Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 11:26

Il y a un bail que je n'avais pas posté d'articles sur les jeux vidéos (faut dire qu'avant la reprise BD, ça faisait un moment que j'avais pas posté tout court ), pourtant j'y joue toujours et même plus ces derniers temps qu'avant, notamment au jeu que je vais vous présenter de suite ^^


Splatoon est un jeu de tir à la troisième personne (on voit son personnage de dos) sur la Wii U développé par Nintendo EAD Group n°2  et édité par Nintendo depuis le 29 mai 2015 en France.

Le jeu a été commercialisé seul (environ 35€) mais également avec différents package tels que :
-Wii U noire 32Go + le jeu (édition limitée pour 300€ en gros)
-Le jeu + l'Amiibo Squid (environ 70€)
A noter qu'il existe 3 Amiibo pour le jeu (le garçon, la fille et Squid (collector)) et également un pack qui regroupe les 3. Ces derniers permettent de débloquer des missions spécifiques, lesquelles font gagner des équipements inédits...etc.




Dans ce jeu d'action et de tir à la 3ème personne, les joueurs incarnent des Inklings, des humains qui ont la faculté de se changer en calamars et dont l'objectif est de recouvrir le sol et les objets de peinture de leur couleur.


Le principe du jeu et le gameplay :
Tout au long du jeu, vous allez alterner deux types de gameplay qui sont complémentaires et se jouent tous à l'aide du wii u gamepad (éventuellement d'une manette wii u pro ou une manette wii classique si vous jouez à deux joueurs en local).

Il y a tout d'abord votre forme humaine, qui vous permet de marcher et sauter, tout en aspergeant les niveaux à l'aide de vos armes lance-peinture. Il existe trois types d'armes : l'arme principale (différents types de pistolets à peinture), l'arme secondaire (différents projectiles à peinture, tels que des bombes à peinture) et l'arme spéciale (disponible après avoir aspergé une certaine quantité de peinture, on y trouve des objets dévastateurs allant de l'armure de protection à la tornade de peinture)

Il y a également votre forme calamar, laquelle vous permet de vous immerger dans la peinture de votre couleur. Se faisant, vous rechargerez le niveau de votre flingue à peinture (eh oui, on a pas la peinture illimitée) et vous vous déplacerez bien plus vite que dans votre forme humaine. Vous pourrez également monter au sommet de pentes très raides (inaccessibles aux humains) si elles sont recouvertes de peinture.

Quelle que soit votre forme, marcher dans la peinture de la couleur adverse vous occasionne des dégâts pouvant entraîner votre mort. Néanmoins que vous soyez en train de joueur en ligne ou hors ligne, dans tous les cas vous réapparaîtrez quelques instants plus tard au dernier checkpoint du niveau (en mode solo) ou au point de départ de votre base (en mode multi).

Splatoon se divise en deux catégories (comme le monde) avec les modes de jeux en ligne, qui représentent la partie "principale" du jeu et les modes de jeux hors ligne ( campagne solo ou duels à deux joueurs).




Modes online :

ATTENTION : pour pouvoir participer aux matchs en ligne, vous aurez besoin d'un identifiant Nintendo Network et une connexion internet haut débit. Si ce n'est pas le cas, vous ne pourrez pas profiter de ces modes de jeux, qui représentent une partie non négligeable de Splatoon.

Si vous disposez des deux, alors vous avez accès au mode online, pour cela il vous suffit de vous rendre à la tour Chromapolis puis de choisir le type de matchs que vous voulez faire (le mode pro n'est jouable qu'une fois le niveau 10 atteint). A chaque partie vous changerez de couleur d'équipe parmi les 6 possibles : turquoise, vert citron, violet, rose, bleu et orange.



Histoire de tuer le temps en attendant d'être 8 joueurs parés à arroser, vous pouvez jouer au mini jeu squid jump sur le wii u gamepad. Un mini jeu old school qui consiste à faire sauter un petit calamar de plate-forme en plate-forme pour atteindre le haut du niveau. Ce qui est cool c'est que votre progression est sauvée dès que la partie multijoueur se lance !!

Les maps sont choisies alétaoirement et changent toutes les 4 heures, il y a deux maps pour le mode classique et deux autres maps pour le mode pro. Ces dernières sont annoncées lorsque vous commencez à jouer ou lorsqu'elles changent, sous la forme d'une petite émission de TV, présentée par Ayo et Oly.

Matchs classiques :
Dans le mode en ligne, on se retrouve à affronter des joueurs du monde entier, dans des guerres de territoires par équipe de 4 joueurs. Le but du jeu est plutôt simple, puisqu'il faut parvenir à avoir recouvert un maximum de territoire avec la peinture de notre couleur.

A l'issue des 3 minutes que dure la partie, l'équipe qui a coloré la plus grande zone est déclarée gagnante. Tous les joueurs (gagnants comme perdants) reçoivent de l'xp et de l'argent en fonction de leurs prouesses au cours de la partie (zones de peintures recouvertes, ennemis éliminés...etc.).

Cette expérience va permettre de faire gagner des niveaux à votre personnage (le niveau max sera monté à 50 contre 20 précédemment, le 06 août lors d'une
grosse mise à jour du jeu), ce qui lui donnera accès à de nouveaux équipements...etc.

Car oui, au départ votre perso n'est pas reconnu tant qu'il n'a pas atteint le niveau 4 (il manque de classe). A partir de là, vous aurez accès aux différentes boutiques du jeu, lesquelles vous permettront d'acheter des accessoires pour personnaliser votre perso : nouvelles armes, chapeaux, chaussures, vêtements.

Bien évidemment tous ces objets, outre de rendre votre perso "unique" confèrent différents bonus lors des matchs en ligne (recharger son encre plus vite, faire plus de dégâts, aller plus vite...etc.).




Matchs pro :
Je suis désolé, comme j'ai commencé à jouer seulement avant-hier soir en ligne, je n'ai pas encore le niveau requis pour pouvoir participer à ce type de matchs (il faut être level 10 pour ça et je suis seulement level 6). Néanmoins d'après les infos que j'ai pu glaner, il semblerait qu'il y ait à l'heure actuelle deux types de jeu en mode pro : le contrôle de zone et l'expédition risquée

Le contrôle de zone :
Au départ, chaque équipe a un compteur qui est à 100, dès qu'une zone neutre de la map est recouverte à 80% d'une couleur de peinture, elle se colore entièrement de cette couleur. Le compteur de l'équipe se met alors à baisser. Si une zone déjà colorée par une équipe est recouverte à 50% par la couleur adverse, la zone redevient neutre et n'est plus possédée par aucune équipe jusqu'à ce qu'elle soit à nouveau capturée.

Le but du jeu est de parvenir à être le premier à avoir son compteur à 0 ou alors d'avoir le compteur le plus bas à l'issue des 5 minutes que dure la partie.

L'expédition risquée :

Le but du jeu est de parvenir à amener une tour, située au centre de la map, à l'intérieur du camp adverse. Si vous ou un membre de votre équipe vous trouvez sur la plateforme de la tour, cette dernière se déplace en direction du camp adverse, via un rail qui relie les deux bases.

Si la personne présente sur la tour meurt ou la quitte, elle n'avance plus jusqu'à ce que quelqu'un d'autre s'y installe. Si des joueurs de deux équipes différentes sont sur la plateforme, elle avancera vers la base adverse du premier joueur qui est monté dessus (en gros premier arrivé, premier servi).

La partie s'achève lorsqu'une équipe a réussi à emmener la tour dans la base adverse ou si la tour se trouve dans le camp adverse à l'issue du temps de la partie.

Modes hors ligne :
Il existe deux modes de jeu différent lorsque vous jouez en hors ligne : le mode héros (solo) ou le dojo (2 joueurs).

Mode héros/solo :
Ce mode de jeu permet d'appréhender le fonctionnement de Splatoon, on peut y jouer en se rendant dans la bouche d'égout située à proximité de la tour Chromapolis. Dans ce mode de jeu on est guidé par l'Amiral Macalamar qui pense qu'il se trame quelque chose du côté des Octariens.

