pas à faire tourner l’info et marquez le 24 janvier 2013 dans vos agendas, ça va saigner !!

 

Et pour finir voici la couverture du premier tome, quand je vous dis que ça va envoyer du lourd, c’est pas de la blague !!

 

http://www.actugeek.com/wp-content/uploads/2012/12/resident-geek.jpg

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 13:02

Je suis désolé, ça fait des mois que je n'ai plus donné signe de vie sur ce blog, il faut dire que j'ai été pas mal occupé au niveau personnel et professionnel, mais également car je me suis lancé dans une nouvelle aventure sur le net avec un ami.

En effet depuis août/septembre (période depuis laquelle je ne suis pas venu ici), Kawok m'a proposé de l'aider en rejoignant l'équipe d'Actugeek, un site internet qui comme son nom l'indique sera consacré à l'actualité geek généraliste.

Pour le moment le site n'est pas encore totalement opérationnel, du coup on bosse principalement par le biais de la page Facebook du site. Raison pour laquelle j'ai été pas mal occupé tout ce temps là. Je dois avouer que je prends beaucoup de plaisir à participer à cette aventure et c'est pour ça que j'ai eu tendance à délaisser mon blog ces derniers temps.

Même si le format et le contenu est légèrement différent, je continue donc à sévir sous le pseudo de Mr. Zombi, j'ai juste changé de tanière. Mais comme je l'ai dit plus haut, le site d'Actugeek n'étant pas encore totalement opérationnel, il semblerait que mes billets sur mes lectures ne soient pas accessibles (merci à ma copinaute Mo' de m'avoir fait remarquer ce détail d'ailleurs ^^).

Raison pour laquelle, je tacherai de publier également mes articles sur mes lectures (car oui je continue à lire !!) par ici. Ce qui permettra à celles et ceux qui aiment bien lire ce que j'écris (il y en a ptet un ou deux sait-on jamias ^^) de pouvoir continuer à suivre mes aventures, sans pour autant devoir vous inscrire à un site geek (après vous êtes bien évidemment les bienvenu(e)s si vous voulez rejoindre notre communauté ^^).

Du coup je vais tacher de rapatrier les quelques articles de lecture que j'ai faits par ici (donc si vous êtes assaillis de mails ce sera normal et je vous prie de m'en excuser ^^'), je vais également profiter de mon retour pour répondre à tous vos commentaires et mettre à jour le Reading Comic Challenge.

Voili voilou donc pour les news de votre Mr. Zombi préféré (oui je sais je suis le seul que vous connaissez ^^). A bientôt donc pour de nouvelles avanteures ;)


http://img.over-blog.com/400x300/3/50/22/93/octobre2011/Ill-be-back.jpg

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Blog's life
commenter cet article

Présentation

  • : Mr. Zombi's place
  • Mr. Zombi's place
  • : Un blog pour parler de tout ce qui me botte : lecture, jeux vidéos, gadgets, films...etc.
  • Contact

Visiteurs

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog.

  visiteurs ont parcouru ce blog.