Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 11:15

L'article du jour comptera pour deux challenges, le PAL sèches de Mo' et mon Reading Comic Challenge. Je me trompe probablement en disant ça, mais je pense qu'il n'est pas impossible qu'il rejoigne le Roaarrr Challenge à l'avenir (il le mériterait en tout cas ^^)


palseches-copie-1The reading Comics challenge logo1


L'art de voler est un graphic novel espagnol d'Antonio Altarriba (scénario) et Kim (dessin) publié par les éditions Denoël dans la collection Denoël Graphic depuis avril 2011. Cet album de 216 pages en noir et blanc avec son format particulier (semblable à celui d'un petit roman) a reçu le Premio nacional de Comic de meilleur Graphic novel en 2010 (prix espagnol qui existe depuis 2007 et qui fait que j'ai décidé de l'intégrer à mon challenge même si l'auteur n'est pas américain ^^)


http://www.images-chapitre.com/ima2/original/517/37602517_8384010.jpg
Antonio Altarriba a 90 ans le jour où il décide de se suicider (en mai 2001) en sautant du quatrième étage de la maison de retraite où il se trouvait. Son fils Antonio Altarriba nous raconte ici la vie de son père, à l'aide des notes prises par ce dernier avant sa mort.

Mon avis :

Une fois de plus, je me retrouve à me prendre une bonne grosse claque dans la tête par une oeuvre vers laquelle je ne me serais pas forcément tourné de moi même. Heureusement pour moi, j'ai la chance d'avoir un excellent libraire BD, passionné et toujours de bon conseil. Pour lui ça faisait parti des deux albums indispensables de l'année et je partage tout à fait son opinion.

Pourtant on peut pas vraiment dire que les témoignages historiques et les récits de vie soient forcément ma tasse de thé (mais j'ai quand même révisé mon jugement grâce à Mo' et son loto par exemple ^^) mais là je n'ai pu que tomber sous le charme de cette fresque espagnole, qui au travers de la vie d'Antonio Altarriba nous éclaire sur la situation espagnole au XXeme siècle.

Pour ce que valent mes souvenirs de mes cours d'histoire (c'est à dire pas tripette), il me semble bien que l'histoire espagnole est à peine effleurée, on parle vite fait de Franco et voilà. Mais L'art de voler permet d'entrer un peu plus en profondeur sur cette sombre période de l'histoire espagnole, de voir les conditions de vie de l'époque, la résistance espagnole...etc. et on voit tout ça de l'intérieur au travers du personnage d'Antonio.

Le dessin de Kim est généralement très réaliste, même si quelques passages oniriques très marquants viennent un peu changer la donne et délivrer quelques messages forts. L'album se découpe en 6 parties, plus ou moins longues. On voit d'abord Antonio qui se prépare à sauter puis viennent le troisième étage (qui raconte sa vie de 1910-1931), le second étage (de 1931-1949), le premier étage (de 1949-1985) et le sol (de1985-2001).

 

Du coup même si ça n'est pas dans mes habitudes de le faire j'ai quand même envie de vous mettre un petit extrait (en italique dans mon billet) de l'album (qui arrive juste avant le troisième étage) et que j'ai trouvé magnifique :

"Je peux donc certfiier qu'il se suicida de cette manière, je peux également affirmer qu'en apparence cela prit quelques secondes... Mais qu'il mit en fait quatre-vingt dix ans à tomber du quatrième..."

Voilà comment dès le début Antonio Altarriba arrive à nous happer et nous plonger dans l'histoire de son père et avec elle dans celle de l'Espagne du XXeme siècle. Si vous êtes doués en calcul vous avez déjà du vous rendre compte que je n'ai présenté que 5 parties sur les 6 de l'album, la dernière est en effet un peu à part.

 

Il s'agit du prélude au décollage, qui sur quelques pages nous explique la génèse de cet album et les raisons pour lesquelles Antonio Altarriba a décidé de raconter la vie de son père (lesquelles n'ont pas été sans me rappeler un peu Maus et Art Spiegelman). Ces quelques pages ne sont pas faites sous forme de BD, mais seulement de texte et de quelques croquis préparatoires, photos...etc. et sont vraiment très intéressantes.

Malgré les bons conseils de mon libraire BD, j'avoue bien volontiers avoir repoussé un peu ma lecture de cet album, car en le feuilletant il m'avait semblé dense et plein de texte et que ça allait me prendre un moment pour le lire. Belle erreur de ma part, l'ensemble est en fait très digeste et se lit plutôt rapidement contrairement à ce que son épaisseur laisse présager. Les 90 années d'existence d'Antonio Altarriba s'égrennent au fil des pages et nous livrent un témoignage sans fard et sans concessions sur la vie espagnole au XXeme siècle.

Un autre tour de force de cet album c'est d'arriver à nous faire revivre une période très sombre sans pour autant faire pleurer les violons ou nous abreuver de violence. Les images de guerre restent très "soft" mais parviennent malgré tout à nous en faire ressortir toute l'horreur et les conditions de vie déplorable de l'époque car "c'est ainsi en temps de guerre... on donne ou reçoit tout de gens qu'on ne revoit plus jamais". Je trouve même d'ailleurs que ces évocations des horreurs, sont bien plus puissantes que de les montrer directement, on s'en fait nos propres représentations, on se les approprie et elles restent gravées dans nos mémoires.