Notre mission est donc d'aller explorer l'Octavallée, pour ça il faut fouiller différentes zones et arroser d'encre les entrées cachées des différents stages de jeux. Chaque zone comprend plusieurs niveaux, une fois que vous avez terminé tous les niveaux, vous débloquez l'accès à un boss.

A la fin de chaque niveau, vous délivrez un poisson-charge (kidnappé par les octariens) qui alimente la ville en électricité. Chaque stage de jeu met l'accent sur un type d'ennemi particulier ou sur certaines façons de jouer. Cela vous permet de vous familiariser avec l'environnement et les stratégies du jeu en douceur.

Tout au long des niveaux, vous pourrez récolter des oeufs de poisson qui vous serviront à booster la panoplie que vous possédez en mode solo. Il y a également un parchemin caché dans chaque niveau, ces derniers vous permettront d'en apprendre plus sur les octariens et les inklings. Les parchemins de boss vous débloqueront l'accès à de nouvelles armes dans la boutique de Cartouche (pour le mode online).

Mode Dojo/1VS1 :
Situé à l'étage de la ville de Chromapolis, le dojo permet à deux joueurs de s'affronter en local, dans une bataille de ballons. Ici les équipements sont prédéfinis et il n'y a pas de bonus apportés en plus, il y a tout de même un vaste choix d'armes.




Les parties durent 5 minutes et les joueurs doivent éclater grâce à leur encre un maximum de ballons. Le premier joueur joue avec le wii u gamepad et regarde son écran, tandis que le joueur 2 regarde la TV et joue à l'aide d'une manette classique ou wii u pro.

Chaque ballon crevé rapporte 1 point ou 2 points lors de la dernière minute de jeu. Si un joueur atteint 30 points, il remporte la partie automatiquement. 20 secondes avant l'apparition des ballons, vous pouvez voir une colonne qui permet de repérer la prochaine zone où ils se trouveront.

Les groupes de 7 ballons restent présents sur le terrain pendant 30 secondes avant de disparaître (sauf si vous les avez tous détruits). Vous pouvez bien évidemment tuer votre adversaire, ce qui lui fera perdre la moitié de ses points (s'il en a 10 ou moins) ou il perdra 5 points s'il a plus de 10 points.

Des caisses présentes sur la map contiennent des boîtes de conserves qui vous donneront un bonus à effet immédiat.

Les commandes du jeu :
Avec le wii u gamepad :
-Le stick analogique gauche sert à se déplacer
-Le stick analogique droit sert à changer l'angle de la caméra (il est également possible d'utiliser le gyroscope pour monter et descendre la caméra).
Vous pouvez maintenir le stick droit pour activer votre pouvoir spécial lorsque celui-ci est disponible
-Le bouton y sert à réinitialiser la caméra (la placer derrière notre perso)
-Le bouton x sert à sauter
-Maintenir le bouton Zl permet de se changer en calamar
-Maintenir le bouton Zr permet de tirer avec son arme principale
-Le bouton R permet d'utiliser son arme secondaire quand notre niveau d'encre le permet
-la croix permet de changer l'arme secondaire en mode solo ou alors de demander de l'aide ou féliciter un compagnon en mode online.


Avec une manette classique ou wii u pro (uniquement pour le joueur n°2 quand vous jouez à 2 joueurs en local) :
-Le stick analogique gauche sert à se déplacer
-Le stick analogique droit sert à changer l'angle de la caméra
Vous pouvez maintenir le stick droit pour activer votre pouvoir spécial lorsque celui-ci est disponible
-Le bouton y sert à réinitialiser la caméra (la placer derrière notre perso)
-Le bouton b sert à sauter
-Maintenir le bouton Zl permet de se changer en calamar
-Maintenir le bouton Zr permet de tirer avec son arme principale
-Le bouton R permet d'utiliser son arme secondaire quand notre niveau d'encre le permet


Mon avis :
Splatoon me faisait de l'oeil depuis un moment et j'ai finalement craqué et franchi le cap en l'achetant, il y a quelques jours. Je dois bien avouer que je ne suis pas du tout déçu par ce jeu de tir super sympa et coloré !!

Le concept de ce jeu de paintball à base de calamars extraterrestres, de gros flingues à peinture bien loufoques (par exemple un rouleau à peinture géant), est novateur et très rafraîchissant. C'est un vrai régal d'asperger de peinture tout le décor, enfin ce qui est aspergeable évidemment, ainsi que ses adversaires.


Si bien qu'en dépit du fait que nous soyons ici en présence d'un jeu de tir, la violence inhérente à ce type de jeu est minimisée grâce à cet univers coloré où l'on s'asperge joyeusement à coup de peinture. Donc oui on peut se débarasser de ses adversaires ou se faire éliminer, mais on repart quelques secondes plus tard du point de départ.

Cela reste donc plutôt choupimignon et devrait permettre à un plus grand nombre de joueurs de tous âges d'y jouer (enfin il vaut quand même ptet mieux attendre 7-10 ans (selon les enfants) parce que ça reste du tir).


L'univers du jeu est bien fun et barré, l'esthétique est vraiment plaisante avec ce côté un peu "manga" super coloré, les reflets et les jeux de lumière sur la peinture sont très réussis. Le bestiaire en mode solo est plutôt sympa, avec des ennemis aux propriétés spécifiques et les infos sur l'univers du jeu sont très intéressantes (encore faut-il les débloquer à l'aide des parchemins ;) ).

En revanche le gros du jeu est quand même centré sur le mode multijoueur en ligne (il y a quand même de quoi faire en solo ou à deux joueurs, mais c'est pas la majeure partie du jeu), donc si ce n'est pas trop votre came, vous risquez sans doute d'être déçus.

Pour les autres ça devrait être que du bonheur, car les modes de jeux sont assez variés (ils le seront encore plus après la mise à jour d'août) et qu'on a plaisir à mettre la pâtée (ou se faire dérouiller également) à des gens inconnus. Le système de jeu fait qu'on est pas trop frustré en cas de défaite et qu'on a toujours envie de remettre le couvert.

Le matchmaking regroupe en principe les joueurs par niveau pour éviter les grosses disparités, néanmoins selon les heures de jeu vous pourrez vous retrouver contre des joueurs bien meilleurs que vous. Honnêtement ça ne pose pas trop de problèmes, car même s'ils disposent d'un meilleur équipement, il arrive qu'avec de bons partenaires et un poil de stratégie on puisse battre des joueurs coriaces.

En plus comme on gagne de l'expérience après chaque match, tout le monde peut avoir un gros niveau en cumulant les parties, mais ça ne prouve pas pour autant que le joueur en face est super balèze. Donc dans l'ensemble les matchs sont plutôt bien équilibrés et l'issue incertaine jusqu'au bout.

Ce qui est cool également c'est que le jeu évolue via des mises à jour qui semblent être prévues à intervalles assez réguliers au moins pendant quelques temps, rajoutant des maps, des modes de jeux, des accessoires...etc. c'est donc plutôt vachement bien de le voir évoluer au fur et à mesure. Ma seule crainte c'est de voir apparaître à plus ou moins long terme des dlc payants (comme on en a eu sur Mariokart 8 par exemple) et ça par contre ce serait naze.

Néanmoins je vais quand même faire un ou deux reproches, le premier n'est pas spécifique à Splatoon mais à la quasi totalité des jeux vidéos depuis quelques générations : l'absence de manuel digne de ce nom !! Ici outre l'habituel gos volume sur les risques encourus en jouant, on a juste un feuillet traduit en une dizaine de langue qui dit grosso merdo : si tu veux lire le manuel, ben tu dois le lire en ligne sur ta console...

Mais merdeuh, moi je veux pouvoir me plonger dans l'univers du jeu grâce à un petit manuel (avec les commandes, l'histoire du jeu et ce genre de trucs), sitôt sorti du magasin et en attendant de rentrer chez moi et de pouvoir y jouer.

