Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 18:43

L'article d'aujourd'hui comptera pour le PAL sèches de Mo'.


palseches-copie-1
Jazz Maynard est une série de BD espagnoles de Raule (scénario) et Roger (dessin). En France la série est publiée par Dargaud depuis juin 2007. Initialement prévue comme une trilogie, la série compte actuellement 4 tomes.


http://www.imaginelf.com/wp-content/uploads/2010/08/Jazz-Maynard1.jpghttp://photos.froggytest.com/d/32261-2/Jazz+Maynard+tome+2+Melodie+d+El+Raval.jpghttp://www.kazeo.com/sites/fr/photos/229/Jazz-Maynard-T3,2293408-L.jpghttp://2.bp.blogspot.com/_GUsyPIv9CYs/S7t-kKt49iI/AAAAAAAAAOc/iwvfoigGLfk/s1600/9782505008057.jpg


Après plus de dix ans d'absence, Jazz Maynard revient à El Raval, le quartier barcelonais qui l'a vu grandir. Il avait passé les dernières années à jouer de la trompette à New York, menant une vie tranquille et rangée, mais son retour ne sera pas de tout repos et va le faire replonger dans ses anciennes activités...

Mon avis :

Après Blacksad dont je vous avais parlé il y a peu, voici une nouvelle série réalisée par un tandem d'auteurs espagnols. Une fois encore, je dois bien avouer que j'ai carrément accroché à Jazz Maynard.

On va donc suivre les aventures de Jazz Maynard, un excellent trompettiste, mais dont c'est loin d'être le seul talent. Ayant grandi à El Raval (surnommé le quartier chinois de Barcelone), Jazz y avait appris la rue et la truande. A son retour après dix années d'absence, les choses n'ont pas vraiment changé, si bien qu'il va vite devoir se remettre dans le bain s'il veut sauver sa peau et celle de ses amis.

Raule et Roger nous livrent avec Jazz Maynard, un polar contemporain, bien noir et musclé, plein d'action et qui fleure bon le jazz. Comme je l'ai déjà dit plus tôt, le retour au pays ne sera pas de tout repos, ce qui va donner lieu a énormément de courses poursuites, combats... très rythmés.

C'est un vrai régal de suivre ses aventures, d'autant que Jazz est un héros vraiment très charismatique et énigmatique, qui possède énormément de talents divers et variés. Comme la série évolue dans des milieux plutôt troubles, on y côtoie pas mal de problèmes qui gangrènent les quartiers les plus mal famés (prostitution, drogues...etc.) si bien que les albums de la série ne sont pas à mettre entre les mains des plus jeunes.

Le dessin de Roger est très agréable à regarder, dans des tons ocres très chaleureux et avec un dessin assez réaliste et soigné. Tout ça confère une ambiance et une saveur très sympa à la série, c'est vachement dynamique et il y a peu de temps morts.

Beaucoup de zones d'ombres planent sur le passé de Jazz, certaines parties nous seront révélées au fil des tomes par le biais de flashbacks, lesquels nous permettent de mieux comprendre comment Jazz en est arrivé là où il en est au début du premier tome (à savoir ligotté avec son meilleur ami à une chaise et en train de se faire passer à tabac).

Contrairement à ce que pourrait laisser présager la couverture du premier tome, il s'agit bel et bien d'un polar et non pas d'une BD consacrée à la musique. Cette dernière à quand même un rôle dans la série et vient de temps en temps émailler le fil du récit de quelques notes et paroles jazzy.

En bref un excellent polar, plein d'action qui se déroule de nos jours à Barcelone. Un graphisme très soigné et un héros charismatique, en bref que du bonheur !!!


Question bonus : Vous êtes déjà allé à Barcelone ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 17:31

L'article du jour comptera pour le challenge PAL sèches de Mo' et mon Reading Comic Challenge.


palseches-copie-1The reading Comics challenge logo1


Creepshow est un comic en couleurs de Stephen King (scénario) et Bernie Wrightson (dessin). En France l'album a été publié par les éditions Soleil en février 2011, il s'agit de l'adaptation en BD du film éponyme de George A. Romero sorti en 1983 en France.


http://www.tribulles.com/img/products/creepshow-comics-stephen-king-wrightson-9782302015715.jpg
Creepshow est un recueil de 5 petits contes horrifiques présentés par l'insinuant creeper.

Mon avis :

Qui dit Stephen King, dit forcément que ça m'intéresse beaucoup. Je connaissais déjà le film de Romero (ainsi que le second qu'ils ont fait ensemble) dont voici l'adaptation en comic.

 

Du coup, si vous connaissez déjà le film, cet album se révèle sans trop de surprises vu qu'il s'agit d'une adaptation plutôt fidèle. La seule chose qui change c'est le lien entre les contes, qui dans le film donne lieu à une petite histoire (où Joe Hill, le fils de Stephen King, tient le rôle du petit garçon) alors que dans le comic c'est seulement présenté par le gardien de la crypte.

Tant du point de vue du film que du comic, Creepshow est un hommage aux anciennes revues horrifiques américaines (lesquelles ont énormément influencé Stephen King). L'album se compose donc de 5 petites histoires à l'humour noir présentées par le gardien de la crypte (qui fait également office de "voix off" pendant les histoires), et intitulées : Fête des pères, La mort solitaire de Jordy Verril (interprété par Stephen King dans le film de Romero), La caisse, Un truc pour se marrer... et ça grouille de partout.

