Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 09:36

Après quelques jours sans billets (j'ai reçu plein de nouveaux manga et anime persos, donc forcément lol), je m'y remets. L'article du jour comptera pour le challenge PAL sèches de Mo'.


palseches-copie-1
L'île de Hôzuki est un manga en 4 tomes de Kei Sanbe, publié en France par les éditions Ki-Oon entre février et octobre 2010.

 

http://www.anime-kun.net/mangas/manga_img/l-ile-de-hozuki1000.jpghttp://4.bp.blogspot.com/-eeZ0elscRxY/TiMYSnQ0OcI/AAAAAAAABjw/ybvAyESvA2A/s1600/ile-de-Hozuki-tome-2.jpghttp://www.planetebd.com/dynamicImages/album/cover/large/10/52/album-cover-large-10528.jpghttp://www.decitre.fr/gi/60/9782355922060FS.gif

 

Kokoro et sa soeur aveugle Yume ont été abandonnés par leur mère. Ils sont donc envoyés sur l'île de Hôzuki qui accueille et réadapte les enfants. Mais bien vite, ils vont s'apercevoir que des choses très étranges se produisent sur cette île et que s'ils veulent survivre ils ne devront pas croire ce que disent les adultes...

Mon avis :

A l'époque de sa sortie, j'avais déjà été attiré par les couvertures insolites de ce manga, qui laissaient présager d'une série bien glauque et space. Mais comme j'avais pas mal de séries à compléter, j'avais fait l'impasse.

Puis récemment, à la fin de Judge 2, j'ai découvert un autre manga de Kei Sanbe (Le Berceau des esprits dont je devrais bientôt vous parler ^^) et ça m'a rappelé l'île de Hôzuki. Comme la série était finie en 4 tomes je me suis dit banco sans même savoir de quoi ça parlait. Mais bon je digresse là, donc il est temps d'entrer dans le vif du sujet !!

Après dévorage des 4 tomes (lus dans la nuit d'achat tellement j'étais tenu en haleine ^^), je ne regrette pas du tout cet achat impulsif. Par contre contrairement à ce qu'on pourrait penser, il ne s'agit pas vraiment d'un manga d'horreur, mais plus d'un thriller basé sur l'ambiance et le côté psychologique.

On suit donc les jeunes enfants "à problèmes" qui se trouvent sur l'île et principalement Kokoro et Yume les deux nouveaux arrivants. L'établissement qui se trouve sur Hozuki est plutôt ancien et complètement coupé du reste du monde, seul un bateau vient les approvisionner de temps en temps.

Autant dire qu'il peut se passer énormément de choses entre deux ravitaillements, surtout que les 4 adultes qui enseignent et encadrent les jeunes, cachent beaucoup de vilains secrets... Il y a pas mal de suspense et beaucoup de fausses pistes dans ce manga, si bien qu'on a qu'une seule envie : celle de découvir le fin mot de l'histoire !!

J'ai lu pas mal d'avis de gens déçus par la fin, mais pour ma part elle m'a bien plu. Tout du long on échaffaude pas mal d'hypothèses et de théories et au final c'est pas forcément ce qu'on pensait. Après c'est vrai qu'il y a un ou deux trucs un peu gros, mais bon ça passe quand même et ça reste un manga bien sympa.

Une fois qu'on a toutes les pièces du puzzle en main, à la fin de l'histoire toute l'aventure s'éclaire d'un jour nouveau et en y repensant on se dit bon sûr mais c'est bien sang !!

Sinon le dessin est très fluide et agréable, je trouve qu'il colle bien à une aventure mettant en scène des enfants (ça m'a un peu fait penser à la série Mirai Nikki pour celles et ceux qui connaissent ^^). Malgré tout, bien que les protagonistes principaux soient jeunes, ce manga n'es pas à mettre entre toutes les mains.

Il y a en effet de la violence et quelques scènes de nu (et autres trucs du genre) donc les plus jeunes et les âmes sensibles s'abstenir (même si tout reste quand même plutôt soft et mise plus sur l'ambiance tendue...).

En bref, un très bon manga qui tient en haleine au long des 4 tomes et qui nous narre un récit pour la survie de jeunes enfants, seuls face aux adultes. En bref bis, une très belle découverte et j'ai d'ailleurs également bien aimé le regard porté sur le monde de l'enfance dans cette série.


Question bonus : vous aimeriez vivre sur une île, loin du monde ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 13:06

L'article du jour comptera pour le challenge PAL sèches de Mo'.


palseches-copie-1
Mes voisins les Yamada est un manga en trois volumes de Hisaichi Ishii. En France la série est publiée par Delcourt dans la collection Shampooing qui est dirigée par Lewis Trondheim et qu'il définit comme suit : "Ça lave la tête et ça fait des bulles. Shampooing, c'est pour les grands qui savent rester petits et les petits qui veulent devenir grands ". Sur les trois tomes parus, j'ai seulement lu le premier.


http://images-librairies.com/ima1/original/262/13447262_2988190.jpghttp://image.evene.fr/img/livres/g/9782756014524.jpghttp://image.evene.fr/img/livres/g/9782756014531.jpg


Mes voisins les Yamada nous conte le quotidien d'une famille japonaise lambda durant les années 90.

Mon avis :

Je me suis intéressé à ce manga grâce à K.BD, dans le cadre d'une thématique à venir (je ne vous en dis pas plus, histoire de vous garder la surprise ^^). Après la lecture de ce premier tome, je reste plutôt mitigé et ne sais pas trop quoi en penser.

On va donc suivre le quotidien de la famille Yamada composée de Takashi (le père), Matsuko ( la mère), Shige (la grand-mère), Noboru (le fils), Nonoko (la fille) et Pochi le chien flemmard et méchant de la famille.

Chacun des protagonistes possède son propre caractère et ses aspirations, Takashi le père est très maladroit, nul en bricolage et perd toujours ses parapluies. Matsuko la mère n'a qu'une idée fixe : trouver quoi faire à manger pour les prochains repas.

 

Shige la grand-mère est acariâtre et cherche le moindre prétexte pour se battre avec tout le monde. Noboru est un étudiant flemmard, le pire des cancres ( à tel point que ses camarades en ont fait une échelle de notation). Nonoko quant à elle est une petite fille espiègle et maligne.

A l'origine la série était publiée quotidiennement dans le journal Asahi Shimbun, sous forme de yonkoma, c'est à dire des petits strips humoristiques en 4 cases qui se lisent de haut en bas (équivalent des comic strip américains tels que Garfield par exemple). L'album reprend ainsi les strip qui ont été publiés entre octobre 1991 et juillet 1993 (soit 640 petits sketchs pour le tome 1).

On trouve également en bonus à la fin de l'album, 16 pages de yonkoma intitulées Mes voisins les Kikuchi. Le principe est le même que précédemment, sauf qu'on suit le quotidien d'une autre famille, qui elle tient un restaurant. Après ces quelques pages, on a également droit à une carte du quartier des Yamada, je vous conseille d'ailleurs de la consulter avant le reste (sinon ça fait comme pour moi, elle sert à rien ).

Les personnages principaux sont tous très sympas et attachants, du coup c'est très agréable de suivre le quotidien de cette famille typique. Selon moi, à l'instar de Doraemon, ce manga n'a pas été pensé pour être exporté à l'étranger, si bien qu'on apprend énormément de choses sur la vie des japonais dans les années 90.

Les notes de bas de page proposées par l'éditeur, sont d'ailleurs très utiles pour pouvoir comprendre toutes les références historiques, politiques...etc. ainsi que les jeux de mots sur la langue japonaise.

J'ai dit plus haut que j'étais mitigé et vous devez donc vous demander pourquoi, vu que jusqu'à présent j'ai été plutôt positif. En fait ce qui m'a le plus dérangé, c'est que Mes voisins les Yamada  est un manga humoristique (enfin je pense), mais il ne m'a pas fait spécialement rire.

Il m'est parfois arrivé de sourire, rire une fois ou deux, mais ça s'est arrêté là. Alors je ne sais pas si c'est parce que j'aurai du plus fragmenter ma lecture, ou si je n'étais pas dans le bon état d'esprit  ou encore si c'est parce que je ne partage pas trop les mêmes préoccupations que les Yamada, toujours est-il que ça n'a pas fait mouche chez moi.

 

Du coup je ne sais pas si ce manga plaira à tout le monde, si comme moi on n'adhère pas forcément à cet humour.

Sinon, j'ai trouvé que le dessin, assez caricatural, collait bien à l'esprit du manga et permettait de bien faire passer les émotions des personnages. On reconnaît facilement qui est qui et du coup on est pas perdu au cours de notre lecture.

Mon plus grand regret vient donc du fait que je n'ai pas suffisament ri lors de ma lecture. Mais j'ai quand même beaucoup apprécié ma lecture, ne serait-ce que pour tout ce que j'ai appris sur la culture japonaise et leur quotidien.

A noter que la série a été adapatée en film d'animation par le Studio Ghibli en 1999. Comme je n'ai pas vu ce film, je ne pourrais donc pas vous en dire plus, ni s'il est fidèle au manga originel.

En bref, un manga divertissant qui permet d'apprendre plein de choses sur la vie au Japon, mais dont l'humour ne plaira peut être pas forcément à tout le monde.


Question bonus : Vous connaissiez la famille Yamada ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 07:11

L'article du jour entrera dans le cadre du challenge PAL sèches de Mo'.


palseches-copie-1
Ichi the killer est un manga d'Hideo Yamamoto terminé en 10 tomes. En france les 3 premiers tomes ont été publiés par Tonkam depuis mars 2011.


http://www.manga-sanctuary.com/couvertures/big/ichi-the-killer-manga-volume-1-simple-35830.jpghttp://www.fant-asie.com/wp-content/uploads/2011/08/Ichi-the-Killer-tome-2.jpghttp://www.heberger-image.fr/data/images/99235_ichi_the_killer_tome_3_tonkam_planning_news_manga.jpeg


Le quartier de Kabuchiko est aux mains de différents clans de yakuzas qui se partagent les différentes activités criminelles du secteur. Lorsqu'on n'appartient à aucun clan, il est très difficile de survivre à Kabuchiko... pourtant un petit groupe de malfrats est bien décidé à semer la zizanie au sein du quartier à l'aide de leur arme fatale : Ichi...

Mon avis :

Il y a un bon moment que j'aurais du faire cet article, puisque j'avais reçu le premier tome d'Ichi the killer lors de l'opération masse critique de Babelio. J'avais fait ma critique fans les temps là bas, mais pas ici. Du coup entre temps je me suis acheté et j'ai lu les deux tomes suivants, ce qui va me permettre de vous parler un peu plus en détail de la série.

Par contre je me dois de vous prévenir tout de suite que cette série n'est pas à mettre entre toutes les mains. Il y a énormément de sexe et de violence, c'est complètement barré et ça va très très loin. Ce qui explique sans doute qu'il ait fallu plus d'une dizaine d'années avant qu'un éditeur français se décide à faire paraître ce manga culte (au Japon) par chez nous.

Il faut d'ailleurs savoir que le premier tome n'est qu'une petite mise en bouche et dès le second tome ça part encore plus en cacahuète (donc si vous avez lu le premier tome et que vous l'avez trouvé limite, sachez que les suivants sont bien pires (donc abstenez-vous)). Un petit groupe de malfrats dirigé par un petit papy, sont bien décidés à faire éclater les différents clans de yakuzas qui contôlent la zone de Kabuchiko.

Pour se faire ils demandent à Ichi, un adolescent très perturbé qui tue sur commande, d'éliminer Yoshio Anjo, un des plus puissants chef de gang yakuzas. Kakihara, le bras droit d'Anjo, ne veut pas croire à la théorie selon laquelle son patron se serait fait la malle avec sa maîtresse et l'argent du clan, et il est prêt à tout pour retrouver son patron en vie...

On va donc alterner entre les différents protagonistes de l'histoire (Ichi, le groupe du papy et Kakihara et ses subordonnés) dont les destins et les actions se croisent sans cesse. Mais ils ont quand même tous un point commun, à savoir qu'ils sont prêts à tout et ne reculent devant aucun moyen pour parvenir à leur fin. Autant dire que leurs affrontements vont faire un max de dégâts !!

A noter que cette série a été adaptée en film par Takashi Mike en 2001, par contre je ne l'ai pas vu donc je ne pourrais pas vous dire si c'est fidèle à la série ou non (dans le cas où ça le soit, je ne voulais pas me spoiler ^^), je sais juste qu'il avait été interdit aux moins de 16 ans en France lors de sa sortie.

 En bref, ce manga est un véritable OVNI qui à mon humble avis choquera plus d'un lecteur. Mais si vous avez le coeur très bien accroché et que vous avez envie de vous payer un voyage dans l'enfer des gangs de Yakuzas (avec au programme : de la torture, de la violence à outrance, des pratiques sexuelles très dépravées et très limites...etc.) alors ce manga pourrait probablement vous plaire.


Question bonus : Vous aviez déjà entendu parler de cette série ou pas du tout ? Vous avez vu le film ou pas ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 05:00

L'article du jour comptera pour 3 challenges de lecture à savoir le PAL sèches et le Roaarrr de Mo' ainsi que les BD du mercredi de Mango. Bon par contre aucune surprise sur le manga présenté vu que je l'avais annoncé hier.


BD2 logo des BD du mercredi de Mangojpg (1)palseches-copie-1pictosingelionpetit


Hikaru no go est un manga de Yumi Hotta (scénario) et Takeshi Obata (dessin), à noter que Yukari Umezawa une joueuse professionnelle de go a été consultante technique. La série compte 23 volumes au total édités par Shueisha au Japon et Tonkam chez nous depuis 2003. Hikaru no go a reçu le prix de la nouveauté du Prix culturel Ozamu Tezuka en 2003.


http://manga.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/3/image/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782845802551_1_75.jpghttp://i61.servimg.com/u/f61/14/21/61/69/hikaru13.jpg


Un beau jour, Hikaru découvre par hasard chez son grand père un goban (plateau qui sert à jouer au go) hanté par l'esprit de Saï. Ce dernier était professeur de go sous l'ère Heian (qui a duré de 794 à 1185) et va initier Hikaru au go.

Mon avis :

C'est un des premiers manga que j'avais acheté pour mon boulot et j'ai pas du tout regretté cet achat car c'est une série qui vaut carrément le détour. Ce manga s'adresse à tous les lecteurs de quelque âge qu'ils soient et par rapport à d'autres shonen ne s'étale pas trop (23 tomes ça reste raisonnable et dans la moyenne). Hikaru no go est une série qui remplit parfaitement un pari très risqué à savoir parler et donner envie de jouer au go par le biais d'un shonen.

Pour faire un petit point de comparaison ce serait un peu comme si en France sortait une BD sur des jeunes joueurs d'échecs ou de dames, dit comme ça, avouons que ça donne pas forcément super envie. Et pourtant Hikaru no go remplit ses objectifs avec brio et parvient à nous initier au go et à nous donner envie d'y jouer (j'ai moi-même acheté un goban et des pierres suite à ma lecture de la série).

La clé de ce succès selon moi réside, dans le petit côté fantastique (le goban hanté par un maître du go) qui permet d'initier et de faire évoluer Hikaru de façon plus intéressante que s'il était seulement un élève qui apprend à jouer au go dans un club. La présence de Saï permet donc d'apprendre des anecdotes sur les origines du go, son évolution au fil des ans...etc.

Comme dans tout bon shonen, on va donc retrouver un héros (ici Hikaru) qui va se trouver des rivaux (d'autres joueurs visant à devenir professionnels de go) afin de progresser pour devenir toujours meilleur. Ces affrontements donnent lieu à des parties de go endiablées, qui sont très faciles à suivre puisque tous les mouvements et autres stratégies nous sont expliqués au fur et à mesure des tomes.

C'est avec ce manga que j'ai découvert le trait d'Obata et dont je suis très fan. Je le trouve "doux" et réaliste, pour moi ça passe super bien, il rend ses personnages vraiment attachants. Je trouve qu'il arrive à insuffler de la vie dans les personnages qu'il dessine.

Dans ce manga tout le monde s'y retrouve les joueurs expérimentés de go comme les néophytes complets (ce qui était mon cas quand j'ai ouvert le premier volume, je connaissais juste vaguement le principe et point barre). D'ailleurs dans l'édition française de nombreuses notes accompagnent les volumes, donnant des liens vers des sites internet où se renseigner sur le go, pour jouer en ligne, sur la fédération française de go...etc.

Tout est fait pour donner envie de jouer au go et ça marche, la preuve en est le fait qu'il y a eu un fort regain d'intérêt pour le go chez les jeunes japonais suite à la parution du manga et de l'anime (il en est allé de même dans les autres pays où le manga a été traduit).

En bref, ce manga est un excellent shonen qui permet de mieux appréhender ce jeu japonais qu'est le go. Un vrai tour de force puisque les auteurs parviennent à nous passionner pour un jeu qui nous est complètement étranger. A lire absolument si vous avez envie de découvrir le go de façon ludique !!


Question bonus : Vous connaissez le go ou pas du tout ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 11:38

L'article du jour entrera dans le cadre des deux challenges de Mo' à savoir le PAL sèches et le Roaarrr.


palseches-copie-1pictosingelionpetit


Death Note (Desu Nōto en VO) est un manga de  Tsugumi Ohba (scénariste) et Takeshi Obata (dessinateur). La série s'est terminée en 13 volumes et a été publiée par Shueisha au Japon ( de mai 2004 à juin 2006), en France Death Note est publié par les éditions Kana depuis janvier 2007.

 

Ce manga a reçu 5 prix Japan Expo en 2007, le grand prix du Jury en catégorie manga et celui du meilleur scénario.Les 3 autres prix sont les prix décernés par le public à savoir le prix shonen, le prix du dessin et du scénario.


http://www.ac-paris.fr/serail/upload/docs/image/jpeg/2011-03/death_note_tome_1.jpghttp://media.biblys.fr/livre/24/22324-h350.jpg


Light Yagami est un adolescent brillant et sans histoires, tellement brillant qu'il s'ennuie énormément. Mais tout va changer le jour où il va mettre la main sur un étrange cahier aux immenses pouvoirs : le Death Note. Ce cahier permet à son possesseur de tuer les personnes  dont il connait le nom et le visage, simplement en y écrivant leur nom. Armé de ce cahier Light compte bien débarassé le monde du crime...

Mon avis :

Comme j'avais lu la série à sa sortie et qu'à l'époque je ne bloguais pas sur mes lectures, Death Note n'avait pas encore eu droit à son billet. Faute que je suis en train de réparer grâce au Roaarrr de Mo' qui permet de (re)découvrir d'anciens albums. J'ai d'abord découvert Death Note dans sa version anime avant de lire la version manga.

Quoi qu'il en soit Death Note est un excellent shonen au scénario diabolique et retors à souhait, qui nous happe du début jusqu'à la fin. On va suivre au cours des 12 tomes que comprend la série (le 13eme est plus un tome bonus plein d'explications sur l'histoire, avec des dessins, croquis...etc.), le jeune Light Yagami dans sa quête pour débarasser le monde du mal.

Pour parvenir à ses fins Light va tuer les criminels à l'aide du Death Note, ce qui finira par attirer l'attention d'Interpol et du mystérieux L. Ce sont ces deux personnages, tous deux de grands génies, et le bras de fer qu'ils se livrent qui rend Death Note si captivant. Tous deux rivalisent d'ingéniosité et de malice pour parvenir à leur fin et tels deux joueurs d'échecs, ils tentent de prévoir à l'avance les coups de leur adversaire et exploiter la moindre faille.

Un autre grand attrait de la série, c'est bien évidemment le Death Note et ses propriétés. Ce cahier provient du monde des Shinigamis (Les Dieux de la Mort) et recèle de nombreux pouvoirs, il obéit également à bon nombre de règles que l'on découvre et qu'on apprend au fil des tomes. La présence du monde des Shinigami (et le Death Note également) font que le manga repose sur une base fantastique, mais sans pour autant tomber dans l'excès et en faire un manga complètement irréaliste.

Si bien qu'on se prend vite au jeu et qu'en lisant on ne peut s'empêcher de se demander ce qu'on ferait si jamais un tel carnet existait. L'histoire permet donc d'introduire une réflexion plus profonde sur l'espèce humaine, le bien et le mal...etc. Est-il vraiment possible de vivre dans un monde sans criminels ? Faut-ils tous les tuer ? Tuer des criminels est-ce un crime ?... et bien d'autres questionnements de ce genre auxquels il n'est d'ailleurs pas facile de répondre.

En plus de l'excellent scénario d'Oba, j'ai eu la joie de retrouver Takeshi Obata au dessin. J'aime énormément son style que j'avais découvert dans la série Hikaru no Go (dont je vous parlerai demain en principe lol) et je n'ai donc pas été dépaysé. Son trait colle bien à l'ambiance de Death Note et rend tous les personnages vachement attachants.

Par contre, il faut savoir que c'est un manga qui contient énormément de texte, donc même si les volumes sont semblables (en terme de taille et d'épaisseur) aux autres shonen, ils sont bien plus longs à lire. En plus si vous avez déjà vu l'anime, le manga papier ne vous réservera plus beaucoup de surprises (j'ai donc regretté de les lire après les avoir vus -_-') hormis le treizième tome qui comporte plein d'infos et d'extras sympas.

En bref Death Note a été et est toujours pour moi un énorme coup de coeur et une référence. Un scénario de toute beauté qui nous fait réfléchir, un savant cocktail d'action, d'enquête et de fantastique qui prend vie sous nos yeux grâce au dessin d'Obata. Que du bonheur !!!


Question bonus : Vous utiliseriez le Death Note si vous en aviez la possibilité ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 06:00

Je reste dans le domaine du manga, même si le type de manga va changer. Comme hier, cet article entrera donc dans le cadre du PAL sèches de Mo' et de son Roaarrr Challenge.


pictosingelionpetitpalseches-copie-1

Doraemon est un manga humoristique de Fujiko Fujio (pseudonyme du duo Hiroshi Fujimoto et Motoo Abiko) publié en France par les éditions Kana depuis juin 2007 (la série a été publiée au Japon de 1969 à 1996 et compte 45 volumes au total) et à l'heure actuelle 15 volumes sont parus chez nous (le 16eme sortira le 7 octobre 2011). Doraemon a reçu le (Prix culturel Ozamu Tezuka) Grand prix en 1997. Bien que j'ai lu les 15 volumes, j'ai une fois encore la flemme de mettre toutes les couvertures, donc je n'en mettrai à nouveau que quelques unes.


http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/2/0/2/9782871299202.jpghttp://www.images-chapitre.com/ima1/original/372/19907372_1388639.jpghttp://photos.froggytest.com/d/55026-2/Doraemon+tome+12.jpghttp://ecatalog.dlpdomain.com/docs/albums/7807/9782505007005.jpg


Doraemon est un robot en forme de gros chat bleu, venu du futur pour empêcher le jeune Nobita Nobi de s'endetter sur des générations. Afin d'accomplir sa mission, Doraemon sort un tas de gadgets futuristes de sa poche ventrale pour venir en aide à Nobita, mais bien souvent ce dernier provoque des catastrophes avec...


Mon avis :

Exploit héroïque, pour une fois je n'aurai pas de mise en garde à vous faire quant à de la violence ou autre puisque ce manga s'adresse à tous les publics, y compris les plus petits. Dans cette série on suit les aventures de Nobita, un jeune japonais à lunettes timide, paresseux, peureux et maladroit et de Doraemon son robot venu du futur pour l'aider à ne pas faire trop de catastrophes.

On trouve plusieurs personnages récurrents dans la série Takeshi alias Giant, la brute qui martyrise tous ses camarades (surtout Nobita), Suneo le petit prétentieux qui aime se moquer de tout le monde (surtout de Nobita) et Shizuka la jeune fille dont Nobita est amoureux sans oser lui avouer.

L'action se déroule de nos jours, dans une petite ville (village) japonaise et nous présente le quotidien de Nobita et de ses amis, un quotidien plein de jeux, devoirs, moqueries, sports...etc. Les auteurs abordent tous les thèmes de l'enfance, les inquiètudes, les rêves...etc. de ces jeunes pré-adolescents (le travail scolaire, les relations avec les autres, l'amitié...etc.).

Chaque volume contient plusieurs petites histoires, dans lesquelles Doraemon utilise un ou plusieurs gadgets pour essayer de résoudre les problèmes de Nobita ou l'aider à comprendre des choses de la vie. Les petites histoires sont souvent amusantes et délivrent un petit message ou une morale à la fin (pas toujours).

 

J'aime bien ce format de "comic strip" (je le mets entre guillemets car les histoires font toujours plusieurs pages et non pas quelques cases) qui permet de lire les volumes sans prises de tête, en une ou plusieurs fois selon son envie. Il est même du coup possible de lire les tomes dans n'importe quel ordre (même si du coup on peut ptet passer à côté de quelques personnages secondaires ou autre).

Au niveau du dessin, le trait est plutôt classique et fait un peu penser à du Tezuka (dont je suis pas forcément méga fan ^^') ce qui me laisse à penser que ça ne plaira peut être pas à tout le monde. Mais je trouve que pour ce genre de manga humoristique ça colle plutôt bien et ça rend le tout plus sympa à lire.

J'aime beaucoup Doraemon et ses différents gadgets, certains sont très farfelus, d'autres plutôt bien pensés ou intéressants et c'est toujours un régal de les découvrir et de voir à quelle "catastrophe" ils vont bien pouvoir conduire.

 

Un autre point que j'apprécie énormément dans ce manga, c'est le fait qu'il n'a pas forcément été créé et pensé pour s'exporter (selon moi), tout est typiquement japonais et permet donc d'apprendre énormément de choses sur la culture japonaise, ses traditions...etc. (que ce soit au niveau des fêtes, des spécialités culinaires, jours fériés...etc.) ça permet donc d'apprendre tout en se divertissant.

J'ai pas l'impression que Doraemon soit super populaire et connu en France, la preuve en est le fait qu'il ait été publié par chez nous si longtemps après la fin de la série au Japon. Mais le fait est que Doraemon est un véritable phénomène de société au Japon, donnant lieu à de nombreux produits dérivés, plusieurs séries d'animation et une trentaine de films d'animation (un par un entre 1980 et 2010).

 

Si bien que depuis 2008 Doraemon a été choisi par le ministère des affaires étrangères comme ambassadeur d'anime pour promouvoir la culture japonaise à l'étranger (ce qui n'est pas rien quand même ^^).

En bref, Doraemon est un manga humoristique culte au Japon, je le trouve très divertissant et il a l'avantage de pouvoir être lu à tout âge (des manga pour jeunes et très jeunes en France il y en a pas des tonnes non plus) en plus il permet d'apprendre énormément de choses sur la vie quotidienne des japonais et de leurs enfants.

 

En bref (bis) un très bon manga que je recommande à toutes et à tous, sans distinction d'âge.


Question bonus : Vous auriez aimé avoir un robot du futur pour vous assister pendant votre enfance ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 06:00

Après avoir présenté des Comics et de la franco-belge, l'article du jour sera consacré à un manga et entrera dans le cadre du challenge PAL sèches de Mo'.


palseches-copie-1
Jusqu'à ce que la mort nous sépare est un manga d'Hiroshi Takashige (scénario) et Double S (dessin) publié en France par les éditions Ki-Oon depuis mars 2008. A l'heure actuelle 14 tomes sont sortis (j'ai lu les 13 premiers pour le moment et le 14eme est commandé ^^). Une fois de plus j'ai la flemme de mettre toutes les couvertures donc je vais en mettre seulement  quelques unes.


http://www.manga-news.com/public/images/series/jusqua_mort_01.jpghttp://photos.froggytest.com/d/45246-2/Jusqu+a+ce+que+la+mort+nous+separe+tome+7.jpghttp://www.manga-news.com/public/images/vols/Jusqua-ce-que-la-mort-13-ki-oon.jpg


Haruka Tôyama est une jeune fille possédant le don de voir l'avenir, si bien qu'elle est la proie d'organisations mafieuse ou de groupes industriels qui voudraient exploiter son don pour s'enrichir. Haruka parvient a s'échapper et part à la rencontre de Mamoru, un homme aveugle qu'elle pense capable de la protéger jusqu'à ce que la mort les sépare...

Mon avis :

Jusqu'à ce que la mort nous sépare est un manga que j'affectionne beaucoup et que je suis assidument (enfin autant que possible selon mes finances et mon emploi du temps de lecture ^^') car il y a beaucoup d'action et que le scénario me plait bien.

Les personnages principaux sont très intéressants et le duo Mamoru/Haruka fonctionne très bien même s'ils sont très opposés. Mamoru n'est pas un aveugle ordinaire, c'est un mercenaire maître du sabre embauché par Elements Network, une organisation à la pointe de la technologie qui châtie les criminels.

Le dessin de Double-S est très agréable et "réaliste", les scènes d'action sont bien retranscrites et faciles à suivre, ce qui n'est pas toujours le cas dans les manga de ce genre. J'aime géalement beaucoup les différentes technologies "futuristes" qui sont utilisées par Elements Network pour combattre le crime, il y en a d'ailleurs quelques unes que j'aimerais bien voir en vrai (mais je doute que ça soit le cas un jour lol).

En bref, un manga plein d'action avec un scénario et un dessin bien sympas, des personnages attachants, des technologies intéressantes  et une organisation mystérieuse qui semble faire le bien, un excellent cocktail selon moi.


Question bonus : Vous aimez les katanas ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 18:14

Il y a bien longtemps que je n'étais plus venu poster, mais je me dis qu'il est temps de m'y remettre. L'article du jour sera consacré à un manga que j'ai eu récemment et comptera donc pour mon challenge BD et pour le PAL sèches de Mo'.


palseches-copie-1Challenge BD logo


Vamos lá ! est un manga deYoshimi Osada, la série est terminée au Japon et comporte trois tomes au total. En France c'est Doki Doki qui édite Vamos lá ! depuis avril 2011. A l'heure actuelle seul le premier tome est sorti chez nous (le tome 2 sortira le 8 juin 2011). Pour fêter les 5 ans de l'éditeur, le premier tirage de ce premier tome est vendu à 5€ (ça fait plaisir ^^)


http://yattacast.fr/wp-content/uploads/2011/04/VAMOS-LA-T1.jpghttp://www.animeland.com/files/critiques/19392/vamos-la_2.jpghttp://www.manga-sanctuary.com/couvertures/big/vamos-la-manga-volume-3-japonaise-43501.jpg


Yû est une lycéenne complètement asociale, si bien que la plupart de ses camarades de classe ont peur d'elle. Asami qui est la coqueluche de l'école, va proposer à Yû de rejoindre l'équipe du club de foot en salle du lycée.


Mon avis :

Lors de mon dernier passage chez Momie Mangas à Dijon, la vendeuse m'avait glissé un petit extrait de Vamos lá ! en me disant que ça avait été son coup de coeur du mois (il n'en fallait pas plus pour piquer ma curiosité ^^).

 

Rien qu'aux deux pages d'extrait que j'avais lues, je m'étais dit que ça pourrait me botter car j'adore le foot en salle (ou futsal), je n'ai donc pas mis longtemps avant d'acheter ce premier tome et je ne regrette pas mon achat, j'attends même avec impatience le second tome qui sortira le 8 juin 2011.

On va donc suivre principalement Yû Kamasaki, la lycéenne asociale qui terrorise toute sa classe avec son mauvais caractère. Heureusement pour elle, Asami Kume va essayer de la faire rejoindre l'équipe de foot en salle du lycée, ce qui va permettre petit à petit à Yû de se socialiser et de sortir de sa bulle.

J'aime beaucoup le personnage de Yû et c'est très sympa de suivre son évolution au fil de ce premier tome (malgré tout elle reste quand même assez fidèle à elle-même et ça c'est chouette) et son caractère bien trempé donne lieu à des scènes bien fun.

Ce premier tome servait selon moi à introduire les personnages et l'histoire, mais j'avoue que je suis très curieux de voir comment tout ça va évoluer puisqu'elle ne comptera que trois volumes. Du coup j'ai été un peu "déçu" de voir qu'il n'y avait finalement pas tant de passages de foot en salle que ça dans ce premier volume (juste quelques séances d'entrainement), mais visiblement le tome 2 lui fera la part belle (en tout cas je l'espère ^^). Malgré ça l'histoire est très sympa et les personnages sont attachants.

Par contre j'avoue que je serai bien en peine pour savoir à qui conseiller ce manga. Visiblement c'est considéré comme un seinen mais pour ma part hormis le fait que les protagonistes soient au lycée, j'ai pas trouvé ça spécialement dur à lire, violent ou autre.

 

Le fait que l'on suive principalement des héroïnes, laisse à penser que ce serait plutôt destiné à un public féminin, mais en général le foot à tendance à plus attirer les garçons.

 

Donc en gros la série peut s'adresser à tout le monde et à personne lol (ou aux gens comme moi qui lisent de tous les types de manga ^^), je la conseille donc à toutes celles et tous ceux que mon billet aura tenté ^^

En bref, une série qui semble prometteuse et sympathique, pas trop longue (trois tomes au total ça change des méga shonen en 30-60 tomes lol) amusante et qui a le mérite de sortir de l'ordinaire (on voit pas beaucoup de filles jouer au foot dans Captain Tsubasa par exemple xD). J'ai passé un excellent moment avec ce premier tome de Vamos là ! et c'est sur que je m'achèterai les deux prochains lors de leur sortie.


Question bonus : Vous avez déjà pratiqué le foot en salle ? Si oui vous avez aimé ou pas ? Et si non, ça vous tente ou pas ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 19:05

On ne change pas les bonnes vieilles habitudes, du coup voici une autre des BD que j'ai reçues en récompense du Loto BD de Mo' (ça se rapproche de la fin ^^). L'article compte donc pour le PAL sèches de Mo' et mon challenge BD.


palseches-copie-1Challenge BD logo


Niumao est un manhua en couleur réalisé par le studio Ji An et publié en france par l'éditeur Xiao Pan depuis novembre 2006. La série compte trois tomes à l'heure actuelle (j'ai seulement lu le premier), lesquels sont publiés au format franco-belge (grands albums cartonnés).


http://www.images-chapitre.com/ima0/original/038/1641038_3441593.jpghttp://idata.over-blog.com/0/48/54/80/Festival-bagneres-2009/Ji-an-Niumao2.jpghttp://www.marchedulivre.qc.ca/images/9782940380589.jpg


Niumao (niu signifie vache et mao signifie chat en cinois) est un chat gras et polisson, mais c'est également un héros. Raison pour laquelle il a laissé sa maîtresse (Zuo Daodao) raconter et dessiner sa biographie.

Mon avis :

Tout d'abord un grand merci à Tortoise qui a choisi de me faire découvrir cette BD que j'ai bien appréciée. C'était très original comme choix, dans la mesure où le vécu est celui d'un chat (mais pour moi ça colle tout à fait avec le thème ^^).

On suit donc au fil des tomes le quotidien de Niumao, ce gros chat polisson au pelage noir et blanc (d'où son nom de chat vache lol), dont l'idole n'est autre que le célèbre Garfield. Contrairement à ce dernier, ici on n'a pas affaire à des strips qui racontent des petites anecdotes mais à une histoire (celle de Niumao) découpée en différents chapitres.

L'album est très coloré, plein de vie et l'humour est omniprésent. Mais je pense que ça parlera beaucoup plus aux gens qui aiment les chats ou qui en possèdent un (ou en ont possédé). Le gros Niumao est très attendrissant et j'ai donc pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce premier tome qui m'a bien diverti. C'est une lecture sans prise de tête, le tout se lit très facilement et rapidement.

 

J'ai également trouvé sympathique les petits bonus en fin de tome, qui présentent le vrai Niumao et sa maîtresse, ça permet d'imaginer encore mieux le chat en train de faire ses bêtises ^^

 

En bref un album sympathique et coloré qui m'a fait passer un bon moment et m'a bien diverti. Donc un grand merci à Tortoise pour cette découverte, pleine de fraîcheur ainsi que pour la jolie carte qui accompagnait l'album.


Question bonus : vous êtes plutôt chats ou chiens (voire les deux lol) ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 19:20

Mon article du jour comptera pour 3 challenges à savoir les BD du mercredi de Mango, PAL sèches de Mo' et mon challenge BD. Ce sera également le premier billet pour présenter les BD que j'ai eu la chance de gagner dans le loto BD vécu de Mo'. Ce billet compte également pour le Roaarrr Challenge de Mo' (Mo' powaaa dans ce billet ^^)


BD2 logo des BD du mercredi de Mangojpg (1)palseches-copie-1Challenge BD logo pictosingelionpetit


Journal d'une disparition est un manga d'Hideo Azuma publié par Kana dans la collection Made In en 2007, le volume comporte 194 pages, plus 4 pages d'entretien entre l'auteur et Tori Miki. Il comprend également un bonus secret (du coup je sais pas si j'ai le droit de le révéler ou pas lol). Ce manga a reçu le Grand Prix du Prix Culturel Osamu Tezuka  en 2006.


http://ecatalog.dlpdomain.com/docs/albums/3772/9782505000303.jpg
Hideo Azuma est un mangaka très connu, qui a fait des oeuvres dans des genres divers et variés. Un jour en 1989, il quitte tout ce qu'il a et disparaît dans la nature...

Mon avis :

Tout d'abord, je tiens à adresser un imense merci à Loula qui m'a envoyé ce manga dans le cadre du Loto BD de Mo' (même si j'étais à des lieues d'imaginer qu'il venait d'elle lol) car ça a vraiment été une superbe découverte. Déjà, je dois bien avouer qu'avant d'avoir lu ce manga, je n'avais jamais entendu parler d'Hideo Azuma, mais il semblerait qu'il ait écrit beaucoup de manga et dans des registres divers et variés (comique, SF, érotique...etc.), une chose est sûre, ça m'a donné envie de découvrir ses autres oeuvres .

Hideo Azuma ayant eu trop de contraintes à respecter, a décidé un beau jour de tout plaquer et partir en vagabondage loin de tout. Il nous raconte donc dans ce manga, toutes ces heures noires de son existence, mais il le fait avec beaucoup d'humour et d'autodérision si bien que le manga ne sombre jamais dans le pathos ou le dramatique. En plus son dessin tout en rondeurs accompagne très agréablement le récit et passe beaucoup mieux que si son trait avait été plus réaliste (selon moi).

C'est vrai que son comportement est des plus irresponsable (plaquer famille et boulot du jour au lendemain c'est moyen quand même), mais malgré tout je dois avouer que j'ai été assez épaté. Il a pris de gros risques en partant "à l'aventure" sans rien et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il a eu de la chance de ne pas y rester vu la vie qu'il a menée.

Le récit se découpe en plusieurs parties qui racontent chacune un morceau de sa vie et les différents déboires qu'il a connu au cours de ses errances. Visiblement un second volume intitulé Journal d'une dépression est paru chez Kana dans la même collection (marci à Lelf pour l'info ^^).

En bref, un manga qui donne à réfléchir et qui est très agréable à lire en dépit de son sujet qui lui est plutôt grave. Heureusement que Loula me l'a fait découvrir, car ça aurait été très dommage de passer à côté. Je vous recommande donc ce journal d'une disparition car Azuma a réussi avec brio l'exercice périlleux de raconter les moments les plus sombres de sa vie.


Question bonus : vous pourriez tout abandonner pour aller vivre dans la nature ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article

Présentation

  • : Mr. Zombi's place
  • Mr. Zombi's place
  • : Un blog pour parler de tout ce qui me botte : lecture, jeux vidéos, gadgets, films...etc.
  • Contact

Visiteurs

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog.

  visiteurs ont parcouru ce blog.