Quand on a connu l'époque glorieuse des 80-90 (nes et snes par exemple) avec du vrai bon manuel plein de tips et d'astuces ou de petits dessins des persos...etc. (voire même pour certains rpg le manuel de solution vendu avec le jeu et fourmillant de magnifiques artworks) ben ça fait chier de payer le jeu la peau des rouleaux (certains jeux neufs sont à 70 boules quand même) pour ne même pas avoir un livret décent à l'intérieur...

Mon autre petite déception c'est que le jeu soit surtout axé multijoueur en ligne et ne permette pas de jouer à plus de 2 dans la même pièce. Alors qu'il aurait sans doute pu être envisageable de jouer jusqu'à 5 (1 sur le wii u gamepad) et les 4 autres en écran splitté sur la TV (ou au moins 4 comme dans Mariokart 8). Du coup forcément on y perd un peu en convivialité "sur place".

Pour pouvoir jouer en famille ou entre potes, faudra soit faire vachement tourner les manettes (genre mini tournoi) ou alors que tout le monde ait sa propre wii u, son jeu Splatoon et qu'on joue chacun chez soi, mais en étant ensemble dans la partie. De plus vous n'aurez accès qu'au mode de jeu présent dans le dojo à savoir l'éclate de ballons.

Dans le même ordre d'idées c'est dommage qu'on ne puisse pas être plusieurs en local à aller jouer en mode online, histoire de se friter contre le reste du monde mais à plusieurs joueurs en même temps.

Là pour le online, si vous êtes en famille ou entre amis, ben ce sera chacun votre tour en passant le wii u gamepad, donc forcément ça fait un peu baisser l'ambiance dans la pièce. Bon après il reste toujours la possibilité de vanner celui qui joue, mais c'est quand même moins marrant que de se foutre de lui quand tu viens de réussir toi-même à le buter en traître (en tout cas c'est mon opinion hein ^^').

Il n'est visiblement pas non plus possible de communiquer vocalement avec les autres joueurs en cours de partie (ça limite un peu la stratégie pour le coup).Après c'était déjà le cas sur MK8 (pouvoir se parler 10 secondes lors du choix des courses, via le gamepad, c'est pas vraiment du chat vocal lol) donc bon, guère étonnant à ce niveau que Big N ne veuille pas courir le risque des dérives inhérentes au chat en jeu.

Donc même si Splatoon a la plupart des ingrédients pour devenir le Mariokart du jeu de tir (personnages attachants, univers très fun, déjanté et coloré, beaucoup de maps, accessoires...etc.), il reste quand même en dessous au niveau du multi local puisque ce dernier n'est jouable qu'à 2 sur Splatoon et ça c'est bien dommage.

Quoi qu'il en soit, j'ai hâte d'être au 6 août pour la grosse mise à jour qui devrait permettre de booster encore plus l'intérêt du jeu et d'améliorer le jeu entre amis en ligne (si vous voulez jouer avec moi d'ailleurs c'est MisterZombi mon pseudo nintendo network) puisqu'on pourra vachement plus configurer les parties.

En bref, vous l'aurez compris, grâce à son esthétique colorée et loufoque, son pitch frais et novateur, Splatoon est l'un de mes coups de coeur vidéoludique du moment. Je ne me lasse pas de jouer en ligne et de me prendre des pilées contre des inconnus du monde entier, de booster mes équipements et personnaliser mon perso.

Même en l'état il y a de quoi faire niveau modes de jeu, maps, équipements...etc. mais ça va s'étoffer encore plus par la suite via quelques mises à jour et ça c'est toujours chouette.

Après je regrette quand même l'impossibilité de pouvoir jouer à 4 ou 5 dans la même pièce et que le mode multi en local ne soit pas plus poussé. Ainsi que l'absence d'un livret digne de ce nom, mais bon, ça je pense qu'il faut que je me fasse une raison et que j'arrête d'espérer de ce côté là...

En bref bis, si vous êtes fans de jeux de tir, de paintball, d'univers déjantés et de multi online alors foncez vous procurer Splatoon, vous ne serez pas déçus !!

Question bonus : Vous possédez déjà Splatoon ? Il vous fait envie ?

Question bonus bis : Vous avez déjà fait du paintball en vrai ?

Partager cet article

Published by Mr. Zombi - dans Jeux vidéos
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 10:22

L'article du jour devrait plaire aux fans de cinéma, de films de série B, de noir & blanc et de zombis, puisqu'il est consacré à Fuite mortelle, le premier tome de la série Apocalypse sur Carson City réalisée par Guillaume Griffon. Cet album est dispo chez Akiléos, depuis février 2010 pour 15€50 et compte 96 pages.

Carson City est un petit bled paumé des Etats-Unis, comme il en existe tant, mais dont la quiétude va être troublé par l'arrivée des frères Blackwood. A quelques jours d'Halloween, ces deux frères recherchés pour une série de braquages, débarquent en ville, mais ils ne seront pas les seuls, puisqu'une armée de morts vivants mangeurs de cerveaux sera également de la fête...

Mon avis :
Je ne vais pas y aller par quatre chemins et je vais donc tout de suite annoncer la couleur en vous prévenant qu'on a affaire à du super lourd avec la série Apocalypse sur Carson City, qui selon moi est à lire absolument (pour peu que vous n'ayez rien contre les zombis, le gore et le noir et blanc) !!

Dès ce premier tome, Jérome Griffon annonce la couleur en nous livrant un album bourré de références et de clins d'oeil à des oeuvres cultes du cinéma de genre. D'ailleurs Fuite mortelle se lit comme on regarde un film et se dévore en un rien de temps. Sitôt ce premier volume refermé, on a qu'une seule hâte c'est de pouvoir se jeter sur la suite, pour continuer à suivre cette histoire palpitante.

Du début jusqu'à la fin, tout est fait pour nous donner l'impression de lire un film, le découpage cinématographique des cases, les introductions de personnages principaux (cf l'image suivante) où l'on a même droit à leur espérance de vie. Il y a énormément d'action au cours de ce premier tome, lequel sert surtout à planter le décor et où les zombis ne seront pas forcément légion.





Néanmoins on a quand même notre compte de fusillades, courses-poursuites et autre joyeusetés du genre qui émaillent génralement ce genre de films ou de récits.

Le trait de Guillaume Griffon et tout le boulot d'encrage qu'il a fait est juste énorme et colle une bonne baffe graphique, la qualité est au rendez-vous tout du long et on a aucun mal à identifier les différents persos au premier coup d'oeil.

D'autant plus qu'on retrouve tous les archétypes du genre : la serveuse sexy, le cuistot/proprio d'un diners gras du bide, le jeune adjoint du shérif qui a la gâchette qui le démange, le gradé militaire qui botte des culs...etc. j'en passe et des meilleurs.

Côté scénario et histoire on retrouve du déjà-vu au niveau de l'arrivée de l'invasion de zombis et des personnages principaux puisque tous les codes du genre sont repris ici, comme autant de clins d'oeil à des oeuvres cultes.

Néanmoins ce n'est pas une simple ressucée de tout ce qu'on a vu et un enchaînement de références, Guillaume Griffon tisse tout de même sa propre intrigue au fil des pages et autant vous dire qu'elle vaut le coup d'être lue et même relue (et rerelue...etc. comme tout bon film de genre

En bref, je pense que vous l'aurez compris mais Apocalypse sur Carson City est un incontournable du genre zombiesque, à dévorer absolument. Les dessins sont magnifiques, la narration est impeccable, bourrée de références cultes, d'action, d'humour et l'ensemble se lit comme on regarde un film de série B.

En bref bis, un superbe mix entre 7ème et 9ème art à découvrir (ou redécouvrir) de toute urgence. A l'instar de tout bon film culte qu'on ne se lasse pas de voir et revoir, moi je ne me lasse pas de lire et relire (et bien plus même) Apocalypse sur Carson City. Notamment pour essayer d'y retrouver des éléments cachés qui auraient pu m'échapper lors de mes lectures précédentes et également tout simplement par pur plaisir !!