Le dessin de Bernie Wrightson colle tout à fait à l'ambiance des revues de l'époque, j'ai également bien apprécié le fait qu'il n'ait pas reproduit les acteurs du film, mais qu'il ait créé des personnages originaux. L'album publié par Soleil est de très bonne qualité, cartonné et solide, mais du coup je regrette presque que ça n'ait pas été fait à la façon des revues (couverture souple...etc.) ce qui aurait permis de s'immerger encore plus dans l'ambiance (mais bon je chipote ).

Les cinq histoires de l'album sont très sympathiques et fonctionnent bien, elles sont tout à fait dans l'esprit de la série TV et des revues horrifiques. Il y a du sang, des créatures zarbi, des vengeances machiavéliques...etc. que du bonheur quoi

 

Ce comic avait déjà été publié deux fois en France en 1983 et 1985 par les éditions Albin Michel. Il y avait donc très longtemps que cet album était complètement épuisé, c'est donc une très bonne chose que les éditions Soleil aient décidé de le publier à nouveau.

 

En bref, un album sans trop de surprises quand on connait le film, mais qui reste malgré tout très plaisant à lire et permet de faire (re)découvrir ces chefs d'oeuvres des années 80.


Question bonus : Vous aimez ce genre de récits macabres ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Comics
commenter cet article
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 13:06

L'article du jour comptera pour le challenge PAL sèches de Mo'.


palseches-copie-1
Mes voisins les Yamada est un manga en trois volumes de Hisaichi Ishii. En France la série est publiée par Delcourt dans la collection Shampooing qui est dirigée par Lewis Trondheim et qu'il définit comme suit : "Ça lave la tête et ça fait des bulles. Shampooing, c'est pour les grands qui savent rester petits et les petits qui veulent devenir grands ". Sur les trois tomes parus, j'ai seulement lu le premier.


http://images-librairies.com/ima1/original/262/13447262_2988190.jpghttp://image.evene.fr/img/livres/g/9782756014524.jpghttp://image.evene.fr/img/livres/g/9782756014531.jpg


Mes voisins les Yamada nous conte le quotidien d'une famille japonaise lambda durant les années 90.

Mon avis :

Je me suis intéressé à ce manga grâce à K.BD, dans le cadre d'une thématique à venir (je ne vous en dis pas plus, histoire de vous garder la surprise ^^). Après la lecture de ce premier tome, je reste plutôt mitigé et ne sais pas trop quoi en penser.

On va donc suivre le quotidien de la famille Yamada composée de Takashi (le père), Matsuko ( la mère), Shige (la grand-mère), Noboru (le fils), Nonoko (la fille) et Pochi le chien flemmard et méchant de la famille.

Chacun des protagonistes possède son propre caractère et ses aspirations, Takashi le père est très maladroit, nul en bricolage et perd toujours ses parapluies. Matsuko la mère n'a qu'une idée fixe : trouver quoi faire à manger pour les prochains repas.

 

Shige la grand-mère est acariâtre et cherche le moindre prétexte pour se battre avec tout le monde. Noboru est un étudiant flemmard, le pire des cancres ( à tel point que ses camarades en ont fait une échelle de notation). Nonoko quant à elle est une petite fille espiègle et maligne.

A l'origine la série était publiée quotidiennement dans le journal Asahi Shimbun, sous forme de yonkoma, c'est à dire des petits strips humoristiques en 4 cases qui se lisent de haut en bas (équivalent des comic strip américains tels que Garfield par exemple). L'album reprend ainsi les strip qui ont été publiés entre octobre 1991 et juillet 1993 (soit 640 petits sketchs pour le tome 1).

On trouve également en bonus à la fin de l'album, 16 pages de yonkoma intitulées Mes voisins les Kikuchi. Le principe est le même que précédemment, sauf qu'on suit le quotidien d'une autre famille, qui elle tient un restaurant. Après ces quelques pages, on a également droit à une carte du quartier des Yamada, je vous conseille d'ailleurs de la consulter avant le reste (sinon ça fait comme pour moi, elle sert à rien ).

Les personnages principaux sont tous très sympas et attachants, du coup c'est très agréable de suivre le quotidien de cette famille typique. Selon moi, à l'instar de Doraemon, ce manga n'a pas été pensé pour être exporté à l'étranger, si bien qu'on apprend énormément de choses sur la vie des japonais dans les années 90.

Les notes de bas de page proposées par l'éditeur, sont d'ailleurs très utiles pour pouvoir comprendre toutes les références historiques, politiques...etc. ainsi que les jeux de mots sur la langue japonaise.

J'ai dit plus haut que j'étais mitigé et vous devez donc vous demander pourquoi, vu que jusqu'à présent j'ai été plutôt positif. En fait ce qui m'a le plus dérangé, c'est que Mes voisins les Yamada  est un manga humoristique (enfin je pense), mais il ne m'a pas fait spécialement rire.

Il m'est parfois arrivé de sourire, rire une fois ou deux, mais ça s'est arrêté là. Alors je ne sais pas si c'est parce que j'aurai du plus fragmenter ma lecture, ou si je n'étais pas dans le bon état d'esprit  ou encore si c'est parce que je ne partage pas trop les mêmes préoccupations que les Yamada, toujours est-il que ça n'a pas fait mouche chez moi.

 

Du coup je ne sais pas si ce manga plaira à tout le monde, si comme moi on n'adhère pas forcément à cet humour.

Sinon, j'ai trouvé que le dessin, assez caricatural, collait bien à l'esprit du manga et permettait de bien faire passer les émotions des personnages. On reconnaît facilement qui est qui et du coup on est pas perdu au cours de notre lecture.