En bref, un album vraiment puissant qui nous apporte un magnifique témoignage sur l'histoire de l'Espagne du XXeme siècle, période historique que nous survolons alors qu'elle a marqué profondément les espagnols. Un bel et vibrant hommage à tous ces gens qui ont préféré "mourir debout plutôt que vivre à genoux". Selon moi un album indispensable à lire absolument et un énorme coup de coeur !!


Question bonus : Vous connaissez bien l'histoire espagnole (ou comme moi) pas du tout ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 06:00

Comme nous sommes mercredi, mon article comptera pour 3 challenges différents à savoir Les BD du mercredi de Mango, le PAL sèches de Mo' et mon Reading Comic Challenge.


BD2 logo des BD du mercredi de Mangojpg (1)palseches-copie-1The reading Comics challenge logo2


Scalped est un comic de Jason Aaron (scénario) et R.M. Guéra (dessin) publié en France par Panini CComics depuis février 2010. A l'heure actuelle trois tomes sont parus en France (7 en VO) regroupant les 18 premières issues américaines.


http://www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782809411041_1_75_1.jpghttp://www.dccomics.com/media/product/8/6/8676_400x600.jpghttp://www.tribulles.com/img/products/scalped_003_meres_mortes_panini_comics.jpg


Après 15 ans d'absence Dashiell Bad Horse revient dans la réserve indienne Oglala de Prairie Rose où il avait grandi. La réserve est maintenant aux mains de  Lincoln Red Crow, le parrain local, qui rêve d'y ouvrir un casino. Mais Dashiell n'est pas revenu à Prairie Rose par nostalgie, il a une mission à accomplir et est prêt à tout pour la mener à bien...

Mon avis :

Une fois de plus, je vais commencer en vous disant que cette série n'est pas à mettre en tre toutes les mains, comme en témoigne le petit sigle interdit aux -16 ans sur la couverture. Il y a en effet pas mal de violence et de sexe dans Scalped, puisque la série dépeint avec réalisme ce qui se passe dans les réserves indiennes.

C'est d'ailleurs une des forces du récit, ce regard sans concessions sur la réalité des réserves et l'histoire de ce peuple massacré par les colons et qui doit maintenant vivre parqué comme du bétail dans ces lieux où l'alcoolisme, la drogue et les arnaques en tout genre sévissent. Le trait de Guéra retranscrit d'ailleurs à merveille l'ambiance de la réserve et sa violence. Le scénario d'Aaron est également très bien ficelé et émaillé de quelques flaskbacks qui nous éclairent sur le passé des protagonistes et nous laisse entrevoir comme tout est lié.

On suit donc principalement Dashiell Bad Horse et son retour musclé dans la réserve où il a grandi. C'est un personnage très complexe qui évolue tout au long des tomes, même s'il ne fait pas dans la dentelle. Il a renié ses origines et aurait préféré ne pas être indien et ne jamais avoir à revenir à Prairie Rose, mais malgré tout c'est dur de tourner le dos à ses racines et de fermer les yeux sur tout le mal que les américains ont fait aux indiens. Il est donc tiraillé entre sa mission et ses origines, plein de haine et de ressentiment à l'égard de tout le monde et j'ai vraiment hâte de pouvoir lire la suite de son histoire et voir la voie qu'il choisira finalement d'emprunter...

En bref Scalped est un polar musclé, âpre et violent avec une ambiance western des temps modernes. Un comic bourré d'action, de sexe et de violence avec en trame de fond les conditions de vie déplorable des Indiens dans leurs réserves.

 

Histoire d'en savoir un peu plus sur l'intrigue et d'achever de vous convaincre de lire cette série, vous pouvez aller voir l'avis de Jérome par ici.

 

Sinon en faisant quelques recherches sur l'état de la série aux States, j'ai appris que l'intrigue s'inspirait de faits réels et notamment de l'activiste Léonard Peltier.

 



Question bonus : Si je vous dis Wakan Tanka ça vous évoque quoi ? 

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 13:19

L'article du jour entrera dans le cadre de deux challenges auxquels je participe, à savoir le PAL sèches de Mo' (il était temps que je m'y remette) et mon Reading Comic Challenge.


palseches-copie-1The reading Comics challenge logo2


Locke & Key est un comics de Joe Hill (scénario) et Gabriel Rodriguez (dessin) publié en France par Bragelonne (sous le label Milady) depuis novembre 2010. A l'heure actuelle, deux tomes sont parus en France (4 en VO) et regroupent les 12 premières issues américaines (6 par tomes).


http://www.milady.fr/img/upload/1011-locke1.jpghttp://media.biblys.fr/livre/40/25040-h350.jpg


Suite à un tragique évènement la famille Locke se retrouve contrainte de déménager dans l'étrange manoir familial de Keyhouse. Bien vite, les enfants Locke vont s'apercevoir que cette batisse possède d'étranges pouvoirs, qui peuvent être débloqués à l'aide de mystérieuses clés...

Mon avis :

J'avais découvert il y a quelques temps de ça que Joe Hill était le fils de Stephen King et j'avais bien apprécié son premier roman. Donc forcément quand j'ai su qu'il scénarisait Locke & Key ça m'a donné l'eau à la bouche et je ne regrette pas du tout ma lecture de ces deux premiers tomes (T.1 : Bienvenue à Lovecraft et T.2 : Casse-Tête).

Par contre autant vous prévenir tout de suite, Locke & Key n'est pas une série à mettre entre toutes les mains puisqu'elle contient pas mal de violence et que c'est assez barré. Mais il n'en demeure pas mois que c'est une série génialissime à l'ambiance assez glauque et fantastique.