Question bonus : Quel est votre film de zombi préféré ?

P.S : Cet article est dédié à Yann, puisqu'en me demandant si j'avais déjà lu la série, il m'a permis de voir que je n'en avais pas parlé par ici. L'erreur est donc réparée dorénavant ;)

 

Partager cet article

Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 10:57

L'article du jour devrait plaire aux fans de macabre puisqu'il est consacré à Murderabilia, un one shot signé par Alvaro Ortiz (scénario, dessins et couleurs). Cet album de petit format (17x24 cm) est dispo chez Rackham, depuis mai 2015 pour 21€ et compte 120 pages.

Avant de vous présenter l'histoire, je vais d'abord commencer par une petite définition : « Les murderabilia, mot-valise forgé à partir des termes latin memorabilia (« souvenirs ») et anglais murder (« meurtre »), désignent des objets liés à des meurtriers, notamment les tueurs en série et les tueurs de masse, marchandisés principalement sur des sites internet dédiés à ce type de commerce. Ce terme est inventé par Andy Kahan, directeur du bureau du maire pour les victimes d'actes criminels à Houston, qui se bat contre le commerce des murderabilia »

Le jeune Malmo Rodriguez a abandonné ses études et vit sans emploi chez ses parents. Il rêve de devenir écrivain, mais n'écrit pas beaucoup et passe le plus clair de son temps à glander chez eux.

Mais sa vie va changer suite au décès de son oncle lorsque Malmo va récupérer les deux chats noirs qu'il possèdait de son vivant...

Mon avis :
J'ai été assez intrigué par la couverture de l'album où l'on voit deux chats noirs qui semblent patauger dans une bouillie sanguinolente, trois petits personnages dans des portraits (que l'on devine être les protagonistes de l'histoire) et ce titre étrange qui laisse à penser qu'il y a du meurtre dans l'air.

Je n'attendais donc rien de spécial de cet album, mais il m'a bien soctché et j'ai été happé dans l'histoire du début à la fin. Le récit se compose de différents registres tous très bien exploités pour servir la narration. On trouve même quelques petites pointes d'humour de-ci de-là pour alléger l'ensemble.

Murderabilia peut donc être vu comme une tranche de vie, on pourrait d'ailleurs limite croire que c'est une histoire vraie, tant tout est habilement mené et s'appuie sur des éléments réels (tout ce qui touche aux murderabilia notamment, on apprend donc énormément de choses à ce sujet).

Il y a néanmoins en parallèle de cette chronique de vie, une petite intrigue polar/thriller qui est très prenante et nous donne envie de continuer à lire l'histoire pour voir comment tout ça va se terminer (la fin est vraiment cool) pour le jeune Malmo et son entourage.

Attention néanmoins pour les plus sensibles, car bien que le trait d'Alvaro Ortiz soit plutôt chaleureux et coloré, l'histoire est parfois un peu macabre, noire et contient également un peu de sexe. Donc à ne pas mettre entre les mains des plus jeunes ou des plus sensibles.

C'est une BD plutôt bavarde dans la mesure où il y a pas mal de texte sur la majeure partie des cases. Mais rassurez-vous, il n'y a pas de superflu et tout s'imbrique à merveille pour raconter une histoire haletante et prenante, où l'on apprend énormément de choses, au passage, sur le sujet des murderabilia.

En bref, un excellent moment de lecture pour ma part, que je recommande vivement aux plus curieux d'entre vous. Un habile mélange de genres, une histoire très prenante, le tout servi par un dessin chaleureux et coloré. En somme que du très bon dans ce Murderabilia qui devrait en marquer plus d'un (pour moi en tout cas ça a été une excellente surprise).

Question bonus : Vous connaissiez les murderabilia ?

Question bonus bis : Quelles sont la/les collection(s) que vous faites ?

Murderabilia (Alvaro Ortiz)

Partager cet article

Published by Mr. Zombi
commenter cet article
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 16:04

L'article du jour ne devrait pas manquer de saveur puisqu'il est consacré à Goût décès, le premier tome de la série de comics Tony Chu détective cannibale signée par John Layman (scénario) et Rob Guillory (dessins et couleurs). Ce premier volume qui regroupe les 5 premières issues américaines (Chew #1 à #5) est dispo chez Delcourt, dans la collection Contrebande, depuis septembre 2010 pour 15€50 et compte 128 pages.

Tony Chu est un inspecteur de police qui possède le don particulier d'être cibopathe. C'est à dire qu'il a la faculté de ressentir l'origine, l'histoire et les émotions de tout ce qu'il mange... 

Mon avis :
Tony Chu est une série qui démarre sur les chapeaux de roue et possède une idée de base franchement bien pensée et originale. En effet, quoi de plus novateur qu'un inspecteur capable de tout savoir sur les victimes ou les tueurs, simplement en les mâchouillant ?!

Bon forcément c'est pas toujours supra ragoûtant quand l'ami Tony doit se retrouver à cannibaliser des corps qui ont un peu de bouteille, raison pour laquelle les ames sensibles feraient mieux de s'abstenir et de ne pas dévorer cette série.

Pour les autres foncez, car c'est un vrai petit bijou, plein d'humour ( un poil noir généralement), d'action et qui fait souffler un vent de fraîcheur sur le style policier/paranormal.

On fait connaissance avec les protagonistes au cours de ce premier volume et on s'attache vite à cette galerie de personnages loufoques, déjantés et hauts en couleurs (cibopathes et saboscriveurs font bon ménage ^^).

Le monde dans lequel ils évoluent et que l'on découvre également est aussi très intéressant, puisque suite à la grippe aviaire (ça doit vous rappeler quelque chose normalement) le gouvernement a rendu la consommation de poulet illégale !!

Voici donc les States plongés dans une nouvelle prohibition où le R.A.S (Répression des Aliments & Stupéfiants) a fort à faire pour traquer et arrêter les trafiquants de poulet.

Rob Guillory a un style graphique très agréable à la fois coloré et sombre qui colle plutôt bien à l'ambiance de cette prohibition de poulet. Son trait est dynamique et les scènes d'action sont très bien rendues.

Par contre je le redis, mais les plus sensibles devraient s'abstenir car il y a quelques passages plutôt sanguinolents, mais qui sont d'excellente facture (quand on a rien contre le sang, la tripaille et les fluides corporels en tout genre (le vomi par exemple)).

En bref, bienvenue dans un monde complètement déjanté  où l'on trouve des cibopathes, des saboscriveurs (personne dont les écrits permettent aux gens qui les lisent d'avoir l'impression de manger ce qui est décrit) et bien évidemment des tueurs et des criminels de tout poil...

L'action est menée tambour battant et on ne s'ennuie pas une seule seconde au cours de ce premier tome qui laisse présager du très bon pour la suite. Les dessins sont très savoureux et dynamiques, mais bien évidemment à ne pas mettre entre les mains des plus jeunes ou des plus sensibles. Pour les autres, ça devrait être un régal à regarder.

En bref bis : un premier tome très alléchant, qui m'a mis l'eau à la bouche et me donne envie de me plonger dans la suite.

Question bonus : Si vous aviez le don d'être cibopathe, vous en serviriez-vous comme Tony ?

Question bonus bis : Quels aliments dont vous raffolez vous seriez susceptibles de ne plus pouvoir mange si vous en connaissiez la provenance et l'histoire ?


 

Tony Chu détective cannibale T.1 : Goût décès (Layman/Guillory)

Partager cet article

Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 17:56

Aujourd'hui on se retrouve pour un nouveau billet crowdfunding et de nouveau (comme il y a 8 mois avec Les Destructeurs) il s'agit d'un projet BD qui a besoin de votre aide pour pouvoir voir le jour.