Mon plus grand regret vient donc du fait que je n'ai pas suffisament ri lors de ma lecture. Mais j'ai quand même beaucoup apprécié ma lecture, ne serait-ce que pour tout ce que j'ai appris sur la culture japonaise et leur quotidien.

A noter que la série a été adapatée en film d'animation par le Studio Ghibli en 1999. Comme je n'ai pas vu ce film, je ne pourrais donc pas vous en dire plus, ni s'il est fidèle au manga originel.

En bref, un manga divertissant qui permet d'apprendre plein de choses sur la vie au Japon, mais dont l'humour ne plaira peut être pas forcément à tout le monde.


Question bonus : Vous connaissiez la famille Yamada ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 08:53

Comme annoncé la semaine dernière, j'ai finalement rejoint le collectif K.BD (j'ai d'ailleurs été présenté officiellement ) donc comme nous sommes dimanche, je relaye la synthèse du jour.

 

L'équipe continue à explorer la thématique des Fauves d'or d'Angoulême. Après Maus et la fièvre d'Urbicande, cette semaine nous vous faisons (re)découvrir l'Histoire du Corbac aux baskets de Fred.


http://chezmo.files.wordpress.com/2011/09/minicorbac.png?w=88&h=90

 

Je vous invite donc à aller voir de quoi il retourne sur le blog K.BD. Bonne lecture et bon dimanche à toutes et à tous

 

 

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans KBD
commenter cet article
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 20:05

L'article du jour entrera dans le cadre du challenge PAL sèches de Mo' (je pense que vous commencez à connaître la chanson lol).


palseches-copie-1
Notre mère la guerre est un tryptique de Kris (scénario) et Maël (dessin) paru chez Futuropolis depuis septembre 2009. A l'heure actuelle seuls les deux premiers tomes sont sortis.


http://a21.idata.over-blog.com/2/40/05/64/Notre-mere-la-guerre/Couverture-finale-t.1.jpghttp://chezmo.files.wordpress.com/2010/09/notre-mere-la-guerre-02.jpg


En Janvier 1915, au coeur de la Champagne, la guerre fait rage. Roland Vialatte est lieutenant de gendarmerie et doit mener l'enquête pour retrouver la personne qui assassine des femmes et abandonne leurs corps au milieu des tranchées, dans des mises en scènes macabres...

Mon avis :

Les BD de guerre c'est franchement pas trop ma tasse de thé, mais je dois bien avouer que j'ai été franchement bluffé par Notre mère la guerre. Contrairement à ce qu'on pourrait penser on a pas entre les mains une énième série sur la guerre, puisque celle-ci la traite de façon originale.

En fait, dans cet album la guerre sert plus de décor que de sujet principal. Néanmoins, au cours de son enquête, le lieutenant Vialatte va se retrouver confronté aux horreurs qu'elle a engendrées. Pour lui qui avait seulement imaginé la guerre, sans jamais se retrouver en première ligne, le réveil sera brutal.

J'ai donc beaucoup aimé le contraste qu'il y a entre les soldats désabusés par la guerre  et ce gendarme qui ne demande qu'à la découvrir et partir au front. Son enquête ne sera d'ailleurs pas forcément bien perçue par les soldats, lesquels ont du mal à comprendre toute l'énergie déployée pour trouver l'assassin alors que chaque jour des tonnes de soldats sont tués.

Ce qui me fait d'ailleurs penser à une citation de Beilby Porteus : "tuez un homme, vous êtes un assassin ; tuez des milliers d'hommes, vous êtes un héros" je trouve que ça illustre bien toute l'absurdité et l'illogisme des guerres.

Mais bon je dévie, alors revenons en à nos moutons. L'intrigue est bien menée et à la fin de ce second tome, j'avoue ne pas trop savoir qui pourrait bien être le(s) coupable(s), raison pour laquelle j'attends avec impatience le troisième et dernier tome de la série pour savoir qui a fait ça.

Le plus étrange c'est qu'on a l'impression que toute cette enquête est "absurde" comparé à l'horrible quotidien de la guerre. Non pas qu'elle n'ait pas sa raison d'être, car c'est pas parcequ'on est en guerre qu'on doit laisser assassiner des femmes innocentes, mais ça semble quand même incongru. Vialatte va d'ailleurs beaucoup évoluer au cours de l'histoire et au fur et à mesure de sa plongée au coeur de la guerre. C'est d'ailleurs très intéressant de le voir évoluer et à quel point le fait d'être au front change les hommes.

Côté graphique Maël nous plonge de plein pied dans la guerre, on a vraiment l'impression d'être aux côtés des poilus et de Vialatte dans les tranchées. On sent le froid nous mordre, on entend les explosions et les tirs siffler à nos oreilles, c'est comme si on était aux premières loges. Il nous fait ressentir de plein fouet la camaraderie et le respect qui liait les soldats, ces compagnons d'infortune, obéissant aux ordres débiles de gradés planqués au chaud à l'arrière.

En bref, une lecture qui prend aux tripes et qui traite la guerre sous un angle intéressant et différent.Le tout accompagné de dessins superbes qui nous plongent dans l'ambiance et servent très bien l'intrigue. Moi qui ne suis pourtant pas fan des récits de guerre, j'ai bien accroché à celui-ci et j'attends le dénouement avec grande impatience !!