Le concept du manoir et de ses clés qui possèdent un pouvoir est vachement bien pensé et on a hâte de connaître tous les secrets de la bâtisse et jusqu'où Joe Hill a l'intention de nous emmener avec ça. Ces deux premiers tomes sont en tout cas vachement prometteurs et j'ai hâte de pouvoir lire la suite des aventures de la famille Locke.

Le dessin de Gabriel Rodriguez illustre à merveille le scénario de Joe Hill, son trait a un côté "enfantin" (je sais pas trop comment le dire autrement) et joyeux qui contraste à merveille avec la violence et la noirceur du scénario. Mais le côté "sympa" de ses dessins ne l'empêche pas de faire couler le raisiné à flots quand la situation l'exige.

En bref, une excellent série qui gagne à être connue, pour peu que vous n'ayez rien contre une ambiance fantastique et quelques passages violents. Auquel cas, c'est une série à lire absolument !!


Question bonus : A quoi vous servirait une clé magique ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 21:40

Comme d'hab j'ai encore plein de billets en retard (ceux de mes derniers pleins BD par exemple), donc je vais tacher d'en écluser quelques uns et là je m'attaque à du lourd !!! L'article du jour comptera pour le challenge PAL sèches de Mo' et mon Reading Comic Challenge. Ce billet s'inscrit également dans le cadre du Roaarrr Challenge de Mo'.


palseches-copie-1 The reading Comics challenge logo2 pictosingelionpetit


V pour Vendetta est un comic réalisé par Alan Moore (scénario) et David Lloyd (dessin) entre 1982 et 1990. J'ai pour ma part lu la version intégrale (qui reprend les 10 issues américaines) publiée par Panini Comics en 2009. Ce comic a reçu le Fauve d'or Alph-Art du meilleur album étranger en 1990.


http://www.tribulles.com/img/products/9782809409659_1.jpg
L'Europe, l'Afrique et les Etats-Unis ont été rayés de la carte lors de la guerre mondiale qui a éclaté pendant les années 1980. Le Royaume-Uni a eu la chance d'être épargné par les bombardements nucléaires, mais un parti fasciste a réussi à s'emparer du pouvoir. Une dizaine d'années plus tard, V un homme masqué étrange s'amuse à narguer le pouvoir en place...

Mon avis :

J'avais vu le film tiré de V for Vendetta à l'époque de sa sortie en 2006 et j'avais bien aimé. Je savais que c'était tiré d'un comic et je m'étais dit qu'il faudrait que je le lise un jour où l'autre, mais ça en est resté là.

Récemment chez Mo' on était venu à parler de V for Vendetta (où et comment, je ne sais plus par contre xD) et de son adaptation en film qui l'avait déçue par rapport à l'oeuvre originale. Du coup ça m'a rappelé que j'avais prévu de lire le comic, un tour chez mon libraire BD plus tard et me voilà avec l'intégrale dans les bras

Trêve de bavardages, j'ai pour ma part adoré V for Vendetta. Bien que datant d'une vingtaine d'années je trouve que tous les sujets dont il traite sont encore vachement d'actualité de nos jours. Un peu comme dans le roman 1984 de George Orwell, le Royaume Uni se retrouve sous la coupe d'un état policier qui contrôle et surveille tout. Les citoyens obéissent aveuglément, ils font tout pour ne pas sortir du lot et se fondre dans la masse par peur des conséquences de leurs actes.

Un homme se faisant appeler V et portant un masque de Guy Fawkes va pourtant se dresser contre le gouvernement et multiplier les actions pour faire réagir le peuple. Le personnage de V est vraiment très intéressant, on se pose beaucoup de questions à travers lui et petit à petit on en apprend un peu plus sur son passé et ses motivations.

Le dessin de Lloyd accompagne à merveille le récit (même si tout le monde n'accrochera pas forcément), je trouve qu'il retranscrit bien toute l'horreur du quotidien dans une société totalitaire. L'ambiance est sombre et oppressante, ça "fait peur" de voir que tôt ou tard on pourrait finir par vivre dans une société de ce genre, dans laquelle le gouvernement tue toutes les libertés et surveille tout (ça ne déplairait pas aux politiciens et aux lobbys ^^).

J'ai également beaucoup apprécié d'entendre à nouveau parler de la conspiration des poudres et de Guy Fawkes, ça m'a rappelé des souvenirs du collège où j'avais étudié cette partie de l'histoire du Royaume-Uni.

Quoi qu'il en soit, l'histoire est vraiment prenante et je me suis laissé emporter sans soucis, si bien qu'en dépit de sa taille, j'ai rapidement lu l'intégrale de V for Vendetta. D'ailleurs cette intégrale est de très bonne facture et m'a donné entièrement satisfaction.

L'album est assez lourd, avec une couverture cartonnée épaisse (il y a une sur-couverture papier (mais comme toujours quand c'est le cas, je les enlève quand je lis car sinon ça les abîme et c'est peu pratique pour feuilleter je trouve)) et les pages sont en papier glacé, ce qui est agréable lors de la lecture. Un bon rapport qualité/ prix en somme (il faut compter environ 30€ pour l'album). Un petit point noir tout de même, le poids de l'album fait qu'au bout d'un moment les bras fatiguent à force de le tenir

J'ai vu que la traduction de cette intégrale n'était pas la même que celles des éditions françaises précédentes, n'ayant pas lu les autres je ne peux malheureusement pas vous dire laquelle vaut mieux. Je peux juste vous dire que cette intégrale est plutôt bon marché par rapport aux précédentes. Par contre comme elle a déjà quelques années et que Panini n'aura plus les droits DC Comics dès janvier 2012, ses jours sont donc comptés.