Vous vous souvenez peut être de Romain Huet et de la fort sympathique série Geek Agency dont je vous avais présenté les deux premiers tomes
par ici et par là et dont malheureusement le troisième et dernier tome n'a pas été édité -_-'

Eh bien sachez qu'il est de retour et avec un projet qui a l'air très cool et qui ne pourra pas se faire sans la participation des futurs lecteurs tels que vous et moi. Il s'agit d'un manga en trois tomes intitulé My Magical Girlfriend.



Afin de pouvoir garder les coudées franches et réaliser l'histoire de qualité dont il a envie (sans devoir céder aux exigences des éditeurs) il a préféré passer par le financement participatif, en utilisant
la plate-forme Ulule.

Si le financement est un succès (atteindre 7000€ d'ici au 16 août) le premier tome de cette comédie romantique devrait être achevé pour Noël (un chouette cadeau à mettre au pied du sapin donc ^^) et contiendra environ 190 pages en noir et blanc.

Le monde de l'édition étant ce qu'il est à l'heure actuelle, un projet de manga français ça ne les inspire pas forcément toujours et ce en dépit de plusieurs succès tels que
City Hall (dont je serai amené à vous reparler bientôt) de Rémi Guérin et Guillaume Lapeyre, Save me Pythie d'Elsa Brants ou encore Dreamland de Reno Lemaire, par exemple.




Donc en soutenant cette campagne, outre le fait de permettre à Romain Huet de se lancer dans un projet qui lui tient beaucoup à coeur, c'est également un moyen de montrer aux éditeurs qu'en France aussi nous avons des talentueux auteurs capables de faire des mangas de qualité.

C'est le cas ici avec My Magical Girlfriend, puisqu'il s'agira d'une comédie romantique teintée de magie et rendant hommage aux classiques du genre tels que Love Hina ou Negima de Ken Akamatsu. Ce dernier faisant d'ailleurs partie des auteurs qui ont donné envie à Romain Huet de travailler dans le monde de la BD.

Du côté du pitch de l'histoire, voilà ce que ça donne (texte de présentation tiré de la campagne ulule) :

"Lorsqu'il était petit, Leo a fait la promesse à son premier amour de devenir un grand mangaka.

Nous retrouvons Leo à Paris où il est étudiant. Sans grand avenir. En échec permanent dans tout ce qu'il entreprend, il est cependant déterminé à tenir la promesse qu'il a faite il y a plus de dix ans. Malgré les obstacles, jamais il ne pourra renoncer à son rêve de devenir un grand mangaka. Son grand-père, comprenant la détermination de Leo, décide de l'envoyer au Japon près de Tokyo pour y intégrer une école de
manga.

Leo, trop heureux, accepte la proposition et part sans tarder au Japon. A sa grande stupéfaction, il va devoir vivre en colocation avec 5 jeunes filles. Un détail que son grand-père, propriétaire des lieux, a oublié de mentionner.

Après quelques temps, Leo découvre que ces colocataires sont liées par un secret et mènent une double vie. Alors qu'il essaye de percer le mystère qui les entoure, Leo va réaliser les véritables motifs de sa présence au Japon.

Parviendra t-il à concrétiser son rêve de devenir un grand mangaka ? et comment retrouvera t-il les traces de son premier amour ?"

Une histoire qui semble donc plutôt sympa et dans les veines des histoires du genre, vous pouvez d'ailleurs vous forger une première opinion sur ce que ça donnera en allant lire le premier chapitre qui se trouve en ligne par là :
http://data.axmag.com/data/201507/20150721/U137639_F346259/FLASH/index.html

Je ne sais pas vous, mais pour ma part je trouve le dessin vraiment très agréable à regarder et qu'il n'a rien à envier aux productions japonaises dans ce registre.

Si vous voulez permettre à Romain de donner vie à ce super projet c'est sur Ulule que ça se passe, par là :
http://fr.ulule.com/my-magical-girlfriend/


(ou plus, c'est vous qui voyez), votre argent sera débité dans la foulée. Si jamais à l'issue de la campagne de financement le projet ne voyait pas le jour, vous serez remboursés, mais ici j'espère bien que ça n'arrivera pas et que ce super manga verra le jour.



Il y a plusieurs paliers de financements offrant différentes contreparties, sachant que le palier permettant d'avoir le livre est à 13€ en incluant les frais de ports. Après en investissant plus, vous pouvez en plus du livre l'avoir dédicacé, obtenir des ex-libris ou des cartes postales...etc. donc il y a vraiment de quoi se faire plaisir pour un tarif abordable et dans tous les cas, dès 5€ vous aurez votre nom dans les remerciements (ce qui est toujours plaisant ^^).

La campagne de financement dure deux mois au total (ce qui vous permet aisément de le planifier dans votre budget ^^) et le but est de récolter 7 000€ pour que le livre voit le jour, avec une date de sortie prévue pour noël 2015.

Bien évidemment plus ça ira haut et mieux ce sera, puisque ça permettra à Romain Huet d'envisager la suite plus sereinement. Il sera même possible de débloquer certains bonus supplémentaires si l'on parvient à certains niveaux de financement :


"- 150 % : je rajoute un sketchbook avec une gallerie de dessinateurs reprenant les personnages de l'univers dès la contrepartie à 35€, avec entre autres, des artistes comme Grelin, Djet, Guile Sharp, Alexis Sentenac, Brice Cossu ou encore Koichi Iguchi et d'autres dont je vous laisse, pour l'instant, la surprise.
- 175 % : Marque page exclusif d'un auteur connu (mais je dis pas encore qui c'est car c'est aussi une surprise !) et pour tout le monde, dès la contrepartie à 10€.
- 200 % : Histoire annexe exclusive, incluse dans le manga.
"

Donc si vous avez aimé ses ouvrages précédents, que vous aimez les comédies romantiques, le manga et que vous trouvez que le marché de la BD à un peu tendance à jouer la sécurité, vous pouvez montrer que le manga français à de l'avenir en soutenant My Magical Girlfriend !!

A l'instar de François Amoretti, Romain Huet est également un auteur que j'affectionne beaucoup et très talentueux !! Il faut donc le soutenir car il le mérite, alors n'hésitez pas à participer à cette campagne et à en parler tout autour de vous, afin de faire de ce projet un beau succès !!

Vous pouvez également suivre Romain Huet sur sa page Facebook ou celle de la série

My magical girlfriend a besoin de vous !!

Partager cet article

23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 18:54

Il y avait quasiment un an que je n'avais plus posté par ici, si je reviens aujourd'hui c'est tout simplement parce que je me suis remis à dévorer de la BD et que j'ai donc envie de vous faire partager quelques uns de mes coups de coeur récents (que j'ai lu récemment, les albums en question peuvent dater par contre ^^').

J'ouvre le bal avec un album qui a du mordant puisqu'il s'agit du tome 1 de la série Alice Matheson, lequel s'intitule Jour Z et est signé Jean-Luc Istin (scénario), Philippe Vandaële (dessins) et Jean Bastide (couleurs). Le premier album est dispo chez Soleil, dans la collection Anticipation, depuis mai 2015 pour 14€50 et compte 48 pages.


Alice Matheson est infirmière au St Mary Hospital de Londres où elle semble effectuer un travail exemplaire, tout en étant également un "ange de la mort", puisqu'elle tue en toute discrétion ses patients. Mais sa double vie risque de basculer le jour où une mystérieuse épidémie fait revivre les morts... Elle qui pensait être le seul "monstre" de l'hôpital va se retrouver avec une sérieuse concurrence !!

Mon avis :
Comme vous le savez (ou devez vous en douter au vu de mon pseudo) je suis plutôt amateur d'oeuvres en tout genre à base de zombis, lesquels sont très à la mode depuis plusieurs années et ça c'est cool pour s'en mettre plein sous la dent, même si la qualité des productions zombiesques est assez inégale.

Quoi qu'il en soit, ici nous avons affaire à du très lourd, avec un premier tome qui m'a énormément plu et qui pose les bases d'une série qui semble très prometteuse et a de fortes chances de faire partie des must have du genre.

La première saison devrait d'ailleurs comprendre 6 tomes avec des changements d'auteurs en cours de route, le second tome est prévu pour le 23 septembre si je ne dis pas de bêtises (et j'ai déjà hâte de pouvoir le lire !!).

En tout cas l'idée de base est plutôt séduisante, celle d'une "tueuse en série" qui se retrouve confrontée à une épidémie de zombis. Bien évidemment ce genre de choses a de quoi déstabiliser un poil et risque également de compromettre sa couverture d'infirmière modèle.

Ce premier tome bien qu'introductif nous plonge assez rapidement au coeur de l'action et de la frénésie d'une invasion de zombis dans un hôpital. On fait connaissance avec les protagonistes dans une ambiance assez tendue qui flirte avec l'huis clos et pour ma part j'ai tout de suite accroché avec le personnage d'Alice, bien qu'elle soit une redoutable tueuse en série.

Néanmoins, bien que ça ne soit pas explicité clairement dans la série, à mon sens Alice ouvre quand même un peu le débat sur l'euthanasie puisque ses victimes sont généralement en phase terminale. En tout cas je suis curieux de voir si elle se fera démasquer par ses pairs, ainsi que de voir leur réaction si ça arrivait.

Je me demande également si ses petits travers meurtriers lui seront utiles pour survivre au chaos qui s'annonce et qui devrait se révéler encore plus intense par la suite.

Outre son scénario plutôt intéressant, prometteur et qui a le mérite de changer un peu des productions habituelles, l'autre grosse force de la série c'est le dessin très réaliste de Philippe Vandaële (dont c'est le premier projet en tant que dessinateur si je ne dis pas de bêtises) qui plonge carrément bien dans l'ambiance glauque d'un hosto envahi de zombis.

Son trait est vraiment super agréable à regarder, même si bien évidemment l'album n'est pas à mettre entre toutes les mains puisqu'il y a des passages un poil sanglants. Il n'y a pas pour autant de violence gratuite, ni de gore à outrance, puisque tout sert à merveille l'histoire et permet de nous immerger dans cette atmosphère zombiesque.

En bref vous l'avez compris (je pense) Alice Matheson est un coup de coeur pour moi et je conseille vraiment aux amateurs du genre de se ruer dessus si ce n'est pas déjà fait. Une héroïne forte et attachante (dans tous les sens du terme) c'est plutôt rafraîchissant dans l'univers des zombis, sans compter que l'intrigue semble prometteuse et que le dessin est vraiment aux petits oignons et colle parfaitement bien à l'ambiance du récit. A lire absolument !!!!

Question bonus : Si une apocalypse zombi vous faisait prendre conscience qu'un(e) de vos proches, collègues...etc. possède un côté obscur (genre psychopathe ou tueur en série), comment réagiriez-vous ?



 

Partager cet article

Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 14:00

Je dois bien vous confesser que ça fait un bail que j'ai pas posté par ici et ça fait encore plus longtemps que je n'ai pas pris le clavier pour parler BD (oui je sais, c'est pas bien). Mais du coup forcément quand un évènement d'envergure arrive et que ça me tient énormément à coeur, je ne pouvais pas passer à côté.

L'évènement en question, c'est tout simplement François Amoretti, l'un de mes illustrateurs préférés, qui a lancé un financement participatif pour pouvoir éditer son prochain projet : Les Destructeurs !!

http://drfhlmcehrc34.cloudfront.net/cache/4b/54/4b545137609080e9e392f2389bcbf04d.png

Le monde de l'édition étant ce qu'il est à l'heure actuelle, un projet aussi ambitieux n'a pas trouvé d'éditeur puisque ces derniers sont plutôt frileux, vis à vis de tout ce qui sort un peu de l'ordinaire.

C'est le cas ici avec Les Destructeurs, puisqu'il s'agira d'un habile mélange de genres et bourré de références cultes, que du bon quoi !! En plus l'ouvrage sera de très grande qualité et constituera en lui même un très bel objet qui aura vraiment de la gueule sur les étagères de tout un chacun :

"Le livre (au format A4) en lui-même est un bel objet dont la couverture est toilée et imprimée en doré. Les pages sont soigneusement cousues, protégées par un tranchefil. Et pour le confort, un signet pour noter notre passage préféré. Un livre comme il s’en faisait il y a une bonne centaine d’années."


Du côté de l'histoire, à l'instar de son excellent Burlesque Girrrl dont je vous avais parlé ici, on retrouve une héroïne forte, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds : Shauna Bubblebottom !!

Voici le pitch de l'album tel que nous le conte François Amoretti : "Notre héroïne, Shauna Bubblebottom, orpheline, a construit sa vie en retroussant ses manches. La vie n’a pas été tendre avec elle. Sa rancœur est nourrie activement, même contre son petit appartement dont le plafond descend un peu chaque jour jusqu’à ce qu’elle craque et parte en guerre contre les vicissitudes de son époque.

http://fbcdn-sphotos-a-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash2/v/t1.0-9/1376978_10151970591448707_36372900_n.jpg?oh=71757e1c741c3cee2b53c1a945a1884c&oe=54DC1D48&__gda__=1426905114_6fc04a6291c2c547d95af1b352c8bef0

Les maux de notre société se personnifient dans des entités divines pourvues de pouvoirs dangereux et dévastateurs. C’est la naissance d’un nouveau panthéon guidé par la Saleté, les Imbéciles, la Maladie et l’Etroitesse d’esprit, des créatures affreuses prêtes à se faire casser la figure par Shauna. Elle répond à leur violence par la violence et leur combat provoquera la fin du monde."

Autant dire que François aura toute latitude pour exprimer la pleine mesure de son talent dans cette geste sur fond d'humour noir. Dans laquelle il alternera les mises en page selon les personnages présents, passant des vignettes standard à un format comic pour les phases de baston...etc. le tout empreint de sa poésie et de son sens du détail habituel (cf Big Ben juste en dessous ).


http://drfhlmcehrc34.cloudfront.net/cache/dd/a9/dda9676fed0afa746fb4561bcf88bd5f.png

Je ne sais pas pour vous, mais moi perso 96 pages de cet acabit, je signe direct et avec grand plaisir, car je sais que je vais me régaler à la lecture (et aux relectures suivantes ). Vous pouvez d'ailleurs voir les premières pages du projet en suivant le blog de François par là : http://www.francoisamoretti.com/blog/ d'autres pages seront mises en ligne au fur et à mesure de l'aventure.

Si vous voulez permettre à François de donner vie à ce magnifique projet c'est sur Ulule que ça se passe, par là : http://fr.ulule.com/les-destructeurs/

Si vous n'êtes pas familier de la plate forme, vous allez devoir choisir votre compensation et payer la somme indiquée (ou plus, c'est vous qui voyez), votre argent sera débité dans la foulée. Si jamais à l'issue de la campagne de financement le projet ne voyait pas le jour, vous serez remboursés, mais ici j'espère bien que ça n'arrivera pas et que ce superbe ouvrage verra le jour.

Il y a plusieurs paliers de financements offrant différentes contreparties, sachant que le palier permettant d'avoir le livre est à 26€ en incluant les frais de ports. Après en investissant plus, vous pouvez en plus du livre l'avoir dédicacé, obtenir des ex-libris ou des photos...etc. donc il y a vraiment de quoi se faire plaisir pour un tarif abordable.

La campagne de financement dure deux mois au total (ce qui vous permet aisément de le planifier dans votre budget ^^) et le but est de récolter 12 000€ pour que le livre voit le jour, avec une date de sortie prévue pour mai 2015. Bien évidemment plus ça ira haut et mieux ce sera, puisque ça permettra à François Amoretti de continuer à exercer ce métier et nous raconter de belles histoires.

Donc si vous avez aimé ses ouvrages précédents, que vous trouvez que le marché de la BD à un peu tendance à jouer la sécurité, vous pouvez sortir des sentier battus en compagnie de François Amoretti qui va revisiter le mythe de la fin du monde avec brio. Nous offrant sa propre vision de certains contes et légendes traditionnels, tout en invitant à se croiser le temps d'un album, des figures légendaires telles que Cthulhu, Odin, Little Boy...etc.


http://drfhlmcehrc34.cloudfront.net/cache/d4/df/d4dfe014b7c9736bb1388ecabf4d3e36.png
C'est un auteur que j'affectionne vraiment énormément, car il est bourré de talent, qu'il met toujours toutes ses tripes dans ses oeuvres et que c'est une personne en or !! Il faut le soutenir car il le mérite, donc n'hésitez pas à participer à cette campagne et à en parler tout autour de vous, afin d'accorder à ce projet le succès qu'il mérite et montrer aux éditeurs qu'ils ont eu tort de penser qu'un ouvrage de ce genre ne pouvait pas fonctionner.

L'album sera d'ailleurs dispo en français et une version anglaise sera également proposée. En bref, il n'y a aucune raison, ni excuse pour que vous passiez à côté de ce futur chef-d'oeuvre, nom d'une pipe (et de deux même) !!

http://drfhlmcehrc34.cloudfront.net/cache/08/13/081330940c98aee66224ea366da0bb42.png




Partager cet article

28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 19:01

J'en avais parlé sur ma page Facebook à l'époque où ils étaient encore en précommande, deux jeux que j'affectionne beaucoup sont disponibles chez Figurines & Fantasy : Guardians'Chronicles et Zombie 15' !!

http://scontent-a-fra.xx.fbcdn.net/hphotos-xpa1/t1.0-9/1376602_483940021703413_1726358027_n.jpg


Ce sont deux de mes coups de coeur ludiques de cette année, dont j'ai pas mal parlé et sur lesquels j'ai fait des vidéos et articles.

Guardians'Chronicles est dispo par là au tarif de 59€ et si vous voulez savoir de quoi il retourne, mon article qui présente le matos et les règles c'est par là : http://avenjoueurs.com/guardianschronicles-frederick-condette/

Il y a également mes deux vidéos, l'open the box (comme c'était un kickstarter) :



La présentation du jeu :


 

En ce qui concerne Zombie 15', il est dispo à 53,90€ par ici. Pour savoir de quoi ça parle, mon article dédié au jeu est par là : http://avenjoueurs.com/zombie-15-collectif-2/

Il y a également ma vidéo :


 

Donc voilà, si vous avez envie de vous procurer ces jeux à un tarif modique, d'être livré rapidement et que tout roule, n'hésitez pas à les commander chez Figurines & Fantasy !! D'ailleurs les promos dont je vous avais parlé sont toujours d'actualité

Partager cet article

Published by Mr. Zombi - dans Figurines & Fantasy
commenter cet article
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 17:07

Je pense que vous commencez à le savoir si vous me suivez de temps en temps,  Figurines & Fantasy est la boutique où je me fournis en matos pour tout ce qui est jeu de figurines, matos de peinture...etc.

Comme c'est une petite structure qui gagne à être connue, je m'efforce de relayer tous les bons plans qui s'y passent. Le service est super rapide, tout arrive toujours en excellent état (bien emballé et bien protégé) et il y a beaucoup de choix.


Donc franchement il n'y a que du bon là-bas et je vous invite à commander chez eux, vous ne serez pas déçus !!

http://scontent-a-fra.xx.fbcdn.net/hphotos-xpa1/t1.0-9/1376602_483940021703413_1726358027_n.jpg
Le bon plan du moment qui a démarré aujourd'hui, ce sont des promos de fous sur la plupart des gammes avec du -20 ou -50%, donc nulle doute que vous parviendrez à trouver de quoi vous faire plaisir (pour ma part je me suis pris du Dreadball qui est à moitié prix !!!)

Bien évidemment, on est sur du premier arrivé, premier servi 

Toutes ces jolies promos concernent la majeure partie du site (y compris décors, accessoires, etc.), excepté la rubrique occasion.


http://scontent-b-cdg.xx.fbcdn.net/hphotos-xpa1/t1.0-9/10653414_622384724525608_5279446332086099375_n.jpg

Pour rappel, voici les différentes gammes que l'on peut trouver là bas :

-Army Painter (tout ce qui est peinture, pinceau...etc. c'est vraiment de la bonne came et c'est ce que j'utilise pour mes peinturlurettes)

Jeux de figurines :
-Dreadball
-Dust Tactics
-Dwarf King's Hold
-Hell Dorado
-Kings of War
-Star Wars X-Wing
-Wolsung

Figurines :
-Avatars of War
-Fireforge Games
-Kromlech
-The Russian Alternative

Jeux de plateau :
-La Cité des voleurs
-Claustrophobia
-Les Demeures de l'épouvante
-Descent
-Dungeonquest
-Dust
-Gears of War
-L'Hérésie d'Horus
-Starcraft
-Super Dungeon Explore
-Wiz-War
-Zombicide

Alors n'hésitez pas à aller commander et profiter de toutes ces belles offres, si le coeur vous en dit, je suis persuadé que vous allez y trouver votre bonheur

En tout cas moi, j'ai fait mon plein de Dreadball pour la rentrée

Partager cet article

Published by Mr. Zombi - dans Figurines & Fantasy
commenter cet article
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 11:13

L'article du jour sera un peu particulier puisqu'il concernera plusieurs jeux en un et que je ne donnerai mon avis qu'en une seule fois et non pas pour chaque jeu.


Black Stories est un jeu d'énigmes réalisé par Holger Bosch et illustré par Bernhard Skopnik.Le jeu est édité par Kikigagne ? et est distribué en France par Iello. Il est jouable à partir de 2 joueurs (et sans limite max), à partir de 14 ans, les parties durent en moyenne 15 minutes, mais tout dépendra du nombre d'énigmes que vous ferez d'affilée et de la sagacité des joueurs. Le jeu est disponible depuis novembre 2008 pour un prix conseillé de 12€.

Black Stories
50 énigmes lugubres sont proposées dans cette boîte, les participants devront arriver à les résoudre en posant des questions au maître des énigmes.


Contenu de la boîte :
-50 cartes d'énigmes
-Un livret de règles


Déroulement du jeu :
On commence par déterminer qui sera le maître des énigmes, ce dernier piochera une des cartes énigmes présentes dans la boîte et lira le recto de cette dernière. C'est là que se trouve le texte de présentation de l'énigme, le maître prendra également connaissance de la solution qui se trouve au verso de la carte, bien évidemment, il ne la montre pas aux autres joueurs.

Black Stories 1 cartes
A la fin de sa lecture du texte de l'énigme, il ajoute : "Mais pourquoi donc ?". Dès lors les autres joueurs vont devoir lui poser des questions afin de tenter de trouver le fin mot de l'histoire. Mais attention, il faut poser des questions auxquelles il peut seulement répondre par oui ou par non.


Par exemple : "Est-ce que l'individu était grand ?" Une réponse par oui ou par non est possible donc ça marche. En revanche la question : "L'individu était il petit ou grand ?" ne fonctionne pas, le maître des énigmes invitera donc le joueur à la reformuler.


Si vraiment les joueurs sèchent, le maître peut essayer de les aiguiller sur la bonne voie, de même il peut choisir de ne pas répondre à une question, s'il juge qu'elle peut entraîner les joueurs sur une fausse piste.


Les joueurs posent des questions jusqu'à ce qu'ils parviennent à résoudre l'énigme, ensuite libre à vous d'enchaîner sur une autre énigme ou non, ainsi que de changer de maître des énigmes ou pas.


Black Stories 2 :
Black Stories 2 est un jeu d'énigmes réalisé par Holger Bösch et illustré par Bernhard Skopnik.Le jeu est édité par Kikigagne ? et est distribué en France par Iello. Il est jouable à partir de 2 joueurs (et sans limite max), à partir de 14 ans, les parties durent en moyenne 15 minutes, mais tout dépendra du nombre d'énigmes que vous ferez d'affilée et de la sagacité des joueurs. Le jeu est disponible depuis novembre 2008 pour un prix conseillé de 12€.

Black Stories 2
50 nouvelles énigmes macabres vous attendent dans ce second volet.

Contenu de la boîte :

-50 cartes d'énigmes
-Un livret de règles


Déroulement du jeu :
Le déroulement du jeu est identique à celui de Black Stories (voir plus haut), ce second opus propose simplement 50 nouvelles énigmes macabres.


Black Stories : édition fantastique :
Black Stories : édition fantastique est un jeu d'énigmes réalisé par Holger Bösch et illustré par Bernhard Skopnik.Le jeu est édité par Kikigagne ? et est distribué en France par Iello. Il est jouable à partir de 2 joueurs (et sans limite max), à partir de 14 ans, les parties durent en moyenne 15 minutes, mais tout dépendra du nombre d'énigmes que vous ferez d'affilée et de la sagacité des joueurs. Le jeu est disponible depuis octobre 2010 pour un prix conseillé de 16€.

Black Stories fantastique
50 énigmes sur le thème du fantastique proposées dans une boîte métallique en forme de cercueil.


Contenu de la boîte :

-50 cartes d'énigmes fantastiques
-Un livret de règles


Déroulement du jeu :
Le déroulement du jeu est identique à celui de Black Stories (voir plus haut), sauf qu'ici il vous faudra penser aux créatures fantastiques (vampires, morts-vivants...etc.) et à leurs particularités, afin de parvenir à résoudre les énigmes proposées.


Black Stories : Faits vécus :
Black Stories : Faits vécus est un jeu d'énigmes réalisé par Jens Schumacher, Corinna Harder  et illustré par Bernhard Skopnik.Le jeu est édité par Kikigagne ? et est distribué en France par Iello. Il est jouable à partir de 2 joueurs (et sans limite max), à partir de 14 ans, les parties durent en moyenne 15 minutes, mais tout dépendra du nombre d'énigmes que vous ferez d'affilée et de la sagacité des joueurs. Le jeu est disponible depuis décembre 2011 pour un prix conseillé de 12€.

Black Stories faits vécus
50 nouvelles énigmes basées sur des faits vécus.


Contenu de la boîte :

-50 cartes d'énigmes inspirées de faits réels
-Un livret de règles


Déroulement du jeu :
Le déroulement du jeu est identique à celui de Black Stories (voir plus haut), sauf qu'ici les 50 énigmes sont inspirées de tueurs célèbres, de méfaits bizarres ou de criminels malchanceux qui ont vraiment existé.

Black Stories : Moyen-Âge :
Black Stories : Moyen-Âge est un jeu d'énigmes réalisé par Jens Schumacher, Corinna Harder  et illustré par Bernhard Skopnik.Le jeu est édité par Kikigagne ? et est distribué en France par Iello. Il est jouable à partir de 2 joueurs (et sans limite max), à partir de 14 ans, les parties durent en moyenne 15 minutes, mais tout dépendra du nombre d'énigmes que vous ferez d'affilée et de la sagacité des joueurs. Le jeu est disponible depuis août 2012 pour un prix conseillé de 12€.

Black Stories Moyen Âge
50 énigmes se déroulant au temps du Moyen-Âge et qui feront appel à vos connaissances sur cette époque

Contenu de la boîte :

-50 cartes d'énigmes Moyen-Âge
-Un livret de règles


Déroulement du jeu :
Le déroulement du jeu est identique à celui de Black Stories (voir plus haut), la seule différence ici, réside dans le fait qu'il vous faudra réfléchir à des résolutions d'énigmes en rapport avec la période du Moyen-Âge.


Mon avis :

Comme annoncé en intro, je vais vous parler de la série des Black Stories en général et non pas avoir plus ou moins 4 ou 5 fois le même avis pour chaque version différente. Pour ma part, c'est une gamme de jeux que j'aime beaucoup, car elle a l'avantage de pouvoir se jouer n'importe où et ce quel que soit le nombre de participants présents.


Comme il y a peu de matériel, (50 cartes et une boîte) on peut les emmener partout avec nous et tuer le temps à tout moment. Bien que le principe du jeu soit enfantin (poser des questions et y répondre par oui ou non), les énigmes sont loin d'être aussi faciles à résoudre.


Certaines sont assez connues et ne devraient donc poser aucun problème à l'assistance, en revanche d'autres sont vraiment ardues et il faudra aller chercher loin pour en venir à bout. Heureusement, plus il y a de joueurs présents et plus les bonnes pistes sont susceptibles d'être débusquées.

Que l'on soit maître des énigmes ou joueur on s'amuse bien à essayer de deviner ou faire trouver ces énigmes retorses. On peut les enchaîner ou les faire durer en les jouant une à la fois par session.


Au niveau du matériel ça reste convenable, la boîte et les cartes sont de bonne facture, par contre le prix peut être jugé un peu excessif par certains. Surtout si vous avez l'habitude de toujours jouer avec les mêmes personnes, car une fois l'énigme résolue, tout le monde la connaît.


Il n'est donc pas aisé de rejouer les mêmes énigmes, si vous ne changez pas de public régulièrement ou alors il vous faudra attendre plusieurs mois/années, le temps que vous les ayez oubliées.


Néanmoins Black Stories est une gamme de jeux plutôt sympathique et conviviale qui vous permettra de divertir une grande assemblée de joueurs puisqu'il n'y a pas vraiment de limites au nombre de participants.


Mention spéciale à l'édition fantastique, puisque la boîte se présente sous forme d'un cercueil métallique, ce qui colle parfaitement au thème. En revanche le contenu des cartes sera probablement plus complexe à trouver si les joueurs n'y connaissent rien dans ce domaine (même constat pour la version Moyen-Âge).


D'autres éditions sont disponibles, telles que la version Morts de rire... consacrée aux Darwin Awards (les morts bêtes mais véridiques de gens), une édition cinéma (inspirée de films connus ou moins connus), une édition polar (inspirée d'enquêtes de Sherlock Holmes, Miss Marple, Hercule Poirot...etc.) et la version sexes et crimes (énigmes torrides et sinistres sur le thème de l'amour et la passion).


Ne les ayant pas, je ne pourrais pas vous donner mon avis dessus, mais il n'est pas impossible que j'en fasse l'acquisition tôt ou tard (auquel cas j'éditerai cet article pour rajouter leur description  ).


Black Stories et ses multiples suites ne sont donc pas forcément un achat indispensable, mais devraient ravir les fans d'énigmes, qui aiment se presser le citron pour trouver des explications (parfois farfelues) à des situations macabres. A voir donc si vous aurez l'occasion de les utiliser souvent et avec des publics variés.


Bien évidemment, les plus jeunes ne sont pas forcément le public cible, puisqu'il s'agit souvent d'énigmes sanglantes et tournant autour de la mort des gens, ce qui justifie le 14 ans et plus de ces jeux (après il est quand même possible d'y jouer avec des personnes un peu plus jeunes, si elles ont l'habitude).


En bref, une gamme de petits jeux d'énigmes sans prétentions et de bonne facture. A vous procurer seulement si le concept vous plaît et que vous pensez pouvoir le rentabiliser en y faisant jouer à des personnes différentes.


Question bonus : Vous aimez résoudre des enquêtes ?

Partager cet article

Présentation

  • : Mr. Zombi's place
  • Mr. Zombi's place
  • : Un blog pour parler de tout ce qui me botte : lecture, jeux vidéos, gadgets, films...etc.
  • Contact

Mes vidéos

Ma chaîne Youtube (présentation de jeux de société et de diverses choses)



Ma chaîne Dailymotion (comme pour Youtube mais ailleurs ^^)


 

Visiteurs

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog.

  visiteurs ont parcouru ce blog.