Question bonus : La guerre de 14-18 ça vous évoque quoi ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 15:52

L'article du jour entrera dans le cadre des challenges PAL sèches et Roaarrr de Mo'


palseches-copie-1pictosingelionpetit


Trois éclats blancs est un one shot de 96 pages de Bruno Le Floc'h publié chez Delcourt, dans la collection mirages, depuis octobre 2004. L'album a reçu le prix René Goscinny en 2004.


http://iddbd.canalblog.com/images/t-eclats_couv
Au début du XXe siècle, peu avant la première guerre mondiale, un jeune ingénieur parisien reçoit sa première affectation. Il a pour mission d'aller construire un phare sur une côte bretonne, malheureusement pour lui, un petit détail imprévu va rendre la construction du phare beaucoup plus dure que prévu...

Mon avis :

Une fois encore mon libraire BD a su me faire sortir de mes lectures habituelles avec ce petit album (par sa taille) qui narre une tranche de vie du début du XXe siècle. On va donc suivre un jeune ingénieur parisien qui débarque en Bretagne gonflé à bloc, prêt à faire le travail qu'on lui a confié.

Malheureusement pour lui, il va bien vite s'apercevoir que les ronds de cuir qui ont prévu le chantier n'étaient pas du tout au courant de la réalité du terrain.Il faut dire que c'est pas en étant à l'abri dans un bureau parisien, qu'on peut connaître les conditions de vie en Bretagne.

Notre jeune ingénieur va donc devoir faire avec tous les aléas qui vont se dresser sur sa route et notamment les relations avec les autochtones bretons. La distance qui sépare Paris de la Bretagne n'est pas forcément énorme, et pourtant il y a un grand fossé qui sépare ce dandy parisien de ces humbles pêcheurs bretons.

Il va donc devoir tenter de s'acclimater à la vie en Bretagne, loin des siens. Cela ne l'empêche pas de garder contact avec eux, par le biais de lettres qu'il leur rédige et qui viennent entrecouper l'histoire et apporter des informations supplémentaires. Au fil du temps et de l'album, l'ingénieur va évoluer et murîr au contact de ces gens simples qui vont lui apporter énormément de choses.

Le dessin de Le Floc'h est très sympathique et fait bien revivre la Bretagne des années 1900. Les paysages maritimes sont vraiment très beaux et on n'a aucun mal à s'imaginer au large des côtes bretonnes, à faire face aux tempêtes et autres caprices de la nature.  Par contre je pense que son trait ne plaira pas à tout le monde, donc je vous conseille de d'abord feuilleter l'album pour vois si vous y adhérez ou non.

 

En tout cas, à peine l'album ouvert, je me suis laissé emporter par l'histoire et me suis retrouvé plongé dans ce milieu de pêcheurs bretons du début du XXe siècle. Je n'ai d'ailleurs pas vu le temps passer (tellement j'étais dedans) et j'ai englouti les 94 pages du récit en un clin d'oeil. J'ai d'ailleurs regretté de ne pas pouvoir passer plus de temps en compagnie de ces personnages très attachants.

En bref, une très belle aventure humaine, qui fait revivre la Bretagne d'avant guerre et rend un bel hommage aux phares (qui ne sont plus très usités de nos jours) et à leurs constructeurs. Un très bon moment de lecture pour moi !!


Question bonus : Vous avez déjà visité un phare ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 19:53

Il y a un bail que je n'avais pas posté d'articles sur les jeux vidéos (faut dire qu'avant la reprise BD, ça faisait un moment que j'avais pas posté tout court ), pourtant j'y joue toujours et même plus ces derniers temps qu'avant.


http://img2.generation-nt.com/nintendo-wii-logo_00021898.jpg


Xenoblade Chronicles est un JRPG (jeu de rôle japonais) sur la Wii développé par Monolith Soft et édité par Nintendo depuis le 19 août 2011 en France. Le jeu a été commercialisé seul ou également dans un package contenant une manette wii classique rouge (j'ai pour ma part commandé cette version). La PEGI le déconseille aux moins de 12 ans.


http://www.adobuzz.com/files/uploaded/xenoblade-chronicles.jpghttp://www.girlsfrag.com/wp-content/uploads/2011/08/d%C3%A9balage-xenoblade-chronicles.jpg


Sur un monde entièrement composé d'eau, deux Dieux mécaniques mesurant plusieurs centaines de kilomètres Bionis (Kyoshin en VO) et Mékonis (Kishin en VO) se sont livrés un combat acharné pendant plusieurs siècles, jusqu'à leur extinction.

La vie s'est développée sur leurs corps fossilisés, sur Bionis les Homz sont apparus tandis que sur Mekonis ce sont les Mékons (sortes de robots) qui sont arrivés. Ces deux peuples se livrent une guerre acharnée depuis toujours, mais Dunban, un combattant Homz, est parvenu à mettre fin à la guerre en repoussant les Mékons grâce à sa puissante épée Monado.

 


Le principe du jeu et le gameplay :


http://image.jeuxvideo.com/images/wi/x/e/xenoblade-chronicles-wii-1314285000-291.jpg
Un an après la fin de la guerre, on incarne Shulk, un bricoleur de la colonie 9, fasciné par l'épée Monado et qui cherche à en percer tous les mystères. Il faut donc diriger Shulk (et ses compagnons lorsqu'il en a) à travers les mondes de Bionis et Mekonis, afin de percer les secrets que renferment l'épée Monado.

Comme dans tout bon RPG, le jeu se compose principalement d'exploration et de combats, au cours desquels on gagne de l'expérience, de l'argent, divers objets et équipements, en bref tout ce qui permet de rendre nos personnages plus performants.

Les phases de combat :


http://www.legendra.com/media/screenshots/wii/xenoblade_chronicles/xenoblade_chronicles_screen_43.jpg
Ici les ennemis se trouvent directement dans l'environnement (ce que personnellement je préfère aux jeux où ils apparaissent aléatoirement), ce qui permet de choisir si l'on veut se battre ou non (certains combats se déclenchent obligatoirement) et parfois d'éviter de tourner en rond des heures dans l'espoir d'être attaqué.

Les combats m'ont un peu décontenancé au tout début. En effet, puisqu'ils ne sont pas au tour par tour, je m'attendais à devoir bourriner sur les touches pour réaliser différents coups et enchaînements, comme dans un hack and slash

Mais en fait pas du tout, notre personnage frappe automatiquement de temps en temps (c'est ça qui m'a fait bizarre au début) mais rassurez-vous, nous ne sommes pas passifs pour autant pendant les combats.

En effet, il faut diriger son personnage (se rapprocher des ennemis, passer dans leur dos...etc.) et choisir parmi les "arts" disponibles pour infliger encore plus de dégâts.

Les arts sont des techniques spéciales qui ont différents effets (soigner, étourdir les adversaires, les blesser...etc.) et que vous pouvez utiliser au bout d'un certain laps de temps.

Autant dire qu'il vous faudra faire preuve de stratégie, si vous voulez venir à bout des adversaires les plus coriaces (craquer tous ses arts dès qu'ils sont dispo ça paye pas des masses lol) surtout qu'il y a parfois des énormes vagues d'ennemis ou des monstres gigantesques.

Au fur et à mesure du jeu et de votre montée en niveaux, vous gagnerez de nouveaux arts, de nouvelles compétences et de nouveaux pouvoirs qui vous seront très utiles pour mener à bien vos combats.

Lorsque Shulk est accompagné, vos actions en combat vous aident à remplir une jauge de groupe qui vous permettra de déclencher des enchaînements dévastateurs (vous choisissez les actions qu'accomplissent chaque membre du groupe et pendant ce laps de temps vos ennemis ne peuvent pas attaquer), ressusciter un partenaire décédé...etc.

Plus tard dans le jeu, vous serez également capable de prédire l'avenir à certains moments du combat. C'est à dire que vous saurez quel ennemi va attaquer lequel de vos persos et les dégâts qu'il infligera, à vous donc de réfléchir et de trouver rapidement une parade pour changer l'avenir !!

Grâce à tous ces éléments, les combats sont très riches, intéressants et intenses. Du coup c'est pas lassant d'enchaîner les combats pour essayer de faire grimper de niveau ses persos (ce qui n'est pas le cas de tous les RPG).

 

Après chaque affrontement, vous regagnez les points de vie perdus au cours des combats et si jamais vous veniez à décéder vous vous retrouvez directement au dernier point de passage que vous avez exploré. Vous pouvez également sauvegarder à tout moment au cours du jeu (en dehors des combats) ce qui évite d'avoir à refaire plein de fois la même chose lorsqu'on meurt avant un point de sauvegarde.

 

Après cette petite incursion (façon de parler) dans le système de combat, je vais vous parler un peu plus de l'environnement du jeu.

L'exploration du monde :


http://image.jeuxvideo.com/images/wi/x/e/xenoblade-chronicles-wii-1314285000-322.jpg
Outre les combats, une grosse partie du jeu va consister à crapahuter dans le monde de Xenoblade Chronicles et le moins que l'on puisse dire c'est que ce monde est immense (et c'est tant mieux ^^).

Le truc chouette c'est que le simple fait de se ballader et de découvrir de nouveaux territoires va permettre à nos personnages de gagner un peu d'expérience (après tout, les voyages forment la jeunesse ^^).

Autre point que j'apprécie beaucoup, la présence d'objets à collectionner dans chaque zone que vous explorez. Ces objets sont représentés par des boules lumineuses disposées un peu partout et aléatoirement (le contenu est également aléatoire).

Le fait de vous amuser à collectionner ces items (rien ne vous y oblige) et de les placer dans votre encyclopédie vous permettra de gagner différents équipements...etc. pour vos personnages.

Outre l'aventure principale qu'il vous faudra mener à bien, vous pouvez parler aux différents habitants que vous croisez et certains d'entre eux vous proposeront des quêtes annexes ou de troquer des objets. Ces quêtes annexes sont complètement facultatives, mais vous permettront de vous faire de la monnaie, d'acquérir des objets rares...etc. si vous les menez à bien.

Ces quêtes annexes, sont diverses et variées : ça peut aller de l'éradication de monstres spéciaux (plus résistants que leurs congénères de la même espèce), délivrer des messages à d'autres personnes, en passant par la recherche d'objets...etc.

Lors de vos déplacements, vous aurez parfois l'occasion d'organiser des "têtes-à-têtes" entre les membres de votre groupe. Durant ces moments particuliers (qui ne sont jouables que lorsque certaines conditions sont réunies) vous assisterez à des dialogues entre vos personnages et il vous sera demandé de choisir certaines répliques.

Vos choix influeront sur les relations entre les membres concernés, plus leur relation est au beau-fixe et plus l'équipe sera performante en cours de combat (ça permet notamment de rallonger la durée des enchaînements).

Au cours de l'aventure, vous aurez également la possibilité de remporter des trophées en accomplissant certaines actions (tuer un certain nombre d'ennemis, fouiller des zones...etc.), ça ne rapporte rien de spécial lors de l'obtention, mais permet de rallonger encore plus la durée de vie du jeu (qui visiblement rien qu'en faisant la quête principale est déjà conséquente).

Les jours et les nuits se succèdent au cours de l'aventure, faisant varier la lumière, ainsi que les ennemis présents (certains monstres ne sortent que la nuit...etc.), donc pour tout voir et tout faire, il vous faudra jongler entre la journée et la soirée (vous pouvez changer l'heure du jour à tout moment pendant le jeu).

Au cours de votre exploration du monde vous trouverez des sortes de points de passage, une fois trouvés vous pourrez vous y téléporter à tout moment afin d'éviter de perdre des heures à retraverser les immenses paysages du jeu.

Les commandes du jeu :

Avec la wiimote et le nunchuk :

Le stick du nunchuk permet de se déplacer.
Le bouton C permet d'ajuster la caméra
Le bouton Z sert à cibler les ennemis ou donner des ordres à ses partenaires en combat
Le bouton A sert à valider, parler aux gens et examiner des choses.
Le bouton B sert à annuler et à sauter.
Le bouton - sert à afficher le menu (inventaire...etc.)
Le bouton + sert à mettre les cinématiques en pause et afficher des infos en jeu
Le bouton 1 sert à afficher la carte de la zone
Le bouton 2 sert à troquer avec certains personnages

Avec la manette classique (je joue comme ça) :

Le stick analogique gauche sert à se déplacer
Le stick analogique droit sert à changer l'angle de la caméra
Le bouton b sert à sauter et à annuler
Le bouton a sert à parler, examiner et confirmer
Le bouton y sert à troquer
Le bouton x sert à afficher le menu
Le bouton - sert à afficher la carte de la zone
Le bouton + sert à mettre les vidéos en pause et afficher des infos en jeu
Maintenir le bouton Zl permet d'ajuster la caméra
Maintenir le bouton Zr permet de donner des ordres pendant les combats


Mon avis :


http://www.games-art.fr/wp-content/uploads/2011/07/xenoblade-chronicles_icone.jpg
Vous l'aurez ptet déjà compris au vu de la pavasse précédente, mais ce Xenoblade Chronicles est un immense coup de coeur pour moi !!! Le jeu est sous-titré en français, vous pouvez choisir si vous préférez jouer avec les voix japonaises ou anglaises.

C'est un RPG de toute beauté, super fluide et sans temps de chargements (juste lors des passages dans une zone fermée et encore), avec des décors immenses qu'on peut fouiller à loisir.

Le système de combat est très bien pensé et fourmille de bonnes idées (comme par exemple la vision de l'avenir), la diversité des ennemis et des possibilités d'actions en combat permet d'empêcher qu'ils soient rébarbatifs à la longue.

Toutes les quêtes annexes, les objets à collectionner par zones et les trophées permettent de rajouter de longues heures à la durée de vie du jeu et de faire plaisir aux collectionneurs aigüs (dont je fais partie).

La présence du sociogramme est également une très belle trouvaille, le fait de pouvoir renforcer ses liens avec les habitants que l'on croise et les membres du groupe est vraiment bien pensé. C'est une option sympa qui donne envie de s'impliquer dans la vie des gens qu'on croise.

J'ai oublié d'en parler dans la partie précédente, mais j'aime beaucoup également la possibilité de pouvoir créer des gemmes à partir de matières premières. Pour se faire il faut utiliser une machine spéciale (qui se débloque un peu plus loin dans le jeu) et bien se servir des compétences de ses personnages pour tenter de créer les gemmes les plus puissantes possibles. Il est ensuite possible de les équiper sur certaines armes ou vêtements afin de leur conférer de précieux bonus.

Autre point que j'ai oublié à propos des ennemis cette fois, tous ne réagissent pas de la même façon. Certains cherchent à se faire oublier quand vous êtes dans les parages, d'autres vont vous attaquer s'ils vous voient ou vous entendent. Certains vont également vous attaquer si jamais vous vous en prenez à un membre de leur groupe, il faut donc être très prudent lors de vos excursions et bien analyser à quel type d'ennemi vous allez vous frotter.

Pour l'instant je ne suis pas allé bien loin dans l'aventure, j'ai par contre passé plusieurs heures à me ballader un peu partout dans la Colonie 9 (premier lieu où on débarque), en faisant plein de quêtes annexes et en cherchant des objets pour mon encyclopédie.

Je m'amuse également beaucoup à essayer d'attaquer des monstres beaucoup plus balèzes que moi et essayer de les avoir à l'usure (ça marche rarement ) ou de faire du troc avec les gens que je croise.

En bref, un des meilleurs RPG du moment sur Wii pour ne pas dire "THE" RPG à posséder absolument. Un soft super riche qui promet des heures et des heures de jeu, des tonnes de trouvailles super sympas (amitié, système de combat, objets à collectionner, j'en passe et des meilleures), des combats épiques contre des hordes de monstre et des boss géants... Des graphismes superbes, un jeu fluide et sans interminables temps de chargement.

 

En bref bis que du bonheur !!!

 

 

Question bonus : Vous connaissiez déjà Xenoblade Chronicles ? Il vous tente ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Jeux vidéos
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 07:11

L'article du jour entrera dans le cadre du challenge PAL sèches de Mo'.


palseches-copie-1
Ichi the killer est un manga d'Hideo Yamamoto terminé en 10 tomes. En france les 3 premiers tomes ont été publiés par Tonkam depuis mars 2011.


http://www.manga-sanctuary.com/couvertures/big/ichi-the-killer-manga-volume-1-simple-35830.jpghttp://www.fant-asie.com/wp-content/uploads/2011/08/Ichi-the-Killer-tome-2.jpghttp://www.heberger-image.fr/data/images/99235_ichi_the_killer_tome_3_tonkam_planning_news_manga.jpeg


Le quartier de Kabuchiko est aux mains de différents clans de yakuzas qui se partagent les différentes activités criminelles du secteur. Lorsqu'on n'appartient à aucun clan, il est très difficile de survivre à Kabuchiko... pourtant un petit groupe de malfrats est bien décidé à semer la zizanie au sein du quartier à l'aide de leur arme fatale : Ichi...

Mon avis :

Il y a un bon moment que j'aurais du faire cet article, puisque j'avais reçu le premier tome d'Ichi the killer lors de l'opération masse critique de Babelio. J'avais fait ma critique fans les temps là bas, mais pas ici. Du coup entre temps je me suis acheté et j'ai lu les deux tomes suivants, ce qui va me permettre de vous parler un peu plus en détail de la série.

Par contre je me dois de vous prévenir tout de suite que cette série n'est pas à mettre entre toutes les mains. Il y a énormément de sexe et de violence, c'est complètement barré et ça va très très loin. Ce qui explique sans doute qu'il ait fallu plus d'une dizaine d'années avant qu'un éditeur français se décide à faire paraître ce manga culte (au Japon) par chez nous.

Il faut d'ailleurs savoir que le premier tome n'est qu'une petite mise en bouche et dès le second tome ça part encore plus en cacahuète (donc si vous avez lu le premier tome et que vous l'avez trouvé limite, sachez que les suivants sont bien pires (donc abstenez-vous)). Un petit groupe de malfrats dirigé par un petit papy, sont bien décidés à faire éclater les différents clans de yakuzas qui contôlent la zone de Kabuchiko.

Pour se faire ils demandent à Ichi, un adolescent très perturbé qui tue sur commande, d'éliminer Yoshio Anjo, un des plus puissants chef de gang yakuzas. Kakihara, le bras droit d'Anjo, ne veut pas croire à la théorie selon laquelle son patron se serait fait la malle avec sa maîtresse et l'argent du clan, et il est prêt à tout pour retrouver son patron en vie...

On va donc alterner entre les différents protagonistes de l'histoire (Ichi, le groupe du papy et Kakihara et ses subordonnés) dont les destins et les actions se croisent sans cesse. Mais ils ont quand même tous un point commun, à savoir qu'ils sont prêts à tout et ne reculent devant aucun moyen pour parvenir à leur fin. Autant dire que leurs affrontements vont faire un max de dégâts !!

A noter que cette série a été adaptée en film par Takashi Mike en 2001, par contre je ne l'ai pas vu donc je ne pourrais pas vous dire si c'est fidèle à la série ou non (dans le cas où ça le soit, je ne voulais pas me spoiler ^^), je sais juste qu'il avait été interdit aux moins de 16 ans en France lors de sa sortie.

 En bref, ce manga est un véritable OVNI qui à mon humble avis choquera plus d'un lecteur. Mais si vous avez le coeur très bien accroché et que vous avez envie de vous payer un voyage dans l'enfer des gangs de Yakuzas (avec au programme : de la torture, de la violence à outrance, des pratiques sexuelles très dépravées et très limites...etc.) alors ce manga pourrait probablement vous plaire.


Question bonus : Vous aviez déjà entendu parler de cette série ou pas du tout ? Vous avez vu le film ou pas ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans Manga
commenter cet article
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 05:13

En ce mercredi, mon article comptera pour les challenges suivants : le PAL sèches et le Roaarrr de Mo' ainsi que pour les BD du mercredi de Mango.


BD2 logo des BD du mercredi de Mangojpg (1)pictosingelionpetitpalseches-copie-1


Blacksad est une série de BD franco-belge de Juan Diaz Canales (scénario) et Juanjo Guarnido (dessin). A l'heure actuelle 4 tomes sont parus chez Dargaud depuis novembre 2000. En 2006 les 3 premiers albums (les seuls parus à l'époque) ont reçu le fauve de la série et le tome 2 Arctic-Nation en 2004 a reçu le fauve FNAC-SNCF du prix du public.


http://4.bp.blogspot.com/-UN36srz5bPs/TfXElYB9deI/AAAAAAAAAaw/opiUVT78kx4/s1600/Blacksad+tome+1+Quelque+part+entre+les+Ombres+BD.jpghttp://blog.gifty-gifty.com/wp-content/uploads/2010/09/20100923-Blacksad-T2.jpghttp://www.furet.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/8a02aedcaf38ad3a98187ab0a1dede95/i/641/9782205055641_1_75.jpghttp://media.paperblog.fr/i/409/4092463/blacksad-t4-lenfer-silence-juan-diaz-canales--L-oCPNBE.jpeg


John Blacksad est un détective privé et il se ballade toujours vêtu d'un imper. Mais ce n'est pas sa seule particularité, en effet Blacksad est également un chat noir au museau blanc, prêt à tout pour résoudre les enquêtes qu'on lui confie...

Mon avis :

Il y a bien longtemps que je me disais que je devrais lire cette série (parce que j'en avais entendu beaucoup de bien) mais je ne sais pas pourquoi, je ne l'avais encore jamais lue avant. Heureusement à la faveur d'un concours organisé par BDmaniac, je me suis enfin lancé et je ne regrette pas du tout de l'avoir fait.

Le duo espagnol nous plonge dans un monde peuplé d'animaux anthropomorphes très semblable au notre. L'utilisation d'animaux comme personnages permet de souligner toute la bêtise du genre humain, en leur transposant nos pires défauts et les traits les plus sombres de l'âme humaine.

Chaque album de la série est indépendant des autres et se focalise sur une enquête de John Blacksad, néanmoins il vaut quand même mieux les lire dans l'ordre. Ne serait ce que parceque le premier tome sert d'introduction à la série et permet de faire connaissance avec Blacksad et son monde, de plus certains personnages secondaires réaparaissent dans plusieurs volumes.

Les enquêtes du détective félin permettent aux auteurs de traiter certains sujets tels que le racisme, le nucléaire...etc. ou de faire revivre des heures sombres de notre histoire (guerre froide, nazisme...etc.). Les scénarii sont assez classiques, mais malgré tout chaque opus offre son lot d'action et de rebondissements et sont très bien ficelés.

Le gros plus de cette série c'est le dessin de Guarnido qui fait vraiment des merveilles. Les personnages sont super expressifs, les couleurs sont fabuleuses, il donne vie à tous ces animaux et à ce monde digne des polars noirs des années 50.

Le personnage de Blacksad avec son imper, son côté un peu cynique et ses failles est vraiment très attachant et charismatique. C'est un vrai régal de suivre ses pérégrinations et c'est toujours un grand plaisir de le retrouver.
Tous les tomes ne sont pas égaux, certains sont mieux que d'autres, mais qu'on se le dise, même les moins bons sont de très bonne facture.

J'espère d'ailleurs qu'il faudra attendre moins de 5 ans (temps de silence entre la sortie du troisième et du quatrième tome) avant de voir une nouvelle aventure de ce détective tellement attachant. Du coup je regrette de ne pas m'être plongé plus tôt dans ces enquêtes. Quoi qu'il en soit c'est sur que je les relirai, tellement ils m'ont plu.

Il faudra d'ailleurs également que je relise la série des Canardo de Benoît Sokal, qui dans mes souvenirs était assez proche de l'univers de Blacksad (enfin ça sera à vérifier car mes souvenirs sont loin d'être fiables lol).

En bref une excellente série policière avec un héros charismatique, les intrigues sont assez classiques mais tiennent néanmoins la route. En plus les dessins sont vraiment magnifique et donnent vie à cet univers digne des polars des années 50.

 

 

Question bonus : Quel animal voudriez-vous être ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 06:54

L'article du jour comptera pour le challenge PAL sèches de Mo'.


palseches-copie-1
Amitié étroite est un album de BD franco-belge Bastien Vivès publié par Casterman sous le label KSTR depuis septembre 2009.


http://bd.casterman.com/docs/Albums/36268/9782203020634.jpg
Francesca et Bruno sont deux étudiants qui entretiennent une forte relation d'amitié.

Mon avis :

J'avais découvert Bastien Vivès il y a peu de temps avec l'album Polina, comme ça m'avait bien plu j'ai eu envie de découvrir d'autres oeuvres de cet auteur. J'ai donc jeté mon dévolu sur l'album amitiétroite (c'est comme ça que c'est marqué avec deux é qui se superposent et s'entremêlent) dont mon libraire BD m'avait dit beaucoup de bien.

On va donc y suivre Francesca et Bruno, deux étudiants qui se connaissent depuis des années et qui sont devenus amis. Bruno est quelqu'un de plutôt commun et banal, assez timide également, il passe le plus clair de son temps à la bibliothèque ou chez lui pour travailler.

Francesca quant à elle voit beaucoup de monde, a plein d'amies et sort souvent. Bruno lui fait office de confident, elle lui raconte tous ses petits malheurs, ses histoires d'amour qui tournent mal...etc. Mais un évènement imprévu va venir boulverser leur quotidien... (je ne vous en dis pas plus pour pas vous spoiler ^^)

Contrairement à Polina, cet album ci est entièrement colorisé ce qui colle plutôt bien pour cette histoire. Par le biais de flashbacks bien pensés et floutés, on revit les débuts de l'amitié entre Bruno et Francesca, ce qui aide à mieux appréhender leur relation.

Le ton de l'album est très juste et on a aucun mal à rentrer dans leur histoire. Comme pour Polina, je serai bien resté plus longtemps en leur compagnie, d'autant plus que l'album se lit vite et bien. Par contre la fin m'a un peu déçu car c'est pas vraiment celle que j'attendais (enfin dans un sens si, mais pas vraiment comme ça), mais ça n'empêche pas que je ne regrette pas mon achat.

En bref un très bon album qui dépeint avec justesse et brio les relations d'amitié qui peuvent unir un homme à une femme. Une très belle chronique de vie qui gagne à être lue, Bastien Vivès parvient toujours aussi bien a dépeindre la vie quotidienne.


Question bonus : selon vous est-il possible ou non d'être ami(e) avec une personne du sexe opposé ?

Repost 0
Published by Mr. Zombi - dans BD franco-belge
commenter cet article

Présentation

  • : Mr. Zombi's place
  • Mr. Zombi's place
  • : Un blog pour parler de tout ce qui me botte : lecture, jeux vidéos, gadgets, films...etc.
  • Contact

Visiteurs

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog.

  visiteurs ont parcouru ce blog.