En bref, un excellent moment de lecture et un comic qui fait beaucoup réfléchir, je comprends mieux en tout cas pourquoi pour beaucoup il s'agit d'un "classique". Quasiment 30 ans après, ce récit reste d'actualité, une histoire très marquante et poignante, à lire !!!


Question bonus : Vous savez qui est Guy Fawkes ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 15:41

L'article du jour entre dans le cadre de l'opération masse critique spéciale BD organisée par Babelio. Qui dit BD dit que cet article comptera également pour le challenge PAL sèches de Mo' et comme on est mercredi ça comptera également pour les BD du mercredi de Mango et enfin pour mon Reading Comic Challenge. Je tiens donc à dire un énorme merci à Babelio et aux Humanoïdes Associés pour m'avoir fait parvenir cet ouvrage.


masse critiqueBD2 logo des BD du mercredi de Mangojpg (1)palseches-copie-1The reading Comics challenge logo1
 

 

Le Profesor Furia : Manuel d'élégance et de savoir vivre est un album de 56 pages de Jerry Frissen (scénario) et Nikola Witko (dessin). Il est paru en juin 2011 chez les Humanoïdes associés et reprend les gags du Profesor Furia parus dans l'anthologie Lucha Libre, ainsi que quelques inédits. Comme il s'agit d'un billet pour l'opération masse critique de Babelio, je reprends donc à l'identique une partie du résumé de l'éditeur.


http://www.decitre.fr/gi/84/9782731623284FS.gif
Affreux, sale et méchant, le Professor Furia maltraite ses élèves, imagine les plans les plus tordus pour escroquer la terre entière, se comporte comme le pire des machos – bref, il ne se soucie pas vraiment du politiquement correct, et n’a aucun scrupule à laisser ses pires penchants s’exprimer.

Mon avis :

Je dois bien avouer que je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec cet album lorsque j'ai demandé à le recevoir dans le cadre de Masse Critique. Je savais juste qu'il y avait l'air d'avoir un lien avec la lucha libre (catch mexicain beaucoup brutal et où les catcheurs sont quasiment tous masqués) et c'est pour ça que j'ai postulé. Après lecture de ce premier tome, je ne regrette pas du tout ma découverte puisque j'ai passé un excellent moment en compagnie du Profesor Furia.

Par contre j'aime autant vous prévenir tout de suite, Le Profesor Furia n'est pas à mettre entre toutes les mains et je le déconseille aux plus sensibles d'entre vous. En effet, ce personnage n'a aucune morale, il est très grossier et violent, il ne respecte rien ni personne (en dehors de lui évidemment ^^) et ne jure que par l'argent. Dis comme ça, c'est sur que ça semble peu flatteur et que ça ne fait pas forcément envie, mais le fait est que j'ai adoré ce personnage très haut en couleurs.

Pour subvenir à ses besoins, il dirige une petite école de Lucha Libre, dans laquelle il en fait voir de toutes les couleurs à ses jeunes élèves. L'album se compose de 29 petites histoires (généralement sur une planche mais certaines sont plus longues) dans lesquelles le Profesor Furia apprend la vie à ses élèves, mais à sa sauce (en gros tout est prétexte à racketter et bastonner ses élèves ^^).

C'est vrai que certaines planches et gags sont assez trash et vont plutôt loin dans le politiquement incorrect, mais ça ne m'a pas empêché d'énormément apprécier cet album et de bien rigoler tout le long (il faut aimer l'humour potache, noir et trash par contre), j'ai également adoré les dessins de Witko avec leur petit côté Comic qui colle à merveille à l'ambiance de la lucha libre.

L'album en lui-même m'a égalerment beaucoup plu, il est de bonne facture et bien solide. J'aime beaucoup la quatrième de couverture qui représente le profil internet du Profesor Furia sur un site de rencontre, ça annonce bien la couleur je trouve. Tout comme le petit texte en début d'ouvrage, intitulé : Mais qui est donc ce Professeur Furia ? une sorte de mini biographie qui nous permet de faire plus ample connaissance avec ce personnage atypique.

Sinon, un petit mot sur le pourquoi j'ai décidé de placer cet album dans les Comics (même si ça sera ptet considéré comme une hérésie ^^'). Déjà parce que j'ai trouvé que le dessin de Witko avait un petit côté Comic, mais également car Jerry Frissen vit depuis plusieurs années aux USA et qu'il a travaillé comme directeur artistique dans la branche américaine des Humanoïdes Associés. Et enfin car la revue Lucha Libre (dans laquelle sont parus les gags du Profesor Furia) est également publiée aux USA par Image Comics (c'est donc qu'il doit y avoir un petit lien je pense ).

En bref, un gros coup de coeur pour moi et une excellente découverte. J'ai adoré le personnage amoral du Profesor Furia et "les leçons de vie" qu'il distille sans ménagement à ses disciples. De l'humour bien gras et trash dans le monde de la lucha libre, que du bonheur pour moi. Donc une fois encore, j'adresse un immense merci à Babelio et aux Humanoïdes Associés pour m'avoir fait parvenir ce superbe album.


Question bonus : A quoi ressemblerait votre masque de luchador ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 21:15

C'est pas le tout de lancer un nouveau challenge qui n'était pas prévu, il faut ptet que je commence à m'y atteler. Donc comme vous vous en doutez, l'article du jour comptera pour le PAL sèches et le Roaarrr Challenge de Mo', Les BD du mercredi de Mango et pour mon Reading Comic Challenge.

 
BD2 logo des BD du mercredi de Mangojpg (1)palseches-copie-1The reading Comics challenge logo2The reading Comics challenge logo2 pictosingelionpetit


Maus est un Comic en noir et blanc d'Art Spiegelman, qui a reçu le Prix Pullitzer en 1992 et l'Alph'Art de l'album étranger en 1993. En France Maus est publié par Flammarion (1987 pour le premier tome, 1992 pour le second et 1998 pour la version intégrale qui regroupe les deux tomes), j'ai pour ma part lu la version en deux tomes :

T.1 : Mon père saigne l'histoire
T.2 : Et c'est là que mes ennuis ont commencé


http://www.decitre.fr/gi/99/9782080660299FS.gifhttp://www.decitre.fr/images/genere-miniature.aspx?ndispo=/gi/grande-image-non-disponible.jpg&img=/gi/85/9782080666185FS.gif&wmax=155&hmax=239&loupe=true

 

Art Spiegelman nous raconte la vie de son père Vladek, un juif polonais, qui a survécu aux camps de concentration pendant la seconde guerre mondiale.

Mon avis :

Depuis le temps que j'entendais parler (en bien) de Maus, je me suis dit qu'il fallait que je le lise. Pourtant je ne suis pas vraiment fan de tout ce qui est récit de vie, biographies...etc. surtout quand ça a trait aux guerres.

Malgré ça, je dois dire que j'ai beaucoup apprécié Maus (ça signifie souris en allemand), qui est un magnifique témoignage sur les horreurs perpétrées par les nazis pendant la seconde guerre mondiale.

Loin des documentaires d'archives, des images réalistes de témoignages et autre dont on nous abreuve en classe, à la TV...etc. Art Spiegelman a choisi de représenter tous les protagonistes sous formes d'animaux (zoomorphisme) et je trouve que c'est une des grandes forces de cette oeuvre.

 

Curieusement, j'ai trouvé ça beaucoup plus percutant et marquant (on pourrait penser le contraire dans la mesure ou les dessins ne sont pas "réalistes") et ça prend vraiment aux tripes, on ressent toute l'horreur de ce qu'ont du endurer Vladek et ses proches. En effet, puisque les personnages sont des animaux, ça laisse beaucoup plus de place à notre imagination pour les transposer en humains.

En plus de conférer plus de force au récit, le fait d'avoir choisi des animaux pour représenter les personnages fait directement référence à la propagande nazie, puisqu'ils représentaient les juifs par des souris (nuisibles...etc.) et les polonais par des cochons. Art Spiegelman a donc représenté les juifs en souris, les polonais en cochons, les nazis sont des chats, les américains des chiens, les français des grenouilles...etc.

Le récit de Maus est composée de deux grandes parties qui s'entrecroisent : d'un côté on voit Art qui rend visite à son père Vladek afin d'essayer de recueillir son témoignage sur les horreurs qu'il a vécues pendant la guerre et de l'autre le témoignage proprement dit. On peut d'ailleurs à la limite compter une troisième partie (dans un style différent), qui reprend un ancien travail d'Art Spiegelman : Prisonnier sur la planète Enfer et qui traite du suicide de sa mère.

Cette façon de découper le récit entre les difficultés de leur relation père-fils  et les horreurs de la guerre, permet de prendre conscience de l'ampleur de la tâche réalisée avec l'oeuvre Maus. Tout est dépeint avec honnêteté et sincerité, on le voit bien à travers le portrait de son père Vladek, puisque ce dernier en dépit de tout ce qu'il a enduré n'est pas présenté comme un héros (bien au contraire) et certaines de ses réactions font froid dans le dos...

 

Le noir et blanc donne également beaucoup de puissance et d'impact au récit (bien plus que si ça avait été en couleur), rendant à la perfection toute la misère et les atrocités de la guerre. On plonge et on s'immerge totalement dans toute l'horreur et la folie engendrées par le nazisme (et plus généralement par la bêtise et l'intolérance des hommes pour leurs semblables).



Je sais pas si j'ai vraiment dit tout ce que j'avais envie de dire sur Maus, mais j'ai l'impression d'être parti un peu dans tous les sens, donc j'ai perdu le fil ^^' Quoi qu'il en soit la lecture de Maus a été une grande claque pour moi et je pense qu'on ne ressort pas indemne de notre lecture. Du coup je ne résiste pas à l'envie de vous citer un petit passage (tout au début de l'histoire) qui donne bien le ton je trouve. On y voit Art petit  et son père Vladek :

"-Pourquoi tu pleures Artie ?
-Je su-uis tombé et mes amis sont partis sa-ans moi...
-Des amis ? Tes amis ? Enfermez-vous tous une semaine dans une seule pièce sans rien à manger... Alors tu verras ce que c'est, les amis !..."

En bref une lecture vraiment puissante qui prend aux tripes et dont on ne ressort pas indemne. Un superbe témoignage très poignant et prenant, une oeuvre à découvrir et à lire absolument !!!

 

 

Question bonus : L'histoire c'est quelque chose qui vous intéresse en général ou pas vraiment ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 14:38

Comme prévu me voici de retour avec de "vrais" articles. Celui là entrera dans le cadre de deux challenges, Pal Sèches de Mo' la Fée et mon challenge BD. Il comptera également pour le Roaarrr Challenge de Mo'.


 pictosingelionpetitpalseches-copie-1Challenge BD logo

 

Comme je sais que Mo' est une fana de Comics (spéciale dédicace ), j'ai donc choisi d'en présenter un. Il s'agit même d'un roman graphique, qui fait pas mal parler de lui en ce moment (d'après ce que j'en ai lu et entendu).

Asterios Polyp est un roman graphique de David Mazzucchelli publié en France par Casterman depuis octobre 2010 et comportant 344 pages. Cet album a reçu les prix suivants : (Fauve) Prix spécial 2011, Grand prix de la critique ACBD 2011 et le Will Eisner Award de la meilleure nouveauté en 2010.


http://librairie-experience.com/dessus_de_la_pile/2010/10-2010/ASTERIOS_POLYP.jpg
La vie d'Asterios Polyp, va basculer le soir où son appartement prend feu à cause d'un orage. Ce dernier va alors décider de tout quitter et de recommencer sa vie ailleurs.

 

 

 

Mon avis :

Tout d'abord il faut savoir que ce Comics a un format très particulier, il est très épais et fait un peu penser à un gros roman.

 

La couverture est entièrement cartonnée (style carton d'emballage recyclé) et ne comporte que le titre et le nom de l'auteur sur la tranche et deux dessins d'Asterios gravés dans le carton (que vous voyez en violet et en gris en bas et en haut de l'image de couverture).

 

Une sur couverture amovible, un peu plus colorée et en papier glacé recouvre le milieu de la couverture (un peu comme les bandeaux qui servent à indiquer que tel ou tel livre à remporté un prix ou fait des tonnes de ventes, sauf que là c'est beaucoup plus grand). En bref un format et une présentation peu ordinaires et qui du coup peuvent peut être rebuter de prime abord.

Le graphisme également ne plaira pas forcément à tout le monde (certains le trouveront peut être simpliste ou n'aimeront pas les couleurs). J'aurais bien du mal à le définir (vu que j'y connais rien en termes techniques et en références ultra connues), mais pour ma part je l'ai beaucoup apprécié.

 

Le dessin et les couleurs s'adaptent aux différents protagonistes et reflètent bien leur état d'esprit, on n'a du coup aucun mal à repérer les différentes parties qui composent le récit, toujours introduites par une petite image qui en quelque sorte annonce la couleur.

Au cours de l'histoire on va donc suivre Asterios Polyp, un brillant et renommé architecte de papier (comprenez par là, que ces plans sont adorés, mais qu'aucun d'eux n'a jamais été réalisé) dont la vie va basculer un soir d'orage. Après avoir quasiment tout perdu, il va décider de changer de vie et d'endroit, allant aussi loin que possible.

 

L'histoire va alors alterner entre sa nouvelle vie et l'ancienne au cours de flashbacks vraiment bien pensés (et facilement identifiables grâce au jeu de couleurs) qui vont nous en apprendre plus sur cet intriguant Asterios Polyp.

Mazzucchelli nous livre ici une histoire vraiment très prenante même si je me doute que résumé à ma sauce, vous avez peut être trouvé ça bateau et banal. J'ai eu aucun mal à entrer dans l'histoire et on s'attache assez vite à Asterios, dont on suit l'évolution entre ses "deux vies".

 

Les autres personnages qu'il rencontre sont également très intéressants et assez atypiques, ils vont lui permettre de changer (plutôt en mieux d'ailleurs je trouve ^^) et de voir sa vie d'une autre manière. J'ai donc pas vu le temps passer au cours de ces 300 et quelques pages et je me suis laissé emporter, jusqu'au dénouement final très inattendu qui m'a beaucoup surpris mais que j'ai adoré (ce sera ptet pas le cas de tout le monde ^^)

Nul doute que vous avez été ou que vous serez amenés à entendre parler d'Asterios Polyp, puisqu'on commence à en parler partout et que pour bon nombre de personnes il s'agit là de THE BD de l'année 2010 (voir de la décennie ou plus).

 

J'ai pour ma part beaucoup aimé ce voyage en compagnie d'Asterios, mais je n'irai sans doute pas aussi loin que ce que j'ai pu lire à d'autres endroits, dans la mesure où je n'aime pas vraiment classer mes lectures et qu'à partir du moment où ça m'a plu, ben ça m'a plu (point barre ^^').

Mais si vous avez envie de tenter l'expérience et de sortir un peu des sentiers battus (dans le sens où rien qu'au niveau du format et de la taille de l'oeuvre, Asterios se démarque des autres BD) je vous recommande la lecture d'Asterios Polyp.

 

En revanche, vu que c'est un "pavé" je vous conseille de bien le feuilleter avant de l'acheter, histoire de voir si le graphisme ne vous rebute pas et si ça vous tente car son prix est du coup plus élevé que les autres BD.


Question bonus : Si vous ne pouviez sauver que trois objets de votre appartement, quels seraient ils ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 12:18

Hello tout le monde, je suis désolé pour mon absence de ces derniers temps (je me suis remis aux jeux vidéos, du coup mon temps libre en prend un coup et mes articles en retard ne s'écrivent pas ^^') et je vous prie de m'en excuser.

L'article du jour sera le premier (mais pas le dernier ^^) dans le cadre du challenge Pal Sèches de Mo' la Fée. Comme je suis un grand aventurier, mon billet du jour nous emmènera en Grande Bretagne.

 

Je me suis dit que ça serait pas mal de commencer avec un Comics (étant donné que ce n'est pas ce que tu lis le plus Mo' lol), donc tout de suite la suite.


palseches-copie-1.jpg


The losers est un comics réalisé par Andy Diggle (scénario) et Mark Simpson aka Jock (dessin) comprenant 32 issues américaines. En France The Losers est publié par Panini Comics dans la collection Vertigo depuis 2010 et compte à l'heure actuelle 2 tomes (que j'ai lus).


http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/4/3/0/9782809411034.jpghttp://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/0/4/5/9782809413540.jpg


Les Losers, un commando d'élite de la CIA ont été trahis par leur employeur véreux. Tout le monde les croyant morts, ils auront alors carte blanche pour se venger...


Mon avis :

Eh bien non !!! Contrairement à certaines idées reçues, les Comics c'est pas juste des Super-Héros invulnérables en collants, qui redressent tous les torts, comme nous le prouvent Andy Diggle et Jock. Ce comics nous propose une intrigue centrée autour de la CIA (et de certaines de ses magouilles), un véritable cocktail détonnant d'action, d'espionnage...etc.

Le groupe des Losers se compose de plusieurs spécialistes, chacun possédant ses propres talents (mes persos préférés étant le hacker et le sniper ^^) et son caractère. Au fil de l'histoire on apprendra pourquoi ils se lancent dans cette croisade contre la CIA, ainsi que quelques bribes du passé des différents membres.

L'intrigue est bien ficelée et pleine de rebondissements, il y a également beaucoup d'action (fusillades, baston...etc.). On y retrouve pas mal des grandes thématiques américaines (guerre, lutte contre le terrorisme...etc.) et certains personnages sont très patriotiques (mais bon comme c'est à petite dose ça passe lol), mais c'est plus dans le but de montrer les défauts de la CIA et du gouvernement (enfin selon moi hein ^^).

En bref un excellent Comics bourré d'action avec un scénario bien ficelé et qui écorne un peu au passage certaines administrations américaines. Je vous le recommande si vous aimez l'espionnage, l'action...etc.

A noter d'ailleurs qu'une adaptation cinématographique de Sylvain White sortira bientôt en DVD par chez nous (il faudra d'ailleurs que je fasse un billet dessus sur mon autre blog (à rajouter sur ma todo list xD)) avec entre autres Jeffrey Dean Morgan.


Question bonus : Pour ou contre la vengeance ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 08:40

Mes derniers articles ayant été consacrés à de la franco-belge et du manga, j'ai décidé de changer un peu et de rééquilibrer les choses en présentant un Comics.

 

Ma lecture entrera dans le cadre de trois challenges : Le Challeng'ô swap de Nadège/Lady Scar (puisque cet album m’a été offert par The Bursar lors du Swap Star Wars), le Summer Star Wars de Mr. Lishbei et mon challenge BD.


53453464 pchalleng'o swapChallenge BD logo


Le Destin de Dark Vador est le Tome 6 de la collection Star Wars : Le côté obscur. Ce Comics est publié par Delcourt depuis novembre 2006, il reprend 4 histoires (Star Wars Tales n°1, 4, 6 et 9 en VO) et comporte 113 pages.


http://www.anakinworld.com/images/comics/comic-le-destin-de-dark-vador-6614.jpg
Extinction (p.2 à p.33) de Ron Marz (scénario), Claudio Castellini (dessin) et Guy Major (couleur) : Dark Vador va devoir affronter l'un des derniers Jedi encore existants.

Résurrection (p.34 à p.83) de Ron Marz (scénario), Rick Leonardi (dessin), Terry Austin (encrage) et Raul Trevino (couleur) : D'après certaines informations, les rebelles auraient volé des plans secrets de l'Etoile Noire, Dark Vador est envoyé pour les récupérer.

Un moment de doute (p.84 à p.97) de Lovern Kindzierski (scénario), Robert Teranishi (dessin) et Dace McCaig (couleur) : Dark Vador reçoit un chasseur de primes dans son vaisseau puisqu'il a mis à prix les têtes de Han et  Leïa.

Loué soit le créateur (p.98 à p.111) de Ryder Windham (scénario), Kilian Plunkett (dessin) et Dave McCaig (couleur) : Un souvenir du passé de Dark Vador ressurgit.


Mon avis :

J'ai beaucoup aimé ce Comics : dans la mesure où Dark Vador est un de mes personnages préférés de la Saga Star Wars, donc un Comics entièrement consacré à lui ça ne pouvait que me plaire ^^.

 

Ma lecture m'a d'ailleurs donné très envie de lire les autres tomes de la collection Star Wars : Le côté obscur, puisqu'elle est consacrée aux "méchants" de la saga.

Ce qui est également très sympa dans cette collection, c'est que vous n'êtes pas obligés de lire les tomes dans l'ordre, ni de les avoir tous lus pour pouvoir comprendre quelque chose aux suivants. En plus comme les auteurs changent selon les histoires, ça permet d'avoir un bel échantillon des différents talents de chacun (même si ça peut aussi être négatif quand on tombe sur des dessinateurs qu'on aime pas spécialement).

Les 4 histoires qui nous sont présentées dans ce volume sont toutes très intéressantes et apportent des éclairages sur le personnage de Dark Vador, qui selon moi est un des personnages les plus emblématique et complexe de la saga. Il y a également de nombreux combats tout au long des histoires et ils sont tous très bien retranscrits et on s'y immerge facilement.

Au niveau de l'édition rien à redire, l'ouvrage est de qualité et c'est toujours un vrai régal de retrouver les couvertures originales à l'intérieur. C'est vrai que de prime abord ça peut faire un peu gadget, mais moi je trouve que c'est un vrai plus car elles sont souvent magnifiques.

En bref, une collection de Comics bien sympa, qui a le mérite de s'intéresser aux méchants. Ce volume consacré à Dark Vador est un vrai régal et je remercie donc infiniment The Bursar d'avoir eu la bonne idée de me l'envoyer ^^


Question bonus : Vo(s)tre personnage(s) de Star Wars préféré(s) c'est (ce sont) qui ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 17:25

Comme la dernière fois, je vais encore faire d'une pierre trois coups avec mon article du jour. En effet ce dernier entre dans le cadre de la seconde mouture d'A la découverte d'un pays d'Everthkorus (consacré à l'Afrique du Sud), le défi BD sur les 5 continents de Catherine (pour l'Afrique) et mon challenge BD (avec les clauses géographique et type).


afriquebullesbdChallenge BD logo


Bitterkomix est un recueil de bande dessinée édité par l'Association en 2009 et comportant 256 pages en noir et blanc et en couleurs. Il s'agit d'une anthologie reprenant des planches de Joe Dog, Konradski et Lorcan White.


http://www.bedetheque.com/Couvertures/Bitterkomix_06042009_140751.jpg
A la base Bitterkomix est une revue de Bande Dessinée sud-africaine, créée par Anton Kannemeyer (Joe Dog), Conrad Botes (Konradski) et Mark Kannemeyer (Lorcan White) en 1992. Dans cet ouvrage on retrouve de nombreuses planches, couvertures...etc. issues des 15 numéros de la revue parus entre 1992 et 2008. Il y a également de nombreux travaux graphiques de Joe Dog et Konradski.


Mon avis :

Avant de commencer à donner mon avis, j'avoue que j'ai choisi cet ouvrage totalement au pif, en cherchant s'il existait ou non de la BD Sud-Africaine, donc je ne savais pas du tout à quoi m'attendre avec cet album.

 

Après lecture de l'album (et documentation sur le sujet) je tiens à vous prrévenir que Bitterkomix est une revue underground et que son contenu est volontairement provocateur et politique.

 Ce recueil n'est donc pas à mettre entre toutes les mains, puisqu'on y trouve entre autres choses, de la violence, du sexe (et la plupart de ses dérives (scatophilie, nécrophilie, pédophilie, inceste...etc.) et une critique virulente de la société sud-africaine (principalement de la communauté blanche) en somme, âmes sensibles  abstenez vous !!!

 

Je me doute bien qu'après une telle introduction ça a du en refroidir bon nombre d'entre vous, mais je préfère que les choses soient claires d'entrée de jeu.

Je dois bien avouer aussi, que faire cet article est loin d'être facile, dans la mesure où il s'agit d'un recueil d'histoires...etc. et que le contenu est donc très varié et sans forcément de fil conducteur (hormis la critique de la société sud-africaine pré et post-Apartheid), et que qui plus est ce n'est pas le genre de lecture que j'ai habituellement (donc difficile de comparer à autre chose).

Malgré ça, je ne regrette pas du tout mon achat et ma lecture. On retrouve de nombreuses références détournées (Hergé par exemple) et le dessin des trois auteurs m'a bien plu (ils ont un très bon coup de crayon, chacun dans plusieurs styles différents). Tout est très cru (surement trop pour certains), mais je trouve que ça renforce le message que les auteurs veulent faire passer au travers de leurs histoires.

 

J'ai d'ailleurs appris (et révisé) énormément de choses sur l'histoire et le contexte politique Sud-Africain dans cet ouvrage, car en plus des planches de BD on trouve de nombreux textes explicatifs, annotations...etc. qui servent à éclairer la lecture des diverses planches et histoires.

L'anthologie publiée par l'Association est d'excellente facture avec un papier et une couverture souple de qualité, en dépit de son épaisseur (256 pages quand même) le recueil est très agréable à feuilleter (mais il vaut quand même mieux éviter de le lire d'une traite à bout de bras lol), donc le prix peut paraître élevé de prime à bord (une trentaine d'euros) mais j'ai envie de dire qu'on en a pour son argent.

 

Comme la revue Bitterkomix est rédigée en Afrikaans (langue issue du néerlandais et parlée en Afrique du Sud et en Namibie) on en retrouve ainsi que de l'anglais à plusieurs endroits dans l'ouvrage, ce que j'ai trouvé très intéressant.

En bref, une lecture qui m'a beaucoup plu (un article super dur à rédiger par contre -_-') mais que j'aurai quand même du mal à conseiller car ça reste vraiment super particulier et que le prix peut également rebuter.

 

Mais si vous avez envie de découvrir un nouvel horizon de BD et que vous avez le coeur bien accroché (cf plus haut, beaucoup de sexe et de violence) vous pouvez toujours tenter le coup, à vos risques et périls j'ai envie de dire... (si vous voulez vous faire une vague idée, une recherche Google images avec Bitterkomix vous permettra d'avoir un petit aperçu (plutôt soft))

 

Les billets des autres participants.



Question bonus : Pour vous le sexe et la violence dans les ouvrages ça passe comment ? (vous voulez pas en entendre parler, ça vous dérange pas d'en voir, à petites doses seulement...etc.)

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article

Présentation

  • : Mr. Zombi's place
  • Mr. Zombi's place
  • : Un blog pour parler de tout ce qui me botte : lecture, jeux vidéos, gadgets, films...etc.
  • Contact

Visiteurs

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog.

  visiteurs ont parcouru ce